Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Clinique de l’Ormeau : La direction reste sourde selon la CGT Santé

vendredi 1er octobre 2021 par Rédaction

Après les hôpitaux du département hier, la CGT santé des Hautes-Pyrénées a fait le point sur l’état de santé de la clinique de l’Ormeau ce jeudi en début d’après midi.

 Wilfried Zaparolli, délégué CGT Santé 65, a expliqué qu’ils ont assisté au conseil territorial de la santé en observateurs car ils n’ont pas pu participer aux décisions de la direction de la clinique et de l’ARS.

Le service des urgences de la clinique de l’Ormeau a été fermé en juillet et août 2020 à la demande de l’ARS pour privilégier le maintien des urgences de Bagnères de Bigorre. Aujourd’hui l’ARS demande sa réouverture mais la direction l’hôpital de Tarbes  s’y refuse par manque de personnels.

57% des départs sont des démissions dont certains accusent 20 ou 25 ans d’ancienneté. Aujourd’hui, le solde négatif pour la polyclinique est de 53 postes. La direction n’investit pas dans le personnel, il n’y a pas de formation, c’est une volonté de la part de la direction de réduire la masse salariale. Selon le groupe Elsan, 15% seulement des salariés sont satisfaits de leurs salaires et 21% pensent que la direction se soucie de leurs conditions de travail.

« Nous approuvons le 5ème Plan de développement des soins palliatifs et d’accompagnement de la fin de vie annoncé par Olivier Véran mais en Hautes-Pyrénées la seule structure existante se dégrade de jour en jour. Nous allons adresser un courrier au ministre pour connaître sa position sur ce problème »

 Selon Laurence Charroy, 90% du chiffre d’affaires de la polyclinique est de l’argent public, si l’Etat ne fait rien, il devient complice de cette situation.

« La CGT propose des solutions mais la direction reste sourde. Il faut stopper la fuite du personnel et renforcer les conventions collectives. Notre établissement est moins bien côté que la moyenne des établissements du pays, et pendant ce temps, Elsan construit des cliniques au Maroc. Les 180 lits fermés dans le département correspondent au potentiel annoncé pour le futur hôpital unique...Cette dégradation mérite un vrai débat public. »

NL