Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Point Presse de la liste « Tarbes, le Renouveau »

samedi 20 juin 2020 par Rédaction

Cliquez pour ouvrir l’album photos

Myriam Mendez attaque violemment Gérard Trémège

La tête de liste de « Tarbes, le Renouveau », a de nouveau dénigré l’image de la ville et de son premier magistrat, lors de sa conférence de presse de ce vendredi. « Pour moi, le renouveau, c’est l’image d’une ville. Notre image aujourd’hui, l’image de Tarbes a été malheureusement malmenée, dégradée. » Puis elle s’est attaquée violemment à l’homme. « C’est un Maire qui a trois mises en examen, pour favoritisme, prise illégale d’intérêt et recel de trafic d’influence passive. C’est également dix autres mises en examen pour notre Municipalité. Cas unique en France, c’est terrible, c’est une image très lourde à porter pour la Ville, pour ses habitants et surtout, comme je le redis, au niveau de l’économie tarbaise et même de l’Agglomération. Donc, pour moi, le renouveau passe, tout d’abord par l’image de la Ville. L’mage qu’on souhaite lui donner. » Elle reconnait l’embellissement de la Ville mais dénie le rôle du Maire sortant. « Est-ce le fait d’un homme, est-ce le fait de M. Trémège ou est-ce le fait de n’importe quel Maire finalement, qui aurait repris cette Ville ? Moi je pense que oui. Ce qu’a fait Gérard Trémège, d’autres auraient pu le faire. »

On arrive au bout de ce système

Myriam Mendez dénonce : « C’est un cycle qui s’épuise et aujourd’hui, on arrive au bout de ce système. » Un système qu’elle compare à celui de Raymond Erraçarret, battu par Gérard Trémège en 2001. « Aujourd’hui, nous arrivons au terme d’un nouveau cycle, qui est factuel, qui est historique, logique. Et donc, il faut instaurer une nouvelle façon de faire de la politique, avec de la probité, avec de nouvelles méthodes participatives pour tous nos concitoyens… Nous souhaitons être les premiers en Région Occitanie, avec la création de référendums citoyens, d’Agora citoyenne, entre le Maire et les Tarbais. » Myriam Mendez s’appuie sur les chiffres du Premier tour, en plein début de pandémie, à 24 h du confinement, pour montrer que la démocratie est en baisse à Tarbes. « Il n’y a eu que 35% de participation. C’est terrible, c’est terrible. Franchement c’est un record dont on se passerait, encore. Après les chiffres du chômage à 30%, ça va ! Oui, il y a urgence pour la démocratie participative. » 

Myriam Mendez dénonce les programmes des animations

La candidate s’en est prise ensuite aux animations. « Tous les ans, c’est toujours la même rengaine. Tous les étés, c’est toujours les mêmes programmes. La Paella Géante, Equestria, on se demande si on va encore assister au même spectacle, à quelque chose près, etc, etc... Les Fêtes de Tarbes, qui sont toujours implantées au Foirail. Qui ne profitent en rien au Centre Ville, ni aux habitants des quartiers, ce que je déplore. » Après ces diatribes négatives, Myriam Mendez a passé « rapidement » la parole « aux compétences qui l’entourent. » 

Tarbes Plage et Festival Electro

 Ce vendredi, l’ex-adjointe de Gérard Trémège, était accompagnée de Maixent Do Rosario, en 32ème position sur la liste, de Mélyssa Courtade (25ème de liste), Florian Hourdou (28ème de liste) qui ont activement participé à la campagne. Florian Hourdou, est revenu sur les animations. « Tarbes s’est reposé sur des acquis et nous pensons qu’il faut innover sur le sujet et aller de l’avant. Nous proposons de faire des Fêtes de Tarbes un beau moment populaire et d’arrêter de les cantonner au Foirail. » Pour cela, les Casetas et des scènes seront installées à Verdun, à Brauhauban et sur la Place de la Mairie. La fête foraine sera au Marcadieu, dans le but « que toutes les places, qui font le centre ville, se répondent et que toute la ville soit en fête. » Durant l’Eté, un « Tarbes Plage » sera créé sur les berges de l’Adour, « avec des mini-concerts, des animations et des espaces éphémères de restauration. » A l’attention des jeunes, « qui ne sont pas concernés par les animations de la Ville », Florian Hourdou propose la création d’un Festival Electro et deux bals annuels au Parc Expos, avec mise en place de navettes. Pour Equestria, il propose « des parades équestres dans le centre ville et des initiations à poney dans différents quartiers. » L’idée est d’ouvrir les manifestations phares au centre ville avec un espace dégustation « Terroir » place Verdun et un spectacle gratuit de Tango sous la Halle Marcadieu. « Un évènement qui fait rayonner Tarbes au niveau national et international. »

Des Animations de quartier et plus de policiers municipaux

Melyssa Courtade veut créer du lien social à Tarbes. « Il n’y a pas de lien entre les quartiers et nous pensons que c’est le rôle de la Mairie de créer ces liens inter-quartiers. » Pour cela des repas « type auberge espagnole » seront organisés tout au long de l’année dans les quartiers, avec des animations organisées par les associations du quartier.

Meixant Do Rosario souhaite augmenter de quinze agents l’effectif de la Police Municipale, et créer une Brigade de Nuit, pour éviter les agressions et les rixes à la sortie des bars ou des boites de nuit. Au programme aussi, le développement des Brigades VTT, plus accessibles que des policiers qui patrouillent en voiture et l’achat « d’un fourgon pour les arrestations. »

Pierre Lagonelle, s’en prend aussi à Gérard Trémège

Pierre Lagonelle, après avoir confirmé qu’il était pour une augmentation de la Police Municipale, s’attaque à la politique de Gérard Trémège. « Le Maire sortant a eu vingt ans pour faire ce qui lui tenait à cœur. Je pense que vingt ans, ça fait trois mandats et c’est largement suffisant pour mettre en oeuvre les choses qu’on a vraiment envie de porter pour sa ville et pour lesquelles on a vraiment des convictions fortes. Je crois qu’au bout de vingt ans, il faut savoir passer le relais à quelqu’un de son équipe et que ce qui se passe actuellement, c’est une erreur. C’est humain, au bout de vingt ans de manquer d’imagination. C’est humain aussi, on a tendance à reproduire toujours, toujours, ce que l’on sait faire, que l’on maîtrise, mais la vie est ainsi faite qu’on a besoin de renouvellement et de changement. » Un avis pertinent de la part d’un homme qui était adjoint au sports de Gérard Trémège en 2001.

Des attaques personnelles

 Pierre Lagonelle, passe ensuite aux attaques personnelles envers son ancien mentor. « Au bout de vingt ans aussi, on a tendance et à beaucoup verrouiller sur les postes et les personnes. A force de verrouiller, de mettre en place des hommes et des femmes à soi, on finit par scléroser. » Et de donner des exemples tendancieux. « On place sa concubine à la tête de la SEMI, on place sa secrétaire à la tête des « Pics d’Or », on place son médecin à la tête de Gespe Animations Spectacles, on place son Directeur de Cabinet au Conseil d’Administration du Stado Rugby… » Et de s’interroger « Est-ce que ces personnes ont vraiment les compétences pour gérer ces structures ? Est-ce qu’elles ont le passé, la disponibilité et l’envie d’emmener une plus value à ces structures ? » Selon lui, la liste « Tarbes le Renouveau » propose de nouveaux visages, de nouvelles idées, de nouvelles compétences. « Notre équipe a cette chance d’allier le renouvellement avec des personnes qui ont exercé des mandats ou qui en exercent encore. » Et d’envoyer une pointe à l’autre liste concurrente : « C’est la différence avec la liste de M. Charles où il n’y a aucun élu dessus. »

Manque de dynamisme et d’impulsion

Pierre Lagonelle, qui mène lui aussi sa troisième campagne municipale, souhaite « plus de dynamisme ». Et d’évoquer le Conseil Communautaire de mercredi « où Gérard Trémège, lui-même, a reconnu que les choses n’avaient pas beaucoup avancé sur l’exercice 2019. Du coup, on se retrouve avec une énorme trésorerie de 27 millions, mais ça, c’est un autre sujet. Mais ça, c’est révélateur, qu’il manque une impulsion, qu’il manque un dynamisme. » Et de prendre exemple sur le début des travaux du Bâtiment 313. « Je suis désolé mais ça fait neuf ans qu’on annonce le début des travaux. » Pierre Lagonelle prend aussi pour exemple les Haras « qui sont fermés 99% du temps » et « où il ne passe rien depuis deux ou trois ans. » La Place du Foirail « qui est en travaux depuis quatre ans. On est en juin 2020 et ce n’est toujours pas fini. » L’Ecole Jean Massey « qui est inscrite au budget au budget tous les ans. » Pierre Lagonelle, candidat malheureux avec Jean Glavany, se réjouit d’être sur une liste qui incarne « le renouvellement, les compétences » derrière Myriam Mendez « qui incarne totalement ce renouveau nécessaire pour notre Ville. »

Distribution du programme ce week-end

Le programme de « Tarbes, le Renouveau » sera distribué ce week-end dans toutes les boites à lettres de Tarbes. « Les axes forts »  de ce programme, selon Myriam Mendez, sont : « Ecologie, Economie, Démocratie participative et solidarité pour tous. »

Propos retranscrits par Jean-Jacques Lasserre