Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Les hôpitaux du département au bord de l’implosion

jeudi 30 septembre 2021 par Rédaction


A l’initiative des représentants syndicaux des hôpitaux du département, une conférence de presse a été tenue ce mercredi après midi à la bourse du travail en présence de représentants de l’hôpital du Montaigu, de l’hôpital de Bagnéres de Bigorre, de Tarbes et de Lourdes pour alerter la population sur le mauvais état de santé des hôpitaux du département.

« Nous sommes mobilisés pour exprimer notre colère et dénoncer les conditions de travail qui se dégradent. 180 lits fermés sur le département, toutes les décisions sont prises sans consultation. Il y a un mécontentement général, nous ne sommes pas écoutés  », indique Wilfried Zapparoli, secrétaire général CGT santé.

Pour les représentants syndicaux, l’heure est grave, il n’y a plus les moyens de fonctionner. 80 lits fermés c’est la solution de Monsieur Bourriat, 300 arrêts de travail le personnel n’en peut plus. C’est aussi plus de 80 000 heures supplémentaires dues à l’hôpital de Tarbes.
Faute du nombre de lits suffisants, les patients attendent sur des fauteuils.
L’hôpital est dans l’incapacité d’absorber les fermetures des services de l’Ormeau et celle des urgences de Bagnères de Bigorre.
C’est une destruction massive de l’offre de soins et des hôpitaux publics, résultat des choix de gouvernance relayé par l’ARS et mis en application par le directeur des hôpitaux Tarbes et Lourdes, Bagnères et Astugue M.Bourriat.

Des conditions de travail déplorables, explosion du nombre d’heures supplémentaires, repos, le personnel ne peut pas prendre ses congés comme il le souhaite.

« Sous la menace d’une démission collective des urgentistes tarbais, M. Bourriat fait des annonces de redéploiement d’effectifs paramédicaux sans fermeture de lits ni de service ! Quel magicien ce directeur ! Seulement des effets d’annonces pour calmer cette situation  », commente le représentant syndical.

Pour les syndicats, il faut que l’ARS et M. Bourriat arrêtent de faire une gestion de fossoyeurs des institutions de santé et du service public hospitalier. Il faut les moyens nécessaires humains dans toutes les catégories professionnelles pour pouvoir répondre aux besoins et prendre en charge la santé de la population des Hautes-Pyrénées.

Nicole Lafourcade