Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Retour sur Valence-Romans

lundi 18 avril 2022 par Rédaction

Du côté des Drômois

Décidément Valence-Romans a du mal chez les mal classés, puisqu’après Dax, Blagnac, Bourgoin et Dijon, le Dauphin de Massy vient de s’incliner à Tarbes. Une défaite qui fait mal aux têtes, si on en croit la mine défaite des joueurs et le silence de mort des vestiaires. Car les Drômois avaient la ferme intention de s’imposer en Bigorre pour consolider leur deuxième place synonyme de demi-finales directes. Une courte défaite bonifiée qui permet cependant au VRDR de conserver sa précieuse seconde place puisque Albi a lourdement chuté à Soyaux-Angoulême qui se replace grâce à sa victoire bonifiée. Une défaite qui fait mal parce que les Drômois n’ont plus leur destin entre les mains. Lors de la prochaine journée, à moins d’immense surprise rien ne devrait bouger avec les confrontations Albi-Bourgoin, Valence-Romans-Dijon et Aubenas-Soyaux-Angoulême. Tout devrait se jouer lors de la dernière journée avec les Tarbais, qui reçoivent Albi, comme arbitres, car les Drômois vont à Massy et Soyaux-Angoulême à Bourgoin. 

Johann Authier : Il va falloir relever la tête

Le manager était presque plus déçu du manque d’engagement de son équipe que de cette nouvelle défaite concédée dans les arrêts de jeu. « On perd à la dernière seconde mais je ne m’attendais pas à ce genre de match à la veille des Phases Finales. Je ne m’attendais pas à voir des joueurs sans volonté…Il va falloir relever la tête. » Pour Johann Authier, la sortie de son capitaine Armary, n’a pas fait basculer la fin de la rencontre. « Non, ce n’est une seule personne qui sauve les meubles. C’est plutôt notre conquête et notre mêlée défaillante qui ont été un gros point noir chez nous. » Pour autant, avant la sortie d’Armary, Valence-Romans menait 11-20 et a encaissé un essai cinq minutes après. L’ancien demi-de-mêlée regrettait aussi « de n’être pas tout le temps bien arbitré. Je pense que l’arbitre nous a bien ciblés, car on n’a pris que des pénalités sur la fin. Après, quand on n’est pas bon, on n’a que ce qu’on mérite. » Johann Authier, qui pense à la dernière pénalité, oublie que deux minutes avant il avait bénéficié d’une pénalité, pas évidente sur une touche, qui avait permis à Price de reprendre le score 21-23.L’entraîneur réfute un possible relâchement suite à la lourde défaite d’Albi la veille qui assurait la seconde place même en cas de défaite. « Non, on savait très bien ce qui nous attendait parce qu’ils jouaient leur maintien. On savait ce qui nous attendait et il n’y a pas d’excuse. » Valence-Romans s’est présenté avec une équipe remaniée non par souci de roulement mais de joueurs valides. « C’est parce qu’on a beaucoup de blessés. On a mis l’équipe qu’on considérait comme la meilleure pour venir gagner. On a beaucoup de blessés, mais même sans ça, on doit gagner. »

Vincent Pélo : Ils ont su aller chercher la victoire

« On est déçu parce qu’on avait pour objectif de venir gagner. On n’a pas su mettre les bons ingrédients au bon moment. Ils ont su profiter de nos fautes et ils ont su aller chercher la victoire. » Peut être à cause d’une motivation supérieure, concède le pilier. « Ils jouaient le maintien et je sais ce que c’est de jouer le maintien. On est obligé d’avoir envie. Nous aussi, on avait envie et je crois qu’on a répondu présent. On savait qu’ils étaient costauds et que ça allait taper. On a essayé de répondre présent mais ce match, on le perd sur des détails. » Et un des détails, c’est la mêlée. « On s’est fait chahuter un peu en mêlée mais je ne dirai pas qu’on perd le match que sur ça. » 

Darrell Dyer : C’était un vrai combat

L’ex seconde ligne de Carcassonne, a failli signer à l’intersaison à Tarbes avant de rejoindre Valence-Romans. « Oui, je suis même venu à Tarbes » confie l’Anglais qui ne regrette pas son choix malgré la défaite. « C’était un vrai combat, c’était la guerre. C’est dommage de perdre un match comme ça, juste à la fin. On n’a pas été bon, c’est de notre faute. On n’a pas trouvé notre rythme. On a été notre propre ennemi. » L’ancien partenaire de Duny à Carcassonne trouve bon le niveau de la Nationale. « Il n’y a pas trop de différence. En Pro D2, ça va plus vite mais pour la densité physique, c’est pareil. Il y a beaucoup de joueurs qui pourraient jouer en Pro D2. Il y a aussi beaucoup d’anciens joueurs de Pro D2 et de Top 14 qui jouent. C’est un championnat très difficile. »

Alexis Armary : On n’a pas réussi à trouver les solutions

Le capitaine sorti sur blessure, suite à une lourde chute sur une touche, se veut rassurant. « Ça va. Je suis tombé sur le dos sur une touche, j’ai eu la respiration coupée et j’ai craché un peu de sang. Donc on n’a pas voulu prendre de risques mais ce n’est pas trop méchant. » L’apparition de sang ne serait pas significatif d’une blessure grave. « Apparemment non, ce serait le fait que les poumons expirent l’air d’un seul coup et irritent un peu la gorge. » L’ex-Tarbais, qui connaissait bien les valeurs de son ancienne équipe, n’est pas surpris de la prestation tarbaise qui a su contrer les points forts de son adversaire. « On a été défaillants sur nos points forts devant, que sont la mêlée et les ballons portés. On savait que Tarbes souhaitait nous contrer, en évitant de défendre les ballons portés en évitant de venir au contact et on n’a pas réussi à trouver les solutions. En mêlée, on a été pris et c’était compliqué. On sait que, dans ce sport, quand on n’a pas ses ballons en conquête, c’est très compliqué pour gagner. Tarbes a fait un bon match et je suis content qu’ils se sauvent. »

Du côté bigourdan

Le poids de la mêlée

Même si c’est le second ex-pensionnaire de Pro D2 qui tombe à Trélut, les Tarbais ont réussi un exploit contre le N°2 de Nationale qui venait en Bigorre avec l’objectif affiché de s’imposer. Un exploit, car en moins de quatre minutes, sans avoir fait la moindre passe, Valence-Romans menait 0-6 sur des pénalités « offertes ». Les Tarbais ont concédé dix-huit points au pied, dont un drop. Sur les cinq pénalités, deux ont été provoquées par un enchaînement de jeu, alors que les Tarbais ont été chercher leurs quatre pénalités en faisant du jeu. A notre décompte, Romans a été pénalisé à onze reprises et Tarbes treize fois. Une fois encore, c’est la mêlée tarbaise malgré, l’absence d’Erasmus et un Duny sur un bras, qui est à mettre en exergue. Palisse a fait mieux que de tenir le choc devant Pélo qui a même écopé d’un carton jaune pour fautes répétées en mêlée. Une nouvelle fois, quelle que soit la configuration des premières lignes, la Tarbaise a pris le dessus avec cinq pénalités contre deux.

Lionel Terré : Personne ne nous a donné le maintien

Le Président savoure l’instant présent au milieu de ses joueurs. « Tarbes s’est gagné son maintien. Personne ne nous l’a donné. » Une courte victoire comme contre Aubenas mais cette fois avec un meilleur contenu. « On a fait un mauvais match la semaine dernière mais ce qu’il faut regarder, c’est que depuis les matchs Retour, on a quasiment ramené des points de tous les matchs. Après, les joueurs sont des êtres humains et parfois la peur fait se sublimer. Jamais les joueurs n’ont été décevants lors des gros matchs. » Lionel Terré pense déjà à la saison prochaine. « Maintenant il faut bien finir, pour terminer le plus haut possible de la pyramide pour pouvoir vendre un projet sérieux pour la saison prochaine. »

Alexandre Duny : On a battu une grosse équipe

Poche de glace sur le devant de son épaule droite, le pilier savoure cette victoire malgré la douleur. Blessé contre Aubenas, Alexandre Duny s’est refait mal sur un placage manqué et a dû serrer les dents toute la partie en mêlée fermée. « Je pense que là, j’ai une entorse sterno-claviculaire* » A priori, le Droitier devrait faire défaut à Blagnac, si les examens confirment le diagnostic. « Je crois que c’est fini pour moi. On verra cette semaine mais j’aimerais bien jouer Albi. » Cette victoire, les Tarbais y ont cru jusqu’au bout. « On a prouvé que contre les « Gros », on pouvait faire des gros matchs », sourit le Normand. Une situation qui peut s’expliquer par une pression moins négative. « On se met au niveau des équipes contre qui on joue. Là, on a battu une grosse équipe mais ce n’est pas miraculeux. On n’a pas fait un super match mais on a gardé les bases et on a été chercher cette pénalité à la fin. » Ce qui s’explique aussi par plus d’engagement, d’agressivité et de solidarité contre une des meilleures attaques de Nationale. « On a mis les barbelés en défense. A part moi qui me loupe sur un placage et un ou deux placages loupés, on a su se ressaisir de suite. Tout le monde a fait son job. » La mêlée tarbaise, face à des piliers et un talonneur qui ont évolué en Pro D2 et en Top 14, a été dominatrice. « C’était très dur, il fallait aller les chercher… »

(*Entorse des ligaments entre la clavicule et le sternum)

Maxime Oltmann : La mêlée nous a beaucoup aidés

L’arrière était partagé sur le contenu du match. « On a rendu une meilleure copie que contre Aubenas mais moins bonne que contre Chambéry qui était un match référence en attaque et en défense. Celle là, ce n’est pas la plus belle mais on a réussi à leur répondre. On a pris des pénalités bêtes mais ils en ont pris aussi surtout en mêlée et ça nous a beaucoup aidés. » L’efficacité dans les zones de marques a aussi pesé. « On marque quand on rentre chez eux et ça, c’est très important parce que d’habitude, on a du mal. Là, on a pu mettre notre jeu en place et on s’est montré dangereux sur leurs cinq mètres. L’efficacité au pied de « Berbize » nous fait prendre le dessus à la fin. » L’autre point positif, ce sont les sorties de camps, largement déficitaires contre Aubenas. « On avait mis des choses en place et on a plutôt bien réussi, je crois. »

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre