Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Gérard Trémège et la liste Tarbes Horizon 2030 abordent la thématique “Environnement et cadre de vie”

mercredi 26 février 2020 par Rédaction

Ce mercredi après-midi 26 février, c’est la thématique “Environnement et cadre de vie” qui a fait l’objet de la conférence de presse de Gérard Trémège, maire sortant et de ses colistiers de “Tarbes Horizon 2030”.

Gérard Trémège : « Nous n’avons pas de leçons à recevoir dans le domaine de l’Education au Développement durable »

Le maire-candidat a mis en avant les témoignages de reconnaissance pour l’action menée, notamment en ce qui concerne l’Education au Développement Durable. «  Il y a plus de 10 ans que nous nous sommes engagés activement dans le domaine de l’Education au Développement Durable sur une idée de Jean-Claude Piron. Depuis plus de 10 ans, nous avons formé plus de 11 000 jeunes de nos écoles à l’Education au Développement Durable, un domaine qui concerne le quotidien : l’eau, l’assainissement les déchets, le respect de l’environnement et des autres en même temps. L’exploit qui a été le nôtre en la matière, il y a plus de 10 ans, c’est d’avoir réuni des partenaires prestigieux qui, depuis, nous accompagnent toujours : l’Education Nationale puisque cette formation est incluse dans ses cursus, des partenaires privés, des collectivités. Ce qui nous permet de faire face à un budget de 350 000 euros, couverts à plus de 70% grâce à ces partenariats. Sur l’année scolaire 2019/2020, c’est 855 ateliers pédagogiques, 27 écoles, 2200 élèves qui vont en bénéficier, 91 classes avec 50 auteurs et animateurs. Je rappelle qu’au plus haut niveau de l’Etat, on a retenu la pertinence de cet engagement puisque Jean-Claude Piron et nos partenaires ont reçu les palmes académiques.

Nous n’avons pas non plus de leçons à recevoir parce que Tarbes ville éco-responsable n’est pas un concept qui tombe du ciel maintenant. Il y a longtemps que nous nous sommes engagés dans ce domaine. Nous n’avons pas de leçons à recevoir en matière de rénovation énergétique des bâtiments publics. Il suffit de regarder à la rue Larrey ce qu’est devenue l’école Voltaire. Le résultat est remarquable avec des économies d’énergie de plus de 50%. Tout ce que nous faisons pour la réduction des déchets, tout ce que nous faisons avec la cuisine centrale pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Tout cela est une action que nous poursuivons, on n’a pas attendu que ce soit la mode. De même en matière de fleurissement de la ville et l’entretien des espaces verts, je remercie Jean-Claude Piron qui a été mon adjoint, pour le remarquable travail accompli. Ce qui a permis de maintenir le classement 4 Fleurs pour notre ville. Tout ce qui a été fait aussi en matière d’inventaires et de préservation du patrimoine arboré. On a battu quelques arbres dans les chantiers que nous avons été amenés à réaliser mais on en a replantés beaucoup plus. Notre objectif c’est de planter 1000 arbres par an dans la prochaine mandature. Je terminerai avec un des projets très importants, c’est la Maison de l’Environnement et du Développement durable qui sera construite au Haras, face à l’entrée du Pradeau, à l’emplacement de l’escadron Foch ».

Jean-Claude Piron : « L’écologie, l’environnement c’est dans notre ADN depuis plus de 12 ans. Au départ, en 2007, nous avons écrit une charte de l’environnement. Nous sommes partis sur deux grands axes. Le premier c’est l’éducation au développement durable. Aujourd’hui, 12 000 enfants ont été formés. Un enfant sensibilisé touche à peu près 8 adultes. C’est un programme unique au niveau national, régulièrement récompensé. C’est le 3ème prix national qui nous a été décerné. Depuis 2013, nous avons mis en place le programme Tarbes éco-responsable. Ce sont 53 fiches actions qui ont été écrites par les employés municipaux et dont l’objectif est de réduire l’empreinte environnementale de la ville de Tarbes dans la pratique de ses services ». Pour Jean-Claude Piron qui souligne que Tarbes était bien en avance, l’échelle pertinente c’est aujourd’hui l’agglomération, rejoint par Gérard Trémège (audio ci-dessous)

Philippe Lasterle : « La ville de Tarbes a été pionnière en matière de développement durable avant même le Grenelle de l’Environnement. C’est un élément qui mérite d’être souligné. Deuxième élément important c’est la dimension partenariale des politiques. L’agglomération c’est le bon échelon. On a besoin d’avoir des relations de confiance avec l’ensemble des partenaires (Région, département, agglomération, réseau consulaire, l’ADEME). La ville a aussi un rôle à jouer dans les politiques de sensibilisation, c’est la Maison de l’environnement. Elle doit ensuite se montrer exemplaire. C’est parce que l’on vise l’exemplarité qu’au cœur des projets structurants figurant dans le projet qui dessineront la ville de demain, on a positionné systématiquement l’enjeu environnemental, l’enjeu de végétalisation. Je citerai deux projets significatifs : la rue Brauhauban avec revégétalisation de la rue et de la place Saint-Jean ; la rénovation de la place au Bois va cocher toutes les cases relevant de l’enjeu climatique et de l’enjeu énergétique. Demain, ce sera un lieu de vie, une place végétalisée aux 2/3, avec un éclairage économe, l’arrosage intelligent, les mobilités douces. En 2016, la ville a fait l’acquisition du haras qui va devenir un nouveau poumon vert de la ville »

 

LIRE

titre documents joints

26 février 2020
info document : PDF
135.5 ko