Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Retour sur Tarbes-Massy

lundi 14 septembre 2020 par Rédaction

Les supporters sont là

Ce premier match de Nationale à Trélut a tenu toutes ses promesses en termes de jeu proposé par les Tarbais devant un public relativement nombreux. Un public apparemment conquis par la prestation tarbaise, si on en croit les salves d’applaudissements. Un public qui s’est comporté, un peu plus que d’habitude, en véritable supporter, avec des Stado, Stado…, pour pousser son équipe et des huées quand l’arbitre pénalisait à tour de bras les Tarbais. Avant le match, le club a honoré la mémoire de deux de leurs plus fidèles supporters Gérard Samaran et Philippe Chanfreau, décédés pendant l’inter saison. Un vibrant hommage, applaudi à tout rompre par tout un stade debout.

Du côté de Massy : La déception

Les Massicois qui étaient venus pour prendre les quatre points de la victoire à Tarbes sont repartis avec zéro point. Largué au score à la mi-temps (20-3), Massy était revenu dans le point du bonus défensif (20-13) à sept minutes de la fin et pouvait espérer décrocher les deux points du mach nul. La déception n’en était que plus grande.

François Guionnet : Tout le monde ne va pas gagner ici

Le Président était déçu bien entendu par la défaite mais aussi par la prestation de ses joueurs. « Sur la qualité du jeu, on n’a pas été présent. On a fait beaucoup trop de fautes pour espérer gagner contre une équipe aussi bien organisée que Tarbes. On n’a pas pris le match par le bon bout, c’est un match raté, c’est un faux départ pour cette saison. On a même perdu le point bonus dans les derniers instants. . On est déçu par le score, mais aussi sur le contenu et sur les fautes, en trop grand nombre, pour espérer rivaliser. Mais tout le monde ne va pas venir gagner ici. » Massy, toutefois ne manquait pas de circonstances atténuantes entre les cas Covid et les blessures. « La préparation a été très chaotique, on a eu une quinzaine de blessés et pour les entrainements, c’était compliqué. Il va falloir travailler, parce que sur ce qu’on a montré, c’était assez loin de ce qu’on pouvait espérer. »

L’hybride, c’est bon pour les voitures, pas pour le rugby

Massy, malgré la crise, dispose d’un budget de 3 M€ qui se situe parmi les plus gros de Nationale. Mais François Guionnet est circonspect. « La Nationale, c’est un beau championnat, on l’a vu aujourd’hui. On va rencontrer, toute l’année, de belles équipes. Tous les matchs vont être accrochés. C’est vrai que sportivement, c’est un beau championnat, qui sera plus attractif que les matchs de l’an passé. Où effectivement, il y avait beaucoup d’écart en Fédérale 1, entre les grosses équipes et les petites équipes. Mais en même temps, dans toutes les Poules, il y a eu des surprises et il y a des petits clubs qui ont battu des gros. » En bon gestionnaire, le Président relève les défauts de cette Nationale, qui fragilise les clubs au niveau financier. « Nous, on n’était pas en faveur de la Nationale en particulier. Massy, c’est un club qui mise beaucoup sur l’éducation et le partage. On était aussi content d’aller jouer dans des clubs qui étaient contents d’accueillir Massy parce qu’ils faisaient une grosse recette. Cette Nationale, est une Division un petit peu hybride. Globalement, c’est des investissements de la Pro D2 avec les ressources de la Fédérale 1. L’hybride, dans les voitures c’est bien, mais pas dans le rugby. »

Mathieu Bonello : On n’a pas à trouver d’excuses, ils sont meilleurs

L’entraineur n’a pas non plus apprécié la prestation de ses joueurs. « En première mi-temps, on manque d’investissement, alors qu’on venait pour gagner. A vingt minutes de la fin, il y a encore de la place mais on s’affole. On a disjoncté, on a pété les plombs, on fait n’importe quoi sur la fin. C’est ça qui me dérange. Après, on savait que c’était un déplacement compliqué mais on devait faire mieux. On n’a pas mis l’investissement qu’on devait y mettre. Même quand on n’est pas bon, il faut essayer de ramener un point et là, on repart avec zéro. » Trop facile, l’an passé, l’équipe a eu du mal à s’adapter. « Après, c’est le premier match, il faut être capable de rebondir à Chambéry samedi prochain. Ce championnat est long, difficile, c’est une autre Division. Les joueurs ont eu du mal à se dire que ce ne serait pas simple. On joue à deux à l’heure, on se fait des passes pour se faire des passes. Là, ils ont vu que ce seraient dur partout et qu’ils vont devoir mettre le bleu de chauffe. » L’ancien talonneur castrais reconnait sportivement la prestation tarbaise. « Il faut les féliciter, ils ont joué avec leurs forces et ils menaient 20-3 à la mi-temps. C’est bien ce qu’ils ont fait. On ne prend pas de points parce qu’ils ont été meilleurs que nous. On n’a pas à trouver d’excuses. Sur ce match, ils sont meilleurs que nous. »

Morgan Champagne : On n’est dans pas rentré dans le match

Le Manager estime lui aussi que son équipe est passée un peu à travers. « Déjà, je pense qu’on n’est pas rentré dans le match. On vient je crois, trois ou quatre fois chez eux en première mi-temps, sans marquer. Eux, ils ont beaucoup de réalisme et nous, on a tout raté. Que ça soit la conquête, que ce soit le jeu, que ce soit la défense… On a été en place pendant les cinq premières minutes. Après défensivement, on n’était pas dedans. On n’est pas descendu du train, comme on dit. On est déçu, en dehors du résultat, parce qu’on n’était pas venu pour faire ce genre de match. » Cependant Morgan Champagne relativise. « C’est un match à l’extérieur, c’est le premier match de l’année après six mois sans jouer. Il faut garder un côté positif et se dire qu’on ne pourra pas faire pire que sur ce match. Maintenant il faut qu’on bosse, tout en gardant l’humilité, car à Chambéry, sur le contenu, il faut que ça soit mieux que ça. »

Demaï-Hamecher : On a eu du mal à scorer

L’ex-Tarbais disputait son premier match après une très grave blessure qui aurait pu lui coûter la vie. « Oui, l’année dernière, j’ai eu une fracture du rein, avec hémorragie interne et j’ai passé une semaine en réanimation. Je n’étais même pas sûr de m’en sortir. J’ai passé un mois alité, puis ça a mis des mois à se restructurer. On me disait que je n’allais plus pouvoir jouer au rugby et là, après dix mois, c’est mon premier match depuis l’accident. Je suis content. » D’autant qu’il faisait aussi son retour à Tarbes où il a débuté et où il était revenu jouer avec Lannemezan. « Je reviens un peu chez moi. C’est un peu particulier de retrouver les copains du Centre de Formation et c’est super de revoir les montagnes où j’ai grandi. » L’ancien international à sept n’a pourtant pas hésité à venir percuter en plein centre du terrain et à demander des ballons. « Les deux équipes ont un petit peu dominé à tour de rôle. Je pense qu’on fait une entame plutôt correcte mais on a eu du mal à scorer quand on jouait chez eux. Après, Tarbes a toujours les mêmes valeurs, c’est fort devant. On tourne avec beaucoup d’écart à la mi-temps. On fait une meilleure seconde mi-temps, mais on avait pris trop de retard pour espérer faire un résultat ici. »

Jean-Baptiste Claverie : On est passé à côté, moi le premier

L’ouvreur, à son habitude, ne fuit pas ses responsabilités et assume ses échecs au pied, avec une seule réussite en quatre tentatives. « Clairement, on est passé à côté de l’évènement et moi le premier, ça nous coûte le match. Félicitations à Tarbes, qui a fait un très, très, gros, match. On s’y attendait. On savait, au vu des résultats des matchs amicaux, que ça allait être une très sérieuse opposition. On n’a pas su répondre présent et c’est à nous d’en tirer les leçons et de bien travailler. On s’est incliné 23 à 13 alors que tout le monde nous voyait favori. Cela veut dire qu’on n’est pas favori et que c’est peut-être Tarbes qui fait partie des favoris, tout simplement. » L’ex-ouvreur tarbais rend hommage à son vis-à-vis. « Berbize a fait un très, très, bon match. » Jean-Baptiste Claverie n’est pas du tout surpris par cette reconversion. « Non pas du tout. C’est un mec qui a de grandes qualités, comme tous les jeunes du club. Je ne suis pas du tout étonné de sa performance et du niveau de jeu qu’il a affiché, comme Thomas Lhusero et tant d’autres. Il y a aussi Morgan Rubio et Romain Dumestre et tous ces jeunes de Tarbes qui sont rentrés. Ils ont tous fait un très bon match et ils ont mérité leur victoire, il n’y a rien à dire. » Le Landais qui s’est bien acclimaté à la Région Parisienne, pense déjà au prochain match. « Je me plais énormément à Massy, c’est une expérience de vie. Maintenant, il va falloir faire une bonne semaine de travail et tout faire pour ramener des points de Chambéry. On n’a pas le choix »

Du côté tarbais

La victoire sur un des favoris, une belle communion avec un public venu en nombre, que demander de plus pour être heureux. Tarbes a marqué les esprits en laissant Massy revenir bredouille. D’autant que tout n’a pas été parfait, avec encore de l’indiscipline, même si Massy a été, au final, plus pénalisé. Heureusement, le buteur adverse n’a connu que 25% de réussite, ce qui n’a pas pesé sur le cours du match. Ce qui a irrité le public, ce sont les pénalités à répétitions sifflées par M. Carrillo contre les Tarbais (30ème, 32ème, 34ème puis 52ème, 53ème et 54ème). Sans compter sur les hors-jeu en défense et sur les coups de pieds à suivre, non sifflés, qui ont mis les Tarbais sous pression. Et les ont poussés à la faute.

Fabien Fortassin : Je savais qu’on ne lâcherait pas

L’entraineur tarbais pouvait aborder un large sourire. « Je suis satisfait du résultat et du comportement des Garçons, même si tout n’a pas été parfait. C’est un match à l’image de la semaine, les gars sont concernés. Ils ont envie de réussir. Ils ont fait une très bonne entame. On a été hyper efficace mais il ne faut pas oublier que le buteur adverse laisse pas mal de points en route. On tourne 20 à 3 à la mi-temps et on a optimisé au max, je pense. » A la reprise, les Tarbais, privés de munitions en touche, ont subi la réaction des Francilliens. « Après, en seconde mi-temps, il y a cette baisse physique et le retour de Massy qui a dû prendre un petit soufflon à la mi-temps. L’un et l’autre, ont fait qu’on a eu moins de ballons, on a beaucoup défendu. Le doute s’est installé un peu. On n’a pas su remettre la main sur le jeu. On s’est contenté de trop défendre et de rendre le ballon. Comme Massy est une belle équipe, ils ont réussi à nous mettre en difficulté. » Même sous pression, les jeunes qui sont rentrés, ont fait le job en défense. » On n’a pas lâché, même s’il y a eu cette pression de les voir revenir dans le match, nous, sur le banc, on est resté sereins. Je savais que les garçons ne lâcheraient pas et qu’ils iraient la chercher. C‘est un match à l’image du Groupe. On a beaucoup de qualité, on a beaucoup de solidarité. Maintenant, il faut vite passer à autre chose et valider la semaine prochaine contre Nice. » Même si ce n’est pas son domaine l’ancien ouvreur n’a pas éludé la touche qui a été déficiente, au contraire d’une mêlée plutôt souveraine. « La mêlée, c’est un point très positif. En touche, il faut souligner le beau contre des Massicois, qui ont des mecs très grands. Nous, on manque de hauteur. Mais ce match va nous faire grandir et progresser. »

Aurélien Ricart : Le niveau est monté d’un cran

Le jeune troisième ligne savoure sur son banc ce premier succès contre un des favoris. « On était vraiment motivé dès le début. On avait ciblé ce premier match. Après les matchs amicaux, on était vraiment en confiance. On a confiance en notre Groupe qui a répondu présent. On a envoyé du jeu. Physiquement, on était là, ce qui nous a permis, d’être bons dès le début du match. » Même si les matchs de préparations ont été acharnés, la différence s’est faite sentir au niveau des impacts. « C’est plus fort, ça va plus vite. Le niveau est monté d’un cran mais on a su répondre présent, avec une victoire au bout. » 

Fernando Lopez-Perez : C’était important de gagner à la maison

L’argentin, est un Basque espagnol d’origine, ce qui lui a permis de jouer avec l’équipe d’Espagne, dont il est le capitaine. C’était son premier match, puisqu’il n’a disputé aucun match de préparation. Blessé contre la Georgie en février dernier, il n’avait pas pu rejouer à cause du Covid qui a mis fin à toutes les compétitions sportives. Un retour gagnant contre son ancienne équipe de Massy. « C’était un match de bon niveau. En Espagne, c’est différent, ça joue plus vite. Ici, c’est plus physique. Je suis content, car c’était important de gagner ce premier match à la maison. »

Jon Zabala : Une mêlée assez propre

Le pilier, lui aussi basque espagnol, joue aussi dans l’équipe d’Espagne au côté de son capitaine. Cette fois les deux internationaux n’étaient pas ensemble sur le terrain, puisqu’ils ont disputé chacun une mi-temps. « Oui ça fait plaisir de se retrouver tous les deux à Tarbes même si n’a pas joué une minute ensemble sur le terrain. C’est bien d’être avec quelqu’un avec qui on a beaucoup joué. L’avoir, dans les vestiaires, ça donne confiance et ça fait du bien. » Un peu chahutée lors des matchs de préparation, la mêlée tarbaise a rendu une copie parfaite. « Oui, on a réussi à avoir une mêlée assez propre. On a confiance en notre jeu et on sait que la conquête, c’est très important. On a sorti des ballons assez propres et ça a permis de faire de bons lancements. »

Mathieu Berbizier : Un petit peu de pression face à une grosse écurie

L’ex-arrière, après trois matchs de préparations concluants, passait un examen supplémentaire contre une équipe de haut niveau, face à un des joueurs les plus expérimentés de la Division. Mais une fois encore, le néo-ouvreur a sorti une bonne copie. Dans un rôle moins offensif, il a été encore performant au pied avec un 4/6 aux tirs (10 points). « On avait un petit peu la pression de disputer ce premier match à Trélut, en plus, face à une grosse écurie. Forcément, on était tous un peu stressés au début. Au milieu de la première mi-temps, on a réussi un petit peu à emballer la partie et ça nous a débloqués. C’est là, qu’on a gagné le match. »

Thomas Lhusero : On aurait pu tuer le match à la reprise

Son compère de la mêlée a réussi pour sa part un gros match, avec un jeu au pied précieux et une activité incessante en défense. Après une fin de première mi-temps de feu, avec 10 points en deux minutes, la physionomie du match a changé en seconde période. « On aurait pu tuer le match à la reprise », fait remarquer le demi-de-mêlée. « On fait une super séquence, on est sur le point de marquer et on leur donne le ballon à deux mètres de la ligne. Si on marque là, on tue le match. » Une équipe de Massy fidèle à sa réputation mais peut-être un peu présomptueuse. « Comme on l’avait vu à la vidéo, ils sont très fort au milieu du terrain. Mais j’ai trouvé qu’ils étaient un peu trop sûrs d’eux. » Les Tarbais, privés de ballons, ont beaucoup subi en seconde période. « Ils ont dû avoir 70 % de possession » estime le 9 bigourdan.

Felipe Manu : Tout le monde a fait le job

Le troisième ligne tongien, qui comme toujours, s’est beaucoup défoncé en remontant de longs ballons. Il a été récompensé par un bel essai, sur le petit côté, en s’arrachant d’un maul près de la ligne. « Tout le monde a fait son job. On a tout donné, on a mis tous les ingrédients pour obtenir ce résultat. On savait que Massy était une grosse équipe. » L’ex-tarbais qui vient de passer plusieurs saisons en Pro D2 avec Mont-de-Marsan, Biarritz et Tarbes, estime que c’était un match de bon niveau. « Le titre c’est National, mais c’était de la Pro D2, d’il y a deux ans. Massy est une équipe qui méritait d’être en Pro D2. »

Albain Méron : Il faut exploiter le moindre ballon

Le capitaine tarbais, retrouvait avec plaisir un Trélut plutôt chaud. « Oui, on a entendu le public derrière nous et ça fait du bien. Quand on fait une belle action et qu’on sent qu’on nous pousse derrière, c’est important pour le supplément d’âme et pour se défoncer. » Les Tarbais ont fait honneur à leur maillot, contre une grosse équipe. « Massy nous a offert une très belle opposition. On s’est accroché vraiment jusqu’au bout. On a fait une bonne première mi-temps où on est assez pragmatique. Dès qu’ils tombaient un ballon, on les mettait sous pression. La deuxième mi-temps est plus compliquée. Ils accélèrent le jeu et on a du mal à ne pas se mettre à la faute. Mais, on tient l’écart au score. C’est le plus important et c’est ce qu’il faut retenir. » Les Tarbais se sont procurés plusieurs occasions d’essais en jouant crânement leurs chances. « Oui, dès qu’il y avait une brèche, dès qu’il y avait un petit peu d’espace, on l’a joué. C’est ce qu’on travaille en semaine à l’entrainement. On voit que ça porte ses fruits puisqu’on a réussi à créer des différences et à les mettre à mal. Il faut continuer sur cette lancée de jeu offensif et de contre attaque. Le moindre ballon qu’on peut exploiter, il faut l’exploiter, parce qu’on a les joueurs et les qualités pour le faire. »

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre