Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 
 

Quartier Bel-Air / Ormeau/Figarol : des questions et des incivilités.

jeudi 30 novembre 2023 par Rédaction

Comme dans tous les quartiers de la ville, ce secteur n’échappe pas à la vitesse et aux incivilités.

Lors de la réunion de quartier Bel-Air/Ormeau/Figarol, les habitants avaient répondu présents à l’invitation de la municipalité. Très vite après la présentation des travaux effectués sur ce quartier et des grands chantiers qui se déroulent ou qui vont se dérouler sur la ville, les questions d’incivilités sont tombées : rue Maquis de Payolle vitesse excessive et non respect de céder le passage. Pour la vitesse des contrôles ont été effectués, 4 ont été relevés à 10 km au dessus de la vitesse autorisée et ont été verbalisés, répond Thierry Lariviére de la police municipale. Rue Joliot Curie là aussi des riverains se plaignent de la vitesse excessive, des contrôles vont être effectués, répond la police.

Une dame demande s’il y a un code particulier pour les personnes qui roulent à vélo et qui roulent à contre sens dans les rues ainsi que pour les trottinettes où ils sont parfois deux dessus et si on leur dit quelque chose nous avons droit à des insultes et des doigts d’honneur. Marc Andres répond que pour la rue Maréchal Foch qui est une vélorue c’est en montant, qu’une étude est en cours pour le double sens mais que pour l’instant ça ne l’est pas, par contre dans d’autres rues si la vitesse est à 30 à l’heure même s’il y a un sens interdit les vélos peuvent la prendre dans les deux sens. Le commandant Pouchan rebondit et précise que la police est très attentive lorsque des trottinettes et des vélos empruntent des sens interdits et que la vitesse n’est pas réglementée à 30 ils sont verbalisés et fait remarquer qu’effectivement la police constate ce genre d’incivilité régulièrement.

Une dame se plaint que des personnes achètent la bière au supermarché en face de son domicile et viennent les boire sous les fenêtres ou les balcons des habitations et laissent les canettes vides et si les gens disent quelque chose les buveurs balancent la bière contre les fenêtres, c’est régulier, et la police est au courant. Le maire répétera pour la énième fois que les incivilités polluent la vie de tout le monde et que pour qu’il y ait une action efficace il faut prendre ces personnes sur le fait. Il a expliqué que la municipalité a mis en place par le biais d’agents en civil un dispositif qui permet de contrôler la propreté de la ville, quand ces agents voient quelqu’un qui commet une infraction qui jette un mégot, une canette etc.…ils interviennent et verbalisent. Le commandant Pouchan explique que quand il se passe des choses comme cela il faut appeler de suite car pour les verbaliser il faut que la police constate.

Une dame signale que sur le côté de l’immeuble Bel Air il y a souvent des jeunes le visage masqué par des foulards noir et que c’est inquiétant, le maire répond : « Il y a des caméras et quand il ya des événements répréhensibles il faut nous le signaler pour que la police visionne les images, ce sont des caméras qui enregistrent en permanence ». Il a rappelé que quand la municipalité a décidé de mettre des caméras, les gens n’étaient pas satisfaits du tout prodiguant même des noms d’oiseaux , aujourd’hui tout le monde en veut partout , le problème ce n’est pas facile d’en mettre partout. La municipalité a investi dans des caméras mobiles, ainsi quand il y a un problème dans un endroit une caméra est installée quelque temps jusqu’à ce que des événements répréhensifs se produisent et que la police puisse faire les démarches, nous faisons ça pour les dépôts sauvages.

Une personne signale des attroupements d’une quinzaine de personnes au parc Chastellain, le commandant Pouchan répond qu’il prend note et de préciser que ce n’était pas un lieu qui avait été identifié pour des rassemblements, si cela se reproduit faite le 17 pour que la police intervienne.

Un habitant du bâtiment GH de Bel-Air se plaint de vivre dans un mal être, qu’il y a un projet de rénovation urbaine, que rien ne vient et demande des précisions sur le calendrier et savoir ou en est la gestion urbaine de proximité qui ne fonctionne pas, il détaille le paiement de la taxe foncière qu’il paie depuis 16 ans et déplore de vivre dans la misère. Le maire lui répond « Je comprends bien votre question mais pas le galimatias que vous venez d’exposer. Le programme de rénovation urbaine a été chiffré en 2020, que les engagements de tous les partenaires financiers datent de 2020, nous sommes en 2023 il y a 17% d’augmentation sur le coût initial, j’ai demandé aux partenaires de revoir les subventions qui avaient été accordées sur un montant fixe sur l’évaluation de 2020. Les coûts augmentent de 17% il faut que les subventions suivent ». Isabelle Bonis a pris le relais lui expliquant l’avancement de ce dossier.

D’autres sujets ont été abordés : des problèmes de panne d’ascenseur, de serrures qui ne fonctionnent pas, ou de containers à vêtements qui débordent ou qui sont fouillés, les étourneaux qui sont de retour, autant de questions qui ont eu leurs réponse par les services adéquats.

Nicole Lafourcade