Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Table ronde des salariés de l’entreprise bagnéraise Pommier devant la préfecture

mercredi 29 juillet 2020 par Rédaction

A l’initiative de l’Union Départementale CGT des Hautes-Pyrénées, une table ronde concernant l’entreprise Pommier de Bagnères de Bigorre s’est tenue ce mercredi matin devant la préfecture. Explication de Yannick Lamaguère, représentant du personnel :

« On fait partie du groupe Cahors racheté à la fin de l’année dernière par la société Epsys qui est sur le même secteur d’activités (matériel électrique moyenne tension) que nous. Nous sommes 4 usines (Bagnères, 2 à Cahors, Toulon). Le groupe est en difficulté. Suite à ce rachat, il y a eu un plan social à Bagnères qui a porté sur 8 personnes, sur une centaine de salariés. Sans concertation sociale. Depuis, nous posons des questions. Nous attendons du préfet des réponses que nous n’avons pas auprès du patron lors des comités d’entreprise. Nous avons déjà contacté les pouvoirs publics sur Bagnères concernant l’avenir de l’entreprise. Nous avons de grosses inquiétudes, d’autres plans sociaux sont prévus sur d’autres sites (83 personnes sur le site de la société mère ; une dizaine de personnes à Epsys, la société qui vient de nous racheter). Dans ce plan social, notre nouveau directeur arrive d’Epsys. Il fait partie du plan social. Nous nous retrouvons donc sans directeur. On nous met quelqu’un pour nous aider à remonter la pente et on le licencie 6 mois après ! Nous avons malgré du tout du travail, il y a de nouveaux marchés. Des avantages sociaux commencent à disparaître. Les inquiétudes montent. La semaine dernière, le patron du groupe M. Libert nous a déclaré que la demande de PGE avait été refusée. Il nous a conseillé de solliciter les pouvoirs publics pour obtenir ce PGE et de pouvoir ainsi bénéficier d’un prêt pour passer ce cap difficile. Pour l’instant, nous n’avons observé que des arrêts de travail d’une heure afin de poursuivre l’activité tant qu’il y en a ».