Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Peu de monde à l’assemblée générale de la CCI

mardi 2 avril 2019 par Rédaction

On n’avait jamais vu aussi peu de monde à l’assemblée générale de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées présidée le jeudi 28 mars dernier par François-Xavier Brunet auprès duquel se tenait Samuel Bouju, secrétaire général de la préfecture qui représentait le préfet Brice Blondel, la vice-présidente Nathalie Candalot et Patrick Zerbini, président de la commission des finances. Il est vrai que les réformes qui frappent également au plan national les Chambres de Commerce et d’Industrie tout comme d’ailleurs les Chambres de Métiers n’y sont pas étrangères. Le financement des CCI a subi un coup de rabot important. De 1,3 milliard d’euros en 2013, on est passé à 626 millions en 2019. Evidemment cela a des conséquences sur le personnel et les actions engagées. Il se dit d’ailleurs depuis quelque temps que plusieurs cadres de cette institution consulaire sont en partance et que cela provoque un lourd malaise.

Les CCI vont devoir désormais se recentrer vers les missions d’origine : l’accompagnement, le soutien et la représentation des entreprises. C’est la formation qui est donc la grande perdante avec la loi Pacte. Le président Brunet est conscient des difficultés mais il demeure optimiste. « Nous allons avoir plus de visibilité et pouvoir reparamétrer des mesures d’accompagnement social et le faire sans trop de casse. Les dispositions n’imposeront pas un système pyramidal. Tout ne viendra pas de Paris ou des régions. Les CCI territoriales continueront d’exister »

Reste que c’est CCI France qui assurera le contrôle de tous les emplois, fixera les fiches de poste et les rémunérations des directeurs généraux.

Samuel Bouju voit du positif dans la loi Pacte. « Elle confirme les Chambres de Commerce et les Chambres de Métiers. Cette refonte du réseau consulaire et le recentrage sur les missions essentielles assureront une meilleure efficacité de l’action. La gouvernance par CCI France permettra de dégager une stratégie commune, une répartition équitable des financements et des ressources. Les CCI et les CMA ne doivent pas entrer en concurrence, elles doivent mutualiser certains de leurs actions. »

Diaporama