Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Le cri de colère de François-Xavier Brunet et Daniel Pugès, respectivement présidents de la CCI 65 et de la CMA 65

mardi 3 novembre 2020 par Rédaction


Les présidents des deux chambres consulaires ont tenu, lundi après-midi, à la CCI, une conférence de presse, en se faisant les interprètes de leurs ressortissants.

François-Xavier Brunet s’est exprimé en premier : « Je me fais l’interprète d’un cri de colère et d’un cri de détresse de la part de nos ressortissants commerçants. Nous sommes pleinement conscients et nous prenons pleinement la mesure de la gravité de la situation sanitaire dans laquelle se trouve notre pays. Néanmoins, on ne sauvera pas plus de vies en tuant le commerce. On ne sauvera pas plus nos concitoyens si on laisse l’activité économique de nos territoires, de nos centres-villes et de nos centres-bourgs s’écrouler littéralement. Aujourd’hui après la phase de sidération, nous en sommes à la phase de colère ou à la phase de déni. Je pense qu’il est temps de dire publiquement une vérité que pas grand monde n’ose dire, c’est que l’essentiel de la propagation de cette pandémie provient des comportements individuels de nos concitoyens ou parfois de nous-mêmes. Ce n’est pas dans nos entreprises, ce n’est pas dans nos commerces où nous avons tous investi, où nous avons tous mis en place des protocoles extrêmement rigoureux que se propage le plus la pandémie. C’est par des comportements individuels. J’appelle donc chacune et chacun de nos concitoyens à une plus grande responsabilité individuelle pour pouvoir mieux juguler cette pandémie et pour pouvoir poursuivre l’activité économique de notre pays, sinon nous allons devoir continuer dans cette spirale infernale. On déverse, et c’est nécessaire, des aides sur les secteurs économiques, on creuse les déficits. En Allemagne, les activités essentielles n’ont pas été fermées. La réponse, à mon avis à tort, est d’opposer les activités économiques les unes aux autres. On n’est pas dans une logique économiquement viable, je crains des moments d’angoisse, de détresse, de casse économique pour notre territoire. Nous nous battons pour demander un assouplissement des règles en faveur des commerçants. Dans les Hautes-Pyrénées, sur 3800 ressortissants relevant de l’activité commerce, si on enlève les 1000 cafés-restaurants, 1 500 commerces sont administrativement fermés. Sur ces 1 500 commerces aujourd’hui fermés dans les Hautes-Pyrénées, on peut craindre que 40 % d’entre eux (environ 600 commerces) soient obligés de fermer. Cela représenterait un millier d’emplois dans le département !

Les mesures engagées à court terme

Nous avons engagé des mesures à court terme. Tout au long du week-end, le réseau des chambres de commerce et d’industrie a rencontré des ministres pour leur demander, à défaut des commerces dits non essentiels, qu’on puisse les autorisés à travailler en recevant leurs clients sur rendez-vous. Nous n’avons pas obtenu encore satisfaction. Pour que des mesures soient acceptées il faut qu’elles soient comprises. Nous avons obtenu que l’attestation d’autorisation de sortie comprenne le fait d’aller prendre livraison de commandes passées en ligne auprès des commerçants. Nous allons nous mobiliser pour accompagner les commerçants dans leurs efforts de digitalisation et de maîtrise du click and collect, avec une réflexion pour mettre rapidement en forme une plate-forme pour permettre aux commerçants d’avoir une plus grande lisibilité sur le net, de vendre en ligne et de se former. Nous allons remettre en place le site de géo localisation des commerces ouverts. Ce portail s’appellera Geolocal 65. Ces prochains jours nous allons mettre en place une application avec CCI France qui permettra à partir du code NAF ou APE de savoir si le professionnel peut être ouvert légalement ou ne peut pas l’être. Il y aura, avec la région Occitanie, un outil d’accompagnement à la digitalisation. Je lance un appel aux pouvoirs publics, au président de la République, au Premier ministre, au gouvernement : Assouplissez d’urgence les mesures restrictives pour les commerces, il en va de la survie de notre commerce”.

Daniel Pugès : « On est au bord de la rupture !  »

Pour le président de la CMA 65, “On est au bord de la rupture. Nous pouvons parler de la problématique des chefs d’entreprise car nous la vivons quotidiennement tous les deux” (AUDIO ci-dessous)