Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Juillan :la préfète visite l’entreprise Laurentin

samedi 19 décembre 2009 par Rédaction

Françoise Debaisieux, Préfète des Hautes-Pyrénées, a rendu visite à l’entreprise Laurentin sise 72 route de Lourdes à Juillan, spécialisée dans le domaine de l’étude et l’installation de chauffage, solaire, thermique ou photovoltaïque, les énergies renouvelables, la climatisation, etc...

Forte d’une expérience de 29 ans, l’entreprise Laurentin Technic assistance et Laurentin Installation garantit à sa clientèle un travail soigné et de qualité. Accueillie par Emmanuel Laurentin, Françoise Debaisieux a découvert dans la salle d’exposition appelée show-room tous les produits qui nous apportent quotidiennement bien-être et confort, et qui s’intègrent parfaitement à tous les intérieurs. Les dépenses énergétiques comptent pour une part importante dans le budget des Français, surtout depuis la crise, et nos concitoyens sont attentifs à leurs économies indique le Chef d’entreprise. On a vendu énormément de chaudières en 2008. Jusqu’à présent les gens privilégiaient davantage le loisir que le chauffage, mais depuis septembre et les premiers frimas de l’hiver ils repensent à leur confort. Nous nous adaptons à la climatologie. L’entreprise Laurentin, c’est deux sociétés : une société d’installation, une société de service après vente, qui emploient chacune neuf salariés bénéficiant de formations permanentes ( 10 à 15 jours de formation par an et par technicien) dans le respect des directives européennes. On veut avoir une écologie modérée, réfléchie et accessible, parce que les gens qui veulent investir dans les produits écologiques doivent avoir les moyens d’investir. Il y a actuellement des gens qui se privent de manger pour se chauffer informe Emmanuel Laurentin, et cela prend les tripes. Pour nous, le plus dur est de déterminer l’urgence de l’intervention lorsque l’on reçoit un appel téléphonique, et il nous arrive parfois d’intervenir pour un problème de moindre importance, alors que d’autres personnes ont de plus gros soucis, selon l’interprétation de l’appel, ou selon le ton employé par le correspondant. Beaucoup pensent qu’il suffit de monter le ton pour être entendu, et certains privilégient à tort ce système.

Madame la préfète a apprécié cette visite d’une entreprise locale dynamique ayant les moyens de s’adapter tant du point de vue technique, qu’économique.

Henri Soulet