Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
   
 
  
 

Agriculture française en détresse : plus de 60 parlementaires à l’écoute

mercredi 1er juillet 2015 par Rédaction

Le 2 juillet prochain la FNSEA engagera toutes une série d’actions sur le territoire afin de montrer que l’agriculture française est en détresse.

Selon le syndicat agricole majoritaire, près de 60 parlementaires ont répondu à son « invitation afin de faire le point sur l’ensemble des dossiers agricoles. Pas assez de prix, trop de normes, les paysans sont désemparés. Il ne s’agit pas de revendications faciles ou ponctuelles mais d’un vaste mouvement d’incertitudes sur la viabilité de milliers d’exploitations qui n’arrivent plus à couvrir leurs coûts de production ».

La FNSEA précise que : « Près de 20 000 responsables agricoles ont signé un appel pour pouvoir disposer de façon pragmatique des produits phytos pour assumer et assurer leur production. C’est un symbole, car cette pétition électronique était une première pour le monde agricole. Preuve d’un désespoir de toute part. Que dire alors des actions des éleveurs depuis un mois déjà, partout, pour expliquer aux français leur métier et aux filières leurs responsabilités. C’est la remise en cause de notre modèle basé sur la diversité, la qualité, l’excellence et la présence d’agriculteurs sur tous les territoires  ».

A un moment où les agriculteurs finalisent leurs déclarations PAC, véritable « prise de tête  » notamment pour les éleveurs de montagne, et que de nombreuses aides sont remises en cause telles que les transports en estive (muletage et héliportage), la FNSEA compte « sur la représentation nationale et sur ses propositions pour [nous] aider à continuer à « produire et manger français » mais pour ce faire il nous faut un ministre aux aguets car les paysans sont aux abois ».

Et le syndicat conclut à l’adresse du Ministre : « Sauver l’agriculture française ce n’est pas un titre. Ce sont des actes ».

Louis Dollo