Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Quel développement économique et touristique pour les vallées pyrénéennes ?

dimanche 19 juin 2011 par Rédaction

Après avoir traité des stations de sport d’hiver et de la neige de culture, l’émission de France 3 du samedi matin "La Voix est Libre" s’est posée au lac d’Orédon à l’entrée de la Réserve du Néouvielle pour débattre sur le thème : « Quel développement économique et touristique pour les vallées pyrénéennes ? »

Sujet intéressant à l’occasion de l’année des Pyrénées qui réunissait quatre invités :

-  Bernard PLANO, Président de Midi-Pyrénées Expansion, Conseiller Régional (PS)
-  François Xavier BRUNET, Président de la CCI de Tarbes & des Hautes-Pyrénées, 1er adjoint au maire de Tarbes, Vice Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Tarbes (UMP)
-  Gilles PERRON, Directeur du Parc National des Pyrénées
-  Pierre TORRENTE, Enseignant à l’Université du Mirail, Directeur adjoint du CETIA (Centre d’Études du Tourisme et des Industries de l’Alimentation), Responsable du site de Foix (Ariège), Directeur du pôle de valorisation « tourisme, Alimentation et Développement Durable »

Il est à regretter l’absence de représentants de l’agriculture de montagne, notamment des Chambres d’agriculture, secteur qui, lui aussi, participe activement au développement économique de nos montagnes et à la préservation de l’environnement et la création d’emplois compatibles avec un développement raisonné. Il nous faudra attendre octobre, pour avoir un débat sur l’agriculture de montagne.

Plus qu’un débat, ce fut un échange courtois, presque convenu, entre acteurs du développement face à un observateur universitaire. De nombreux sujets furent abordés : services publics et services aux publics, ours, TCP, extension de Piau-Engaly, industrie, agriculture (sans les représentants de l’agriculture), tourisme...... et protection de l’environnement. Le constat est qu’au-delà des clivages politiques entre FX. Brunet et Bernard Plano, le seul avenir pour les Pyrénées reste le développement économique. Reste à savoir ce qu’on met dans le panier.

Gilles Perron, Directeur du Parc National, a néanmoins rappelé que la zone d’adhésion du Parc National était un espace de développement et que l’agriculture y était indispensable. Peut-être aurons-nous une vision plus précise en octobre avec une présentation du projet de la DRAF et de l’ACAP si la DREAL ne vient pas perturber cette vision réaliste de développement durable au profit du fantasme du « tout sauvage » avec quelques grands prédateurs supplémentaires. Quant à Piau-Engaly, il nous faudra sans doute attendre la réunion du Comité de massif du 4 octobre prochain pour y voir plus clair.

L’ours... Le sujet qui fâche. On nous ressort l’éternel discours sur l’animal emblématique mais on ne crée pas de richesse pas plus qu’on ne vit sur des emblèmes. Personne n ’est en mesure d’apporter des éléments sérieux de développement économique du massif autour de cet animal.

La TCP ? FX. Brunet et Bernard Plano rêvent d’un développement économique du type 19ème siècle le long des grands axes de chemins de fer. Encore que l’histoire nous a montré que de très nombreuses traversées des Pyrénées ont été abandonnées ou sont tombées en désuétude (Canfranc, Saint-Béat et le Val d’Aran, Luchon-Benasque, Salau, Vicdessos-Andorre). Il est assez peu probable que des trains s’arrêtent à Saint-Lary ou Lannemezan pour participer au développement du département. Mais bon... On peut rêver. D’autant que sur ce sujet, Bernard Plano ne semble pas très ouvert au dialogue.

Pierre Torrente préfère parler de la nécessité d’étudier des solutions alternatives. Ce qui rejoint FX. Brunet qui se dit satisfait de l’existence de dossiers et défend l’idée d’en avoir beaucoup pour faire des choix, avancer et se développer. Mais encore, faut-il que des alternatives soient présentées, étudiées et acceptées dans le cadre de la réflexion sur chacun des projets. Actuellement, nous sommes plutôt sur des bases de vision unilatérale pour chaque objectif sans aucune notion de développement partagé pas plus qu’une réflexion globale de développement des Pyrénées..

Écouter ou réécouter le débat : http://www.pluzz.fr/la-voix-est-libre---midi-pyrenees-2011-06-18-11h08.html

Louis Dollo