Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Hôpital de Lanne : Plusieurs maires du département s’interrogent...

mardi 2 avril 2019 par Rédaction

Plusieurs maires du département s’interrogent sur le nouvel hôpital de Lanne mais aussi sur la fermeture des hôpitaux de Lourdes et de Tarbes.

Autour de Yannick Boubée, maire d’Aureilhan, ils étaient une dizaine réunis lundi après midi pour s’exprimer et faire part de leurs doutes et de leurs craintes.

En introduction, le maire d’Aureilhan a souligné que l’hôpital public était un service public d’une extrême importance auquel la population était très attachée.

Il a ensuite expliqué : « En janvier 2019, un compte-rendu mentionne qu’il fallait développer les centres hospitaliers publics et qu’il fallait stopper toute fermeture de services publics hospitaliers afin de favoriser un aménagement équilibré des territoires. Lors du conseil communautaire du 25 novembre, nous avons appris les fermetures des hôpitaux de Tarbes et de Lourdes. Est-ce que ces fermetures ont du sens ? »

Les élus présents se sont ensuite exprimés :

Le maire d’Odos : « Un hôpital n’est pas un projet anodin, c’est un projet majeur pour un territoire. Les questions qui ont surgi : l’organisation des soins et en particulier les urgences, des enjeux vitaux qui dans certaines situations peuvent exiger une très grande rapidité d’intervention.

Dans un premier temps, pour tous les bassins de vie urbaine que ce soit l’agglomération tarbaise ou la ville de Lourdes qui au-delà de sa population accueille des dizaines de milliers de pèlerins parfois en situation de certaines précarités physiques ne pourront plus être accueillis au sein de ces agglomérations et il va falloir que tout le monde se déplace à Lanne.

Quel accueil pour ces personnes là puisque les deux hôpitaux locaux vont fermer ?

Ce qui nous interpelle c’est la confrontation avec des sujets d’actualité. Il y a un peu plus d’un an, était soumis à avis des collectivités le schéma régional de santé, suivi à l’automne du plan santé 2022 présenté par la ministre de la santé. Il en ressortait avec beaucoup d’intérêt le positionnement des hôpitaux de proximité, on pensait que cela pouvait aller dans le bon sens de manière à équilibrer les territoires, or ici nous ne sommes pas sur une réflexion pour des hôpitaux de proximité puisque nous sommes sur une fusion avec un déplacement hors zone urbaine.

La question : quelle coordination aujourd’hui de ce projet avec les orientations récentes du plan santé 2022, quel projet territorial pour les Hautes-Pyrénées ?

Ce qu’il manque clairement à ce jour c’est la lisibilité de l’organisation des soins dans le département et la coordination avec les différentes structures existantes ou à moderniser comme Bagnéres et Lannemezan.

Nous attendons des explications de l’ARS pour que tous les acteurs locaux et les populations comprennent ce qui va se passer dans les prochaines années dans le département.

Après fusion, ce sera 130 emplois de moins et la diminution du nombre de lits. Nous avons bien compris qu’il y avait l’objectif de rentabilité économique sur ce projet.

Quels services vont attendre les populations, quelles conditions d’accueil, les élus attendent des explications précises.

Aussi le financement global de ce projet n’est pas encore acquis, la participation de l’Etat n’est pas finalisée et de fait les grandes collectivités vont être sollicitées (département, communautés d’agglomérations), il est très important que les élus sachent vers quoi ils seraient sollicités pour les financements complémentaires ».

Le maire de Maubourguet :

« Il est très ennuyeux que la population ne soit pas informée. Quand il y a urgence nous allons à Tarbes, les citoyens comme les services de secours, si nous devons aller à Lanne il faudra mettre 1 heure donc les soins s’éloignent. Nous voudrions comprendre et garder la proximité du service santé ».

Le maire de Lascazères :

« La population est vieillissante, on a déjà du mal à aller à Tarbes et en allant à Lanne il faudra plus de temps. Nous sommes déjà dans un désert médical et là on va vers un désert hospitalier ».

Le maire de Trie sur Baïse :

« C’est l’éloignement qui est le plus sensible pour le service d’urgence. Trie est à 55km, Castelnau Magnoac à 73 km, à un moment donné on va s’orienter vers Auch qui deviendra notre hôpital de proximité. L’éloignement est inquiétant et cela est contradictoire avec l’effort qui est fait en matière de santé ».

Le maire de Séméac :

« Si l’on met l’hôpital entre Lourdes et Tarbes et s’il n’y a plus d’urgence sur Tarbes la population va aller dans le secteur privé, il est certain qu’un tarbais qui doit faire 15 km pour se rendre à l’hôpital s’orientera vers une clinique privée donc au plus près.

L’hôpital à Lanne aura aussi un impact sur le développement durable, 15km de Lourdes, 15km de Tarbes et on parle de déplacement doux, je ne vois pas un tarbais aller à Lanne à vélo ».

Michèle Pham, conseillère municipale Tarbes :

« L’hôpital à Lanne aura un coût supplémentaire pour les familles. Tarbes a une population vieillissante et dans quelques années les personnes de 84 ans n’iront pas à Lanne ce sera trop loin pour elles.

Aussi il ne doit pas y avoir plus de 30 minutes entre un accident et les urgences, Lanne ce sera bien plus. Ce déplacement pose des interrogations sur la vie des personnes. Au niveau de la ville de Tarbes, il y aura une friche qui aura aussi un coût ».

Le maire de Rabastens :

« Implanter un hôpital à coté d’un aéroport, il va y avoir des nuisances sonores. Les urgences de Lourdes sont nécessaires pour les soins rapides ».

Le maire de Saint Martin :

« Quel sera le devenir de la maison de santé qui est adossée aux urgences de l’hôpital de Tarbes et qui accueille des patients jusqu’à minuit tous les jours et qui soulage les urgences ? Sujet jamais abordé ».

Le maire de Bernac- Debat :

« Le directeur de l’hôpital a répété à plusieurs reprises on compte sur vous, il ne faudrait pas qu’il y ait de nouvelles charges pour les collectivités donc pour les habitants des Hautes-Pyrénées. En implantant cet hôpital à Lanne on éloigne la population des soins ».

Le maire de Salles-Adour :

« Avec l’hôpital à Lanne, plus rien à Lourdes, plus rien à Tarbes que fait-on des bâtiments ? Les urgences de Lourdes ne doivent pas fermer ».

Pour ces élus, il y a besoin de transparence, ils expriment leurs craintes et leurs doutes, ce qui est proposé n’est pas pertinent.

Nicole Lafourcade