Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Canton de la Haute Bigorre : Eric Grau et Simone Laguerre, candidats de l’Entente Républicaine

dimanche 22 février 2015 par Rédaction

Le nouveau canton de la Haute Bigorre comprend les communes de Antist, Asté, Astugue, Bagnères-de-Bigorre, Beaudéan, Campan, Gerde, Hiis, Labassère, Montgaillard, Neuilh, Ordizan, Pouzac, Trébons. Deux conseillers généraux sortants se trouvent aujourd’hui sur ce territoire : Nicole Darrieutort, représente jusqu’au 21 mars 2015 le canton de Bagnères-de-Bigorre, ayant succédé à Rolland Castells, décédé en août 2013, lequel siégeait avec le Lourdais José Marthe au sein du groupe de l’Entente Républicaine. Jacques Brune est quant à lui conseiller général PRG du canton de Campan. Nicole Darrieutort ayant décidé de rejoindre le PRG et de faire équipe avec Jacques Brune, l’Entente Républicaine ne pouvait pas être absente des élections départementales après ce que certains considèrent comme une trahison.

Eric Grau, maire adjoint de Pouzac, ancien adhérent du Modem, de sensibilité centriste, considéré comme un des héritiers de Rolland Castells, a donc constitué une équipe, avec pour binôme féminin Simone Laguerre, belle-fille de Claude Laguerre qui fut durant longtemps le premier adjoint à la mairie de Bagnères-de-Bigorre. Tous deux ont tenu, vendredi soir, une conférence de presse avec leurs remplaçants et en présence, ce qui est très symbolique, de Gérard Castells, le frère de Rolland. Autre présence de poids, celle de José Marthe, le président du groupe de l’Entente Républicaine, compagnon de route de Rolland Castells.

Le discours d’Eric Grau

"Le débat démocratique que certains ont tenté d’empêcher aura bien lieu…"

Notre équipe a la volonté de s’engager dans cette campagne afin d’apporter son vécu, ses compétences et son énergie au service de notre territoire.

Nous nous engageons sous la bannière de l’entente républicaine, indépendamment de tout parti, car nous sommes des candidats libres de paroles et d’actions, et nous n’aurons à rendre des comptes qu’à ceux qui nous témoigneront leur confiance le 22 mars prochain.

Nous nous plaçons dans la lignée du regretté Rolland Castells et de José Marthe qui a la gentillesse de nous soutenir dans cette aventure.

Tous deux, reconnus et respectés par leurs pairs pour leur courage et leur ténacité, n’ont cessé de dénoncer les dérives budgétaires de l’exécutif départemental.

La remplaçante de Rolland a décidé de changer de « maillot » et quitté l’entente républicaine pour rejoindre le groupe PRG : à chacun de se faire sa propre opinion sur la démarche…

Cette position nous a paru insupportable et c’est pour cela que nous continuerons à poursuivre l’engagement de Rolland pour ce territoire qu’il aimait par dessus tout.
Le débat démocratique que certains ont tenté d’empêcher aura bien lieu…

La tâche ne sera pas facile, car fait unique dans une élection : nous ne savons pas, à cet instant, quelles seront les missions qui relèveront du futur Conseil Départemental…

Nombre de candidats promettent monts et merveilles sur des sujets pour lesquels nous n’aurons peut-être pas l’occasion de débattre dans la nouvelle assemblée.

Le pouvoir national multiplie les erreurs, prône les réformes pour le bien des citoyens, faisant fi du débat parlementaire (loi Macron).
Où sont les économies dans une réforme territoriale où le nombre de cantons est divisé par deux, alors que le nombre de conseillers reste le même au plan départemental et augmente même au plan national ?

La disette budgétaire à laquelle est soumis le conseil départemental rend la tâche de plus en plus ardue et doit être compensée par la fiscalité locale.
La pression fiscale n’a jamais été aussi forte. C’est insupportable pour les ménages, les commerces, l’industrie.

Notre vallée souffre, il faut lui redonner espoir.
Nos préoccupations sont celles de tous : bien vivre et travailler dans notre vallée, la préserver en valorisant le développement durable, développer notre attractivité touristique, mieux accompagner nos seniors, lutter contre la baisse démographique, maintenir et développer notre tissu économique et commercial (aides au commerce de centre ville).

Notre détermination sera sans faille pour défendre ces thèmes et d’autres ; si le législateur nous en confie les compétences…

LES CANDIDATS

 

Eric GRAU, 48 ans, marié et père de trois enfants.

Résidant à Pouzac.

Professeur au Lycée Victor Duruy depuis 1998.

Maire-Adjoint de Pouzac depuis 2001.

Délégué communautaire à la CCHB de 2001 à 2014, présidant la commission du développement économique.

Président du SIAEP Haut Adour (eau et assainissement).

Trésorier adjoint du Comité des Fêtes de Pouzac.

 

Simone LAGUERRE , 51 ans, mariée à Pierre LAGUERRE, directeur des chanteurs Montagnards, mère d’un étudiant de 18 ans qui a siégé au Conseil Général des Jeunes.

Je réside à Gerde.

J’ai travaillé dans le tourisme à Bagnères de Bigorre, puis dans l’immobilier.

J’ai repris mes études, et depuis 2010, je suis infirmière à Castelmouly

(Maison de retraite et unité de long séjour auprès des personnes âgées dépendantes).

J’ai été candidate aux dernières élections municipales de 2014 à Gerde

Je suis aujourd’hui engagée à titre bénévole, notamment pour l’alphabétisation de personnes étrangères.

Par ailleurs, je participe au Comité des Fêtes de Gerde.

REMPLAÇANTS

 

Jean-Claude MERLE, 56 ans, 3 enfants.

Je suis originaire des Cévennes, et je réside aujourd’hui à Louey.

Je suis passionné de montagne, et je suis un adepte des randonnées et du ski.

Après 15 ans passés dans les Alpes, mes séjours d’une dizaine d’années en Ariège et dans les Hautes-Pyrénées font de moi un pyrénéiste convaincu. Actuellement, je m’occupe de la satisfaction Clients dans la branche courrier de la Poste à Pau,activité valorisante, car j’estime que le respect des engagements contractualisés est la raison d’être de toute entreprise de service.

Je me définis comme un homme de conviction qui aime entreprendre.

Durant plusieurs années, j’ai accompagné et aidé de manière bénévole des créateurs d’entreprise au sein d’une association dépendant de la Chambre des Métiers.

Bientôt en fin d’activité, je m’engage dans ce challenge en totale adéquation avec l’équipe, afin d’offrir aux habitants de la Haute-Bigorre une alternance politique, et je l’espère, une dynamique économique.

 

Anne BAUMARD

54 ans, célibataire, je suis originaire de Normandie, et j’ai rejoint les Hautes-Pyrénées en 2013, et j’ai posé mes valises à Tarbes. Au printemps 2014, j’ai choisi de me rapprocher encore un peu plus des montagnes, et me suis installée à Bagnères de Bigorre.

Après une carrière professionnelle riche et variée, principalement en région parisienne, dans l’édition, la communication, l’immobilier, et plus récemment à la CCI de Tarbes. Aujourd’hui sans emploi, j’aspire à mettre mes compétences au service de mon département d’adoption.

Sensible à l’avenir du canton de la Haute-Bigorre, et désireuse d’y défendre des valeurs républicaines, je souhaite aujourd’hui m’investir dans l’action sociale tout particulièrement, et soutenir toute action permettant le « mieux vivre ensemble ».

José Marthe : « Nous étions confrontés à une double exigence, morale et politique  » 

José Marthe a relevé combien il était important de retrouver au cours de cette conférence de presse les noms de Castells et Laguerre. En tant que président du groupe de l’Entente Républicaine au conseil général, il a souligné qu’avec des amis de Rolland Castells, « nous étions confrontés à une double exigence, politique et morale. Politique car comment pouvait-on imaginer que dans ce nouveau canton plus d’un tiers de l’électorat ne soit pas représenté puisqu’il n’y avait que 4 listes, toutes de gauche. Il fallait absolument qu’il y ait une liste représentant le centre et le centre droit, et pour que toutes les électrices et électeurs non engagées politiquement puissent s’exprimer. Cette exigence politique, Eric Grau et son équipe la remplissent parfaitement par leur engagement courageux, que je salue et félicite. Il y a aussi une exigence morale, même si en politique, le mot morale est à utiliser avec précaution. Quand même ! De quoi s’agit-il ? Avec Rolland, nous avons livré tous les combats politiques et sous la même bannière et toujours contre les candidats de gauche ».

José Marthe a ressenti un choc et s’est dit stupéfait par la décision de Nicole Darrieutort. (Ecoutez l’audio)