Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Municipale : Myriam Mendez veut changer l’histoire de Tarbes

mercredi 4 mars 2020 par Rédaction

Myriam Mendez a tenu ce mercredi 4 mars une conférence de presse dans le cadre des élections municipales. Elle était accompagnée de Hirachidine Saindou (n°2 de la liste), Delphine Castex (n°3 de la liste) et Aurélien Cartade, porte parole de la campagne.

En préambule, la candidate est revenue sur les événements climatiques de ces deux derniers jours qui ont touché Tarbes. Elle a salué le travail des policiers, pompiers et agents municipaux qui sont au service de la population et a adressé son soutien aux personnes sinistrées.

Myriam Mendez a rappelé qu’elle avait été la première à avoir annoncé sa candidature en août dernier, à présenter sa liste le 11 janvier et son programme le 25 janvier.

« Ce fut 7 mois d’une très belle campagne, semaine après semaine, nous avons égrené notre programme, nous avons toujours été les premiers. Notre campagne a été positive, sensée, et cohérente avec une équipe de colistiers et de sympathisants qui ont relevé un défi fou pendant ces 7 mois. Le plus souvent nous avons entendu que cette ville avait besoin d’oxygène, de renouvèlement, de nouvelles idées, de nouveaux visages et de nouvelles pratiques. Le 15 mars prochain, les tarbais peuvent ouvrir une nouvelle histoire de Tarbes. Il est nécessaire et impératif que Tarbes change de maire, nous pensons être la bonne alternative pour les années à venir. Le maire actuel est en exercice depuis maintenant 19 ans, des adolescents n’ont connu qu’un seul maire et ce n’est pas bon pour personne. Il faut un renouvellement pour éviter la routine. Cette ville doit bouger et vite et pour cela il faut un nouveau regard, des nouvelles compétences, une ambition et une équipe en phase avec son temps. Cela ne veut pas dire que rien n’a été fait, tout au contraire mais il faut que chaque cycle ait une fin. Tarbes a besoin d’ouvrir un nouveau chapitre. Si je suis élue demain, je ne me représenterai pas plus de deux fois devant les électeurs ».

Hirachidine Saindou poursuit : « Il est important de comprendre notre positionnement pour bien comprendre la proposition que l’on fait aux Tarbais. Nous rappelons que notre liste est sans étiquette. Etre sans étiquette ne veut pas dire que nous sommes apolitiques. Le simple fait de participer à cette élection est une action politique. En revanche être sans étiquette, cela signifie que nous ne sommes soutenus par aucun parti politique et nous y tenons. Mieux, les sensibilités au sein même de notre groupe sont diverses. La liste de Myriam regroupe des femmes et des hommes venus d’horizons différents, de gauche, de droite, du centre. Et pour la plupart ils ont tout simplement été déçus de la vie politique. Important : 90 % des membres de notre liste n’ont jamais fait de politique. Nous ne sommes pas là pour faire de la politique nationale, nous sommes là tout simplement pour les besoins des tarbais. Développer et faire bouger la ville. Nous pensons que Tarbes peut être gérée au delà des partis politiques. Bâtir une crèche ce n’est ni de droite ni de gauche, subventionner une association ou un club sportif ce n’est ni de droite ni de gauche, vouloir développer le centre ville de Tarbes ce n’est ni de droite ni de gauche, animer nos quartiers ce n’est ni de droite ni de gauche. Pour le 15 mars, nous offrons donc aux Tarbais une belle alternative. Une alternative sans parti politique. Il est important de dire que Myriam ne se consacrera qu’à la mairie et l’agglomération, qu’elle ne briguera aucun autre mandat. Pour cette élection, nous proposons donc un vrai bol d’air frais. Une nouvelle équipe, une nouvelle énergie pour Tarbes  ».

Delphine Castex enchaine : « De beaux projets ont été réalisés, il faut être objectif et reconnaître ce qui a été fait. Il y a eu un embellissement de la ville : Marcadieu, la rue Foch, Brauhauban, le boulevard Alsace Lorraine, l’avenue de la Marne, l’Arsenal etc.… Le plan de rénovation des façades a été une réussite. La rénovation, l’embellissement d’une ville font partie du travail classique d’un maire. Cependant il y a l’envers du décor, derrière ces façades qui y a-t-il ? Les tarbais. Dans cette réalité tarbaise, dans tous les classements Tarbes apparaît parmi les villes les plus pauvres de France, 25 % de la population vit sous le seuil de pauvreté avec moins de 900€ par mois. Dans les quartiers Solazur et Laubadère plus de 50 % des habitants sont sous ce seuil de pauvreté. Toutes catégories confondues, nous avons un taux de chômage qui avoisine les 20 %. Près de 4000 chômeurs de catégorie A. Nous pourrions ajouter à cela la situation de détresse dans laquelle se trouvent de nombreuses personnes âgées, ou des familles monoparentales. Les conséquences de tout cela provoquent la crise du centre-ville, avec des Tarbais qui n’ont plus de pouvoir d’achat pour consommer, une précarité visible de tous. Une perte d’attraction de notre ville, elle ne donne plus envie. Nous avons devant nous un beau défi qui nous attend. Il faut comme Myriam le dit depuis le début de cette aventure, il faut remettre de l’humain dans la machine. Il va falloir prendre les dossiers sociaux à bras le corps. Et surtout il va falloir animer nos quartiers. C’est à ce prix que Tarbes va se relever. Nous avons fait des propositions précises, claires sur l’économie, sur la dynamique du centre-ville et sur les solidarités. Myriam Mendez est la personne de la situation ».

Aurélien Cartade a conclu : « Nous proposons un autre mode de gouvernance pour le prochain mandat. On propose d’associer les Tarbais à la gestion municipale via différents outils : le budget participatif, le parlement des associations, l’agora citoyenne ou encore le conseil municipal des jeunes. Notre candidature ce n’est pas la candidature de la rupture, nous voulons que la mairie soit connectée à la réalité. Nous sommes là pour proposer. Chaque semaine nous avons développé nos propositions qui ont été faites avec des tarbais. Nous sommes une liste qui va apporter un grand bol d’air frais à cette ville qui en a tant besoin. La réalité aujourd’hui c’est un maire sortant qui est face à ses opposants, des opposants qu’il a toujours eus et il y a nous une liste ouverte, citoyenne et sans étiquette qui propose de renouveler les visages, les pratiques et les idées. Nous sentons dans nos rencontres, nos portes à portes que les Tarbais veulent tourner la page du passé. Nous disons aux tarbais les 15 et 22 mars, il faut oser le changement.  »

 Le grand meeting aura lieu à la Gespe le 12 mars à partir de 19h30.

Nicole Lafourcade