Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
   
 
  
 

Conseil de quartier « Bel Air, Ormeau, Figarol. » : Incivilités en tout genre

vendredi 31 octobre 2014 par Rédaction

Hier, jeudi 30 octobre, dès 19 heures, démarrait le conseil de quartier « Bel Air, Ormeau, Figarol. » Comme d’habitude, Gérard Trémège, maire de Tarbes remercie la soixantaine de personnes présentes qui avaient répondu à l’invitation de la municipalité. Il était entouré de ses adjoints, des services techniques de la mairie, de la police municipale représentée par Thierry Olympie , du capitaine Jean Paul Gerbet représentant la police nationale et de Marco Contini, Coordonnateur des adjoints de quartier.

D’entrée l’ambiance se refroidit . Un riverain se lève et d’un ton plutôt incisif lance : « Monsieur le maire il nous semble que le quartier Bel Air est oublié !  »

Le maire répond : « Non ! Nous n’oublions personne, la ville de Tarbes se bat afin que les citoyens vivent bien. Nous avons déposé une candidature pour la rénovation urbaine, donc nous attendons avec impatience ! »

Une riveraine enchaine : « Les gens sont sales monsieur le maire, même les habitants jettent les couches sales par les fenêtres, des seringues y trainent partout, au parc Chastelain c’est la débandade, il y a des déchets, des bouteilles d’alcool vides qui trainent. »

Le maire répond : « il y a le problème du non respect des autres. Ce n’est pas qu’ici . Je ne suis pas un magicien ! »

Gérard Trémège demande à ce que l’on présente les travaux effectués sur le quartier depuis la dernière rencontre.

Michel Forget, adjoint en charge des Travaux, a donc présenté sur l’écran géant les divers travaux effectués :

Carrefour Jean Rostand /Ormeau : mise aux normes du trottoir pour personnes handicapées.

Carrefour Ledormeur /Ormeau : mise aux normes du trottoir pour personnes handicapées

Boulevard du 8 mai : sécurisation du trottoir.

Place du marché Brauhauban : création de 2 emplacements pour véhicules électriques et création de parking pour personnes handicapées.

Rue Larrey : sécurisation de la traversée piétonne.

Rue Rol Tanguy et rue du Pic du midi : application d’enrobé coulé à froid sur la chaussée.

Rue Arlaud : sécurisation du trottoir.

Rue J. Perrin : mise en place de balises anti-stationnement et création de passage piétons.

Boulevard du 8 mai : balisage de la zone d’activités.

Stade Maurice Trélut : construction d’une structure sportive et administrative.

Ont ensuite suivi les questions du ressort de la police :

Problème : dès 7h10, tous les samedis matin un véhicule avec 2 personnes à bord met la musique à fond, impasse Simon.

A certaines heures, précisent des jeunes avec leur pétrolette font un bruit excessif, coté Ormeau.

Les pistes cyclables, les espaces verts et les trottoirs servent d’aires de stationnement sans oublier les véhicules ventouses qui restent des mois sans bouger.

Le capitaine Gerbet répond que la police sera présente.

Rue Daléas, il y a un souci, les véhicules stationnent des 2 côtés. On ne peut pas se croiser ! Le maire répond que le stationnement est unilatéral.

Une riveraine suggère de faire un marquage au sol, Michel Oréa lui répond : 

« Nous avons déjà fait une consultation, le problème c’est que les riverains ne peuvent pas s’entendre, ceux qui habitent côté pair veulent le marquage de leur côté et ceux qui habitent du côté impair le veulent de leur côté »

Une dame demande : « Envisagez vous un parking extérieur desservi par des navettes ? »

Le maire répond : « Il est prévu un parking de plus de 200 places le long du Quai de l’Adour et il sera desservi par des navettes gratuites. Les travaux devraient débuter fin 2015 début 2016. »

« Il y a un problème avec le SDF qui squatte le Parc Bel Air » relève une dame.

La police répond : « Nous avons demandé aux services sociaux de s’en occuper. »

Andrée Doubrère explique : « Ce monsieur est pris en charge par les services sociaux, mais il ne veut pas rejoindre son logement .Nous sommes impuissants, il n’est pas le seul dans ce cas. Nos travailleurs sociaux sont découragés face à ces individus. »

Un riverain signale qu’un véhicule avec les vitres brisées stationne depuis un certain temps à Bel Air.

Rue Figarol, les automobilistes ne respectent pas les sens interdits.

Une dame demande si la police peut faire des rondes au Parc Bel Air, il y a des problèmes de beuverie.

« La police sera présente et verbalisera, on va intensifier les contrôles. » a répondu le capitaine Gerbet.

Un monsieur pose la question au maire : « Quelle est la politique de la ville en ce qui concerne les caméras de surveillance et sont-elles utiles ?  »

Le maire répond : « Il y a 45 caméras sur la ville de Tarbes. Un certain nombre dites fixes enregistrent et les autres mobiles avec des agents qui surveillent sur les écrans de contrôle. Ces caméras sont très dissuasives, grâce à elles des interpellations ont pu avoir lieu. Ce que je constat,e c’est que tout le monde en demande. »

Le capitaine Gerbet enchaine : «  Les caméras ont permis à nos services d’élucider de nombreux dossiers, donc elles sont très utiles.  »

Fabrice Marquerie, responsable du service explique : « Nous n’avons pas installé les caméras au hasard, des études ont été faites en fonction de la délinquance des quartiers. On parle de vidéo protection et non de surveiller le quidam, elles sont là pour protéger les honnêtes gens. Elles nous permettent aussi de repérer des problèmes de stationnement, de trous dans la chaussée, de problèmes d’éclairage. »

Le maire rajoute : « Au-delà des caméras déjà installées, nous avons décidé d’acquérir 2 caméras déplaçables, un outil dissuasif. »

Une dame demande : « pourquoi n’y a-t-il plus de lumière au Parc Chastellain ? »

Gérard Trémège répond : « Tous les luminaires qui avaient été installés ont été saccagés. Oon est en train de travailler sur un nouveau système d’éclairage incassable » Et rajoute : «  J’avais envisagé de faire fermer le Parc Bel Air comme le Jardin Massey, mais c’est dommage ! »

Une dame pose la question : « Où en est le projet de la nouvelle SPA ? »

Myriam Mendes répondra : « Un projet avec un privé est en cours, Christelle Boué est en discussion avec la préfète pour ce projet qu’elle porte sur ses fonds propres pour une SPA départementale. Nous sommes donc dans l’attente. »

Une riveraine s’inquiète et demande : «  Vous faites un centre d’ébergement ponctuel au dessus de l’épicerie sociale ? »

Andrée Doubrère répond : « Effectivement il y a 2 T2 et 2 studios qui sont réservés à des jeunes en rupture familiale. Nous travaillons sur ce projet, les jeunes sont accompagnés et si nous ne faisons pas cela il seront dans la rue.  »

Un habitant du quartier prend la parole : « Je suis à Tarbes depuis 2000 et je suis satisfait et vous remercie pour tout ce qui a été fait sur cette ville », a-t-il dit en s’adressant au maire .

Après presque deux heures d’échanges, Gérard Trémège conclut en expliquant les problèmes avec la baisse de dotation de l’État pour les collectivités, le coût supplémentaire pour la commune avec les nouveaux rythmes scolaires. Et il fait remarquer que depuis 2001 les impôts n’ont augmenté que de 1,20%

« Si nous n’avions pas fait les gros investissements ces 10 dernières années (Rue Alsace Lorraine, Halle Brauhauban, Marcadieu etc.….), aujourd’hui ce serait impossible Nous allons aussi être obligés de réduire les moyens au tissus associatif, et de décaler des travaux comme la rue Georges Lassalle ou avenue de la Marne. »

Nicole Lafourcade