Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

"Tarbes pour Tous", une rentrée sous le signe de l’inquiétude

vendredi 26 août 2022 par Rédaction

Pierre Lagonelle, Selim Dagdag et Pierre Soulard, ont rencontré la presse, avenue de la Marne, pour faire part de leurs inquiétudes sur différents sujets.

En préambule, Pierre Lagonelle s’est dit très heureux que l’été à Tarbes ait repris son cours normal avec les diverses animations et festivals.

Il a ensuite souligné que si ce point presse se déroulait avenue de la Marne ce n’était pas un pur hasard, expliquant que cette rue est une rue commerçante qui marche très bien. Y sont installés des commerçants anciens avec des savoirs faire, avec de la qualité mais également des nouveaux. Une rue qui revit mais il y a un point inquiétant : c’est la décision de la majorité municipale d’y mettre du stationnement payant ainsi qu’au quai Estévenet, ce qui pourrait couper la dynamique de cette rue . Indiquant que les commerçants sont inquiets, qu’une pétition a déjà été faite et qu’une autre va suivre. « Tarbes pour tous » profite de cette rentrée pour demander à la majorité municipale de retirer cette mesure. « Au moment où des rues de la ville retrouvent une dynamique, il est dommage de couper cet élan en mettant du stationnement payant ».

Le représentant de « Tarbes pour tous » a indiqué que s’agissant de la suppression de l’heure gratuite et de l’extension du stationnement payant, il n’y a jamais eu de concertation avec les commerçants.

Sélim Dagdag rajoute que si les commerçants se sont installés à l’avenue de la Marne c’est parce que le stationnement était gratuit. Il est incohérent de mettre des places payantes sur cette avenue.

Autre point qui inquiète les tarbais : la santé :
« Il y a plusieurs phénomènes simultanés, le premier la perte de médecins généralistes, ce qui n’est pas propre à Tarbes c’est partout, on perd également des spécialistes. Très inquiétant aussi la fermeture des urgences de l’Ormeau, beaucoup de personnes âgées se posent des questions. Le centre de santé municipal, il fonctionne oui, mais toujours avec des médecins retraités. Dès la 1ère année il y a un déficit de 106 000€, chiffre annoncé lors du dernier conseil municipal ».

L’hôpital autre point noir : «  Le départ de l’hôpital de Tarbes pour Lanne créé un souci chez les tarbais notamment chez les personnes âgées. Pour nous « Tarbes pour tous » c’est une totale absurdité d’aller faire un hôpital en haut de la colline de Lanne c’est contraire à toutes les priorités qui sont données localement et nationalement : l’artificiellement des sols, de la proximité etc.… alors qu’à Tarbes il y a un site gigantesque en matière d’hectares, nous ne sommes pas des experts certes, mais il y a la place de construire un établissement neuf à coté. De plus sur ce même site il y a l’école d’infirmières, l’établissement Français du sang, les pompiers à coté, c’est absurde  ».

Pierre Lagonelle rappelle que le président de la république va lancer un conseil national de la refondation où les deux principaux sujets sont la santé et l’éducation. De ce fait « Tarbes pour tous » va profiter de ce nouveau débat et aller à la rencontre des deux nouveaux députés Sylvie Ferrer et Benoit Mournet pour essayer de faire valoir cette absurdité.
La fermeture de l’hôpital de Tarbes impacte la population mai aussi l’économie. « Tarbes pour tous » espère que le bon sens l’emportera.

Pour conclure Pierre Lagonelle fait remarquer que lors des élections législatives tous les candidats qui ont défendu l’hôpital commun, ça ne leur a pas réussi.

Nicole Lafourcade.