Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Projet de création d’une fédération tarbo-paloise de médecine nucléaire : les médecins sont furieux

samedi 12 décembre 2020 par Rédaction

« La direction du centre hospitalier de Tarbes et le président de la commission médicale (CME) ont décidé de créer une fédération inter-hospitalière de plusieurs de nos services avec le centre hospitalier de Pau sous la tutelle exclusive du centre hospitalier de Pau », ont déclaré, lors d’une conférence de presse, le docteur Virginie Siani Wembou, chef du service d’anatomie-pathologie, le docteur Coaguila, chef du service médecine nucléaire pôle médico- technique et le docteur Alain Le Coutumier chef de service de biologie pôle médico –technique. L’occasion de faire entendre leur colère et d’avertir la population. 

 

Il est inhabituel que des médecins s’adressent directement à la presse mais ils leur est apparu important d’informer la population des Hautes-Pyrénées sur le risque sérieux qui pèse et pèserait sur la prise en charge de la santé de la population du département. 

 

« Le directeur et le Président de la CME convoquent le 15 décembre une CME exceptionnelle et un comité technique d’établissement (CTE) exceptionnel nous laissant que peu de temps pour agir, pour demander l’avis de ses différentes institutions. La question est de savoir quels services aurions-nous à Lanne après ce dépouillement de nos hôpitaux et une distance encore plus longue pour notre population », a expliqué le docteur Siani Wembou.

 

« Deux ou plusieurs centres hospitaliers peuvent, par décision conjointe de leurs directeurs prise après avis de la commission médicale et du comité social de chacun des établissements concernés décider de regrouper certains de leurs pôles d’activité clinique ou médico-technique en fédération médicale inter hospitalière avec l’accord des responsables des structures internes. La direction a convoqué une commission médicale d’établissement exceptionnelle et un comité technique d’établissement exceptionnel qui auront lieu le 15 décembre prochain afin que les deux entités donnent leur avis sur la convention constitutive de la FMIH de médecine nucléaire tarbo-paloise. Or le docteur Coaguila, chef de structure interne de la médecine nucléaire de Tarbes, n’a pas été consulté et n’a pas donné son accord pour la création de cette FMIH. Si la décision de création de cette fédération est prise, il s’agira d’une mise sous tutelle du service de médecine nucléaire de Tarbes par le service de médecine nucléaire de Pau et non d’une collaboration, prévoyant une chiffrerie unique avec la nomination d’un praticien hospitalier coordonnateur palois sur les deux services, à savoir : l’organisation du temps de présence médical et la détermination des temps médicaux sur chaque site, les avis à donner sur les recrutements médicaux, renouvellement des matériels nécessaires , être l’interlocuteur unique des deux directions des centres hospitaliers de Tarbes et de Pau, être le référent unique concernant les dossiers d’autorisation des équipements et des dossiers relatifs à l’autorité de sûreté nucléaire des deux établissements », a indiqué le docteur Coutumier.

 

Le docteur Siani Wembou précise que dans cette configuration, l’implantation dans le nouvel hôpital de Lanne dans 10 ans d’un TEPSCAN, appareil de pointe dans le bilan et le suivi des pathologies tel le cancer parait très incertaine étant donné que Pau prévoit l’installation d’un 2ème TEPSCAN dans son hôpital pour lequel le CH de Tarbes participe à hauteur de 30% ,à égalité avec le CH palois.

 

Les médecins en colère demandent l’annulation de la création de cette fédération pour instaurer une vraie collaboration égale avec le CH de Pau et préparer l’implantation du TEPSCAN à Tarbes.

 

« Nous appelons la population et les élus du département des Hautes-Pyrénées à rester vigilants sur ce dossier qui conditionnerait la bonne prise en charge des patients du département dans les indications qui sont celles de la médecine nucléaire notamment dans le bilan et le suivi des pathologies du cancer , du cœur etc.…Ce n’est qu’un début , d’autres services suivront .

C’est un préjudice porté aux haut-pyrénéens qui seraient obligés sous peu de se rendre à Pau alors qu’il existe un service de médecine nucléaire de qualité à Tarbes ».

 

Nicole Lafourcade