Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Retour sur Chambéry-Tarbes

mercredi 17 novembre 2021 par Rédaction

Une lourde défaite qui fait très mal

45-0, ça fait mal à la tête. On se sent tout à la fois honteux, impuissant, humilié, frustré, en colère, surtout face à un adversaire de son calibre. Même si Chambéry a un budget et un effectif plus conséquents que Tarbes, ce n’est pas Massy, Valence-Romans, Albi, Soyaux-Angoulême ou Nice. Ni en renommée, ni en moyens humains et budgétaires. Les Tarbais tombent de très haut, car ils étaient partis pour tenter de « faire un truc ». Même s’il a horreur du mot impasse Fabien Fortassin n’a pas voulu anticiper la réception de Suresnes en faisant tourner. Perdre à Chambéry 15-7 ou 45-0, c’est zéro point, en terme comptable mais perdre contre Suresnes, même d’un point, c’est moins trois points au Classement Britannique, celui qu’on retrouve en fin de saison.

Une défaite logique au vu des effectifs

Fabien Fortassin le sait et s’il n’a pas fait « tourner », comme il l’avait fait à Aubenas ou à Massy et plusieurs fois la saison dernière, ce n’est pas par assurance ou par arrogance. C’est parce qu’il ne pouvait pas faire autrement par manque d’effectif sur certains postes. Privé de Duffau, il ne pouvait pas laisser souffler Mamao et l’absence de Lhusero l’a empêché de jongler avec la polyvalence derrière. Les retours prématurés de Pèes, Palisse et Ricart, ont été dictés par le manque d’effectif. Tarbes, il faut le savoir, a le plus petit budget et le plus petit effectif de la Nationale avec 22 joueurs « pros », dont au moins trois pluri-actifs (Dumestre, Lhusero, Sajous). Le Président Terré, en prudent gestionnaire, connait très bien les limites de son effectif trop restreint en nombre par rapport à Chambéry et à d’autres effectif de la Poule. Si le recrutement a été très bon qualitativement il se révèle trop faible quantitavement quand les blessures s’accumulent. Si Tarbes était passé entre les gouttes la saison dernière avec un nombre restreint de blessés, cette saison les Tarbais sont rattrapés par le destin. Fabien Fortassin, habitué à jongler, en est réduit à bricoler en faisant jouer des joueurs qui auraient dû rester au repos. Ce qui explique les réactions plutôt softs du Président et du staff après pareille déroute. D’autant que Chambéry, c’est dix joueurs pros de plus et un budget de plus du double. De plus les Tarbais avaient six joueurs pros blessés (Combier, Erasmus, Prétorius, Maximin, Lhusero, Rubio), en plus des trois retours prématurés. Sans compter des absences de quatre équipiers « premiers » Espoirs (Hourclé, Saint-Guilhem, Parrou, Duffau). Contre Chambéry, le staff a aligné sept Espoirs sur la feuille de match (Palisse, Lamothe, Réal, Agueb, Millet, Dulucq, Croquet…). Les autres équipiers premiers Espoirs (Cantan, Noël, Mansieux…) étaient retenus avec leur formation contre Blagnac (défaite 19-21). En tout, le Stado-TPR était privé de treize joueurs susceptibles d’être alignés…

Une déroute à oublier très vite

Mais prendre un 45-0 et six essais, c’est lourd, très lourd et ça marque les esprits. Mais si on regarde le timing, Tarbes a pris trois rafales de deux essais (6ème + 12ème / 40ème + 43ème/ 62ème + 67ème) et a joué, en seconde mi-temps, en inférioté numérique pendant vingt minutes. De plus que ce serait-il passé si les Tarbais avaient marqué un essai sur leur première action de jeu ? Au lieu de ça, c’est Chambéry qui a inscrit, en suivant, deux essais coup sur coup… Derrière tout s’est enclenché, à l’envers de Cognac. C’est un Chambéry, en confiance, à qui tout réussissait, contre des Tarbais qui n’arrivaient pas à enchaîner face à une défense, bien en place et très agressive. Alors que Tarbes pensait limiter les dégâts et tourner à la mi-temps à 14-0, une pénalité de Gerber (38ème) et un troisième essai dans les arrêts de jeu, l’ont assommé avec un 24-0 au tableau d’affichage. Ensuite les Bigourdans ont subi en seconde période en encaissant un essai d’entrée et deux essais supplémentaires à l’heure de jeu. Les Savoyards complètement libérés se sont livrés à une débauche de jeu bien structuré entre avants et trois-quarts. Des Tarbais, impuissants en attaque, qui ont été pris en agressivité et qui, comme contre Nice, sont tombés face à un mur. Le retour en bus a été long et le lundi morose, à ruminer cette défaite jugée « honteuse ». Mardi, les Tarbais, après la vidéo, sont retombés dans la préparation du match suivant contre Suresnes. Un match où il ne faudra pas se rater au niveau de l’engagement et de la mentalité. Après un mercredi de repos, jeudi et vendredi, vont être consacrés au match de dimanche qui a été avancé à 14h30.

Jean-Jacques Lasserre