Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Municipales : « Tarbes 2030 » développement économique et emploi.

jeudi 4 juin 2020 par Rédaction

Cliquez pour ouvrir l’album photos

Entouré d’une dizaine de colistiers, Gérard Trémège, maire sortant, a tenu ce jeudi après midi une conférence de presse pour évoquer la thématique du développement économique, de l’emploi et du commerce.

Avant de parler des deux sujets importants, Gérard Trémège observe qu’il faisait régulièrement l’objet d’agressions, il a donc décidé de donner quelques éléments pour y répondre.

1/ Il m’est arrivé souvent d’avoir des divergences d’appréciation avec les représentants de la presse, quand c’est le cas je m’en explique directement avec chaque personne concernée, jamais il m’est arrivé avec une arrogance inimaginable de m’attaquer à un journaliste devant ses collègues ; je trouve ça scandaleux. Je suis personnellement attaché au respect de la presse et des journalistes, je suis pour l’indépendance des journalistes et de la presse, je fais part de mon indignation devant ce manque de respect élémentaire.

2 / : J’apporte aussi quelques précisions qui démontrent la méconnaissance et l’incompétence de la même personne qui mène la liste TMO (trahisons, mensonges, opportunisme), pourtant ce sont des élus et des élus qui sont aussi à la communauté d’agglomération

Je lis l’ordonnance du conseil des ministres du 1er avril 2020 qui dit :
« Afin de permettre la prise de décision rapide durant la période d’état d’urgence sanitaire, chaque président d’exécutif local (maire, président d’établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, d’établissement public territorial (EPT) ou de syndicat mixte, de conseil départemental, de conseil régional ou de collectivité à statut particulier) se voit confier automatiquement l’intégralité des pouvoirs qui, auparavant, pouvaient lui être délégués par son assemblée délibérante. »

Durant les mois de mars, avril et mai, j ai géré la ville de Tarbes et la communauté d’agglomération où un nombre important de délibérations ont été prises, tant à l’agglo qu’à la ville de Tarbes, sans être obligé de réunir les assemblées délibérantes. Régulièrement, j’ai informé les dites assemblées via les sites internet des dites collectivités et aussi sur les réseaux.
Quand une candidate me reproche d’avoir décidé d’affecter 20 000€ à la distribution de 500 bons d’achat de 40€ pour des personnes en difficulté en disant que c’est scandaleux d’avoir pris une telle décision , que cette décision incombe au conseil municipal. Une méconnaissance complète qui démontre encore une incompétence notoire
.

3/ En ce qui concerne la ligne Paris- Tarbes-Lourdes, toujours la même candidate dit que cette ligne aérienne qui est menacée est de la compétence de l’agglomération, eh bien NON ce n’est pas de la compétence de l’agglo, encore une méconnaissance de la part d’une conseillère communautaire . La plateforme aéroportuaire appartient à Pyrénia, gérée par Pyrénia au sein duquel syndicat mixte la Région détient 51% et le département et l’agglo se partagent la moitié des 40% restant.
Je précise que deux lettres ont été adressées le 15 mai dernier une au président de la République et l’autre à la ministre des transports, lettre signée par Carole Delga, Michel Pélieu, Bernard Plano (président de Pyrénia) et moi-même, lettre dans laquelle nous attirons l’attention sur la nécessité absolue de préserver une desserte sur Paris au départ de Tarbes pour des raisons économiques, touristiques et attractives.
A ce jour, le sort de la ligne T.L.P n’est pas réglée car c’est une OSP (obligation de service public). Ce sera réglé début juillet, raison pour laquelle nous avons réagi de suite. Pour rappel dans le cas d’une OSP, une convention a été signée avec Air France et les collectivités territoriales concernées et que ces collectivités payent le service rendu par Air France.
J’ai bon espoir avec tout ce que nous faisons, on se donne la main (Delga, Pélieu, Plano et moi même) que l’intérêt général sera réuni.
Je ne désespère pas de voir cette ligne maintenue, mais dans ce cas ce ne sera plus Tarbes Orly mais Tarbes Roissy.
Je précise que nos voisins palois qui avaient 9 rotations sur Paris n’en auront plus que deux.
Cette situation, nous permet avec Michel Pélieu d’engager une réflexion et nous avons demandé un rendez-vous avec Carole Delga sur l’opportunité de créer une compagnie aérienne régionale comme ‘’Air Occitanie’’ par exemple. Comme nous avons sur le site de notre plateforme des avions qui pourront être loués et maintenus. Nous avons beaucoup d’atouts.

4/ Pour en terminer, France 3 nous a proposé une émission avec les 3 candidats, j’ai répondu que je refusais ce débat, car je considère que les conditions d’un débat démocratique ne sont pas réunies, que le climat délétère instauré par une candidate avec un déferlement de haine et de propos mensongers ne me permettent pas d’imaginer de débattre sereinement et sérieusement avec cette candidate. Surtout face à l’incompétence notoire, je ne vois pas l’intérêt d’aller discuter avec elle. Je n’ai pas vu pour l’instant de propositions constructives concernant la situation actuelle, ni pour la ligne aérienne, ni pour les entreprises de notre territoire. Par contre, j’ai dit que je serais d’accord pour participer à un face à face avec Monsieur Charles si France 3 désire l’organiser. Et je précise, je ne me défile pas devant madame Mendez, elle ne me fait pas peur, mais je n’imagine pas un débat serein et constructif dans les conditions qu’elle a instaurées depuis le début de la campagne électorale et qui continuent aujourd’hui ».

Le candidat a ensuite abordé l’économie et l’emploi :

« Après cette crise sanitaire qui n’est pas terminée, dans les prochains mois nous allons connaître une crise économique et sociale. Les collectivités territoriales seront amenées et appelées pour apporter des réponses et des solutions aux personnes en difficulté, c’est pour cela qu’avec la Région, le département et l’agglo nous avons créé un fond spécial de soutien aux entreprises en difficulté de notre territoire.
La compétence économique incombe d’abord à la Région et ensuite à la communauté d’agglomération. Je n’ignore pas que les mairies peuvent intervenir si elles le désirent et s’il y a nécessité et à mon avis il y aura nécessité, il faudra que le maire qui sera en place à ce moment là soit en mesure d’accompagner ces entreprises en difficulté. Pour ce qui me concerne je l’ai déjà fait et je l’ai démontré avec l’agglo et s’il le faut je le ferai avec la ville de Tarbes
 ».

Pascal Claverie poursuit : «  cette crise inédite va causer des problèmes économiques et sociaux, déjà certains secteurs sont touchés, nous sommes concentrés sur ce sujet et l’idée est de voir qu’elles sont les compétences en présence pour y faire face.

Avant la crise, entre 2017 et 2018, les entreprises de l’agglo avaient généré 500 emplois nouveaux, en 2019 l’agglo a accueilli 29 entreprises nouvelles et complémentaires aux existantes. Le développement économique ce n’est pas la recette de “perlimpinpin’’. En misant sur le télétravail et autres…les élus de l’agglo et les industriels sont mobilisés pour générer ces activités et ce avec de vrais industriels et non des auto-entrepreneurs ».

Gérard Trémège : « Nous avons des compétences et l’efficacité c’est la proximité, il faut aussi une boite à outils avec les moyens de toutes sortes, une méthode partenariale et la proximité, çc’a va aussi par la gratuité des stationnements pour les petites entreprises commerciales, tous cela mis à disposition des entrepreneurs, un enjeu majeur.

Aussi l’implantation d’un centre de formation en centre ville le 1er septembre prochain avec l’accompagnement de la ville, nous leur avons proposé des locaux et ils ont choisi hier. Ce centre aura une convention avec Pôle emploi qui va déboucher sur la formation des demandeurs d’emploi pour permettre la meilleure adéquation possible sur le territoire entre les besoins des entreprises, les offres d’emplois et les demandeurs d’emplois.

En ce qui concerne les commerces, on connaitra des difficultés pendant de longs mois. Il faut noter qu’il y a eu l’ouverture de Binoche rue Maréchal Foch et la prochaine ouverture de Biocoop, dans la difficulté ce n’est pas le désert complet ».

Philippe Lasterle complète avec le volet immobilier : le volet immobilier c’est 28 projets qui concernent 260 logements qui vont être rénovés pour 13 millions d’euros de travaux pour les entreprises locales.

Amaury Troussard fait le point sur le taux de chômage, expliquant qu’il n’y a qu’un seul chiffre valable qui est celui communiqué par Pôle emploi, la DIRECTE et l’Etat. Le dernier chiffre annoncé était de 9% de chômage sur la zone Tarbes/ Lourdes, communiqué donné sur le 4ème trimestre 2019 et qui est en constante diminution depuis 2015. Mais ce qui intéresse le plus les tarbais c’est ce qui va être mis en place pour améliorer ce taux de chômage et limiter la probable hausse. Aujourd’hui, il y a un projet qui permettra le rebond de Tarbes. C’est le maintien de l’investissement qui est entre 10 et 20 millions d’euros par an pour l’amélioration de l’attractivité et l’accueil de nouvelles entreprises. Aussi la ville doit donner l’exemple, elle va embaucher des médecins, des policiers municipaux, des secrétaires médicales, du personnel de crèche et continuer à prendre des stagiaires et des apprentis au sein de la mairie.

« Chaque personne de cette liste est là avec ses compétences et son dynamisme, nous n’avons pas besoin de fusionner pour combler les carences  ».

Le candidat Trémège conclut : « Dans le contexte actuel il n’y a pas de candidat miracle pour le 29 juin mais des hommes et des femmes de compétences qui se donnent la main ».

Nicole Lafourcade