Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

2éme édition biennale européenne des patrimoines et présentation du projet du bâtiment 313 du site de l’arsenal.

lundi 24 septembre 2018 par Rédaction

C’est dans le bâtiment 313 du site de l’arsenal que Gérard Trémège, maire de Tarbes et président de l’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, avait réuni un bon nombre de personnes, élus de la ville et de l’agglomération pour cette 2ème biennale européenne des patrimoines.

Ce n’est pas par hasard que ce lieu avait été choisi puisque le président de l’agglomération a présenté le projet de l’Usine des sports.

La 2ème biennale du patrimoine ayant pour thème cette année "Patrimoine 3.0" traite de la reconquête des sites anciens et du développement des nouvelles technologies.

Le président de la grande agglomération a indiqué que la biennale européenne des patrimoines était un événement initié par le dialogue métropolitain qui rassemble 7 territoires : Toulouse Métropole, Tarbes-Lourdes-Pyrénées, le grand Cahors, Albi, le pays de Nay, les coteaux du Comminges et le grand Montauban.

L’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées a choisi de privilégier 2 manifestations : ce vendredi consacré à la requalification du site de l’arsenal, site qui existe depuis la fin du 19éme siècle et samedi la journée Edmond Lay.

Pour Gérard Trémège, ces événements sont prétextes à croiser les intelligences urbaines et s’inspirer des bons exemples pour valoriser notre territoire. Entre vues et vision partagées, elles permettent de constater des évolutions et de mesurer des événements, de voir les compétences, de la crise économique de la fin de l’ère industrielle et des conséquences sur notre patrimoine.

« Aujourd‘hui, c’est une mutation significative qui est présentée dans le développement de la ville de Tarbes avec la reconvention du site de Giat industries en zone urbaine  », a indiqué le président de l’agglo.

Il a ensuite rappelé l’historique de ce site jusqu’à ce jour : « Au milieu des années 2000 fin des activités sur le site de Giat Industries. Un site fermé, les tarbais et les tarbaises ne savaient pas ce qu’il y avait derrière les murs : secret défense. Fin 2007, plus d’activité du tout, Giat industries décide de vendre ! Confronté à cette décision, j’ai essayé de solliciter une entente de l’ensemble des collectivités en créant un syndicat et que nous puissions procéder à l’acquisition du site ensemble, sans savoir ce que nous allions en faire. Pour diverses raisons, tout le monde a décliné l’offre.

Réflexion faite, fin 2007 et toujours sans savoir ce que deviendrait ce site, la ville de Tarbes a décidé d’acquérir.

2008/2009, nous avons fait tomber les murs et la population a pu découvrir ce qu’il y avait derrière, un site avec des bâtiments architecturaux de la fin du 19ème siècle absolument magnifiques, un site majestueux, un site qui a aujourd’hui un sens pour les tarbais et les tarbaises, un site qui a écrit l’histoire industrielle de notre agglomération, de notre département. Pendant des décennies, des milliers d’habitants de notre territoire ont travaillé sur ce site et chacun a été meurtri quand Giat industries a décidé de fermer.

J’ai considéré que la ville avait un double devoir, le devoir de respecter l’histoire du site et de respecter ce qu’il a représenté sur le plan patrimonial et architectural. Nous ne savions toujours pas ce que nous allions en faire.

Un jour, le directeur du CGR est venu me voir à la mairie pour me dire que le cinéma du centre ville allait fermer car il y avait un besoin de rénovation important, ce cinéma était mal placé, les clients ne pouvaient pas se garer. Il voulait construire un complexe en périphérie. Je l’ai amené ici sur le site qui était en plein chantier et je lui ai dit : voyez les bâtiments et choisissez ! Il a trouvé le site formidable et il a choisi le bâtiment où est implanté le cinéma aujourd’hui.

Dès que ce plan du CGR a été connu, il a été un véritable aspirateur, de nombreux porteurs de projets sont venus et progressivement le site s’est développé, avec des activités ludiques, municipales. Nous y avons installé les archives municipales, la cuisine centrale et le restaurant d’entreprises qui a été rénové. Progressivement de nombreuses entreprises sont venues, un pole médical s’est développé etc.… A ce jour plus de 1000 personnes travaillent sur ce site. Il y a d’autres projets comme celui du bâtiment 111 sur lequel sera installée la médiathèque et je salue Geneviève Isson et sa pugnacité, j’ai dû reconnaître que ce projet était pertinent. »

Il a ensuite présenté le projet du bâtiment 313 où se passait cette rencontre : " l’usine des Sports ", un complexe sportif indoor, un bâtiment de 11 000m2 avec une piste d’athlétisme de 200 mètres, des terrains pour la pratique de sports collectifs (handball, volley, badminton), un pôle d’accueil pour les spectateurs lors des compétitions, un mur d’escalade de 22 mètres.

Il gardera le charme de l’atelier qu’il était avec les poutrelles comme le cinéma, il sera aux couleurs de Tarbes en gardant également ses propres couleurs. Le projet sera présenté en conseil communautaire du 19 décembre prochain et le lancement des travaux est prévu pour le dernier trimestre de 2019.

Nicole Lafourcade