Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Confirmation : lâcher d’une ourse dans les Pyrénées-Atlantiques au printemps 2011

dimanche 12 décembre 2010 par Rédaction

Comme il avait été annoncé par Chantal Jouanno, selon le communiqué de la Préfecture de Région (lire pdf ci-dessous), il sera élaboré une stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité et il sera lâché une ourse dans les Pyrénées-Atlantiques.

PDF - 41.8 ko

Il semble néanmoins qu’il y ait quelques problèmes.

1/ La procédure d’élaboration d’une stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité devait être mise en place en août / septembre 2010. Or, nous sommes déjà en décembre 2010.

2/ Il existe déjà un diagnostic partagé élaboré par le Conseil Régional Midi-Pyrénées et des actions en cours dans les trois régions. Il est difficile d’imaginer que le Conseil Régional Midi-Pyrénées prenne une position différente que celle "partagée" avec les acteurs. Tout comme il est difficilement imaginable que les actions en cours soit stoppées pour envisager d’autres ours. A moins que le partenaire de la gauche majoritaire des Conseils régionaux, Europe Ecologie, soit le plus fort à défaut d’être le plus représentatif.

3/ Le Président de la Commission Permanente du Comité de Massif des Pyrénées, François Maïtia (PS) a signé, lors de la manifestation de mars dernier à Tarbes une motion hostile aux introductions, à destination du Président de la République. De nombreux autres élus de la chaîne des Pyrénées toutes tendances confondues s’étaient associés à cette motion. Renieront-ils leur signature ?

4/ Le Préfet des Hautes-Pyrénées, René Bidal, avait, lors de la dernière session de la chambre d’agriculture, fait référence à un texte organisant la procédure d’introduction. Le problème est que ce texte, sauf erreur de notre part, est totalement méconnu du public concerné.

5/ Il semble, selon des observateurs avertis, que la procédure engagée soit inconstitutionnelle. Mais peut-être que, comme par le passé, tout n’est pas dit et que les vieux démons se renouvellent.

Espérons que d’autres précisions seront rapidement apportées.

Louis Dollo