Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Gérard Trémège a présenté ses vœux à la presse

lundi 16 janvier 2012 par Rédaction

Au cours du traditionnel repas de presse de début d’année, Gérard Trémège a débuté son propos en revenant « sur l’année particulière que fut 2011 au cours de laquelle beaucoup de certitudes se sont effondrées tant sur le plan planétaire, européen, français : on est entré dans un cercle pervers qui tire les économies par le bas et il est désormais impératif de reconstruire un cercle vertueux avec des nouveaux modes opératoires »

- Un cercle pervers également local  : « Ici, à Tarbes, nous sommes aussi pris dans ce nouveau décor d’incertitudes, mais nous avons voulu faire preuve de volontarisme en votant un budget que nous avons décidé de ne pas réduire…mais rien ne dit que nous ne serons pas contraint de le faire ! Nous faisons preuve d’optimisme, ce qui n’exclut pas la lucidité et dans un tel contexte difficile nous devons justement faire preuve de courage et de solidarité.  »

- L’année 2011, une année de travaux et d’engagements divers : « L’année écoulée a été importante pour Tarbes tant sur le plan des investissements que sur celui des engagements dans le domaine du développement durable, touristique, de la sécurité, social…

Des travaux importants réalisés en 2011 voient leur aboutissement  :

Le musée des hussards, sera inauguré début mars, il a nécessité un investissement de 10 millions d’euros avec 40% de subventions seulement. Mais c’est un investissement sur l’avenir, on est parti pour 50 ans !

La halle Brauhauban : on arrive à quelque 9 millions d’euros, avec un accompagnement ORU limité dans le temps, alors que le 1er projet qui a du être revu était de 13 millions d’euros accompagné de 7 millions par une société privée….

Le site de l’Arsenal : Beaucoup de choses ont été faites, des friches disparaissent, les réseaux divers d’eau, d’assainissement et d’électricité refaits. 10 millions d’euros ont été investis depuis le début : la construction de l’hôtel a commencé, celle de la Maison Commune Emploi Formation va débuter, 513 emplois sont prévus sur le site avec des zones réservées aux activités économiques, municipales, ludiques, sportives…C’est un gros chantier qui va encore nous mobiliser sur 2012 ! »

Et le maire de conclure à propos de ces investissements 2012 : « Nous avons souhaité un budget volontariste pour continuer à dynamiser la ville et à donner du travail aux entreprises …On a prévu 20 millions d’euros, dont 7 millions financés par emprunt et 13 millions par autofinancement Si nous n’obtenons pas les emprunts sollicités, on sera obligé de réduire le budget des investissements et d’en repousser certains : Pau l’a fait et a gelé notamment l’Ecole des Arts qui devait fusionner avec la nôtre. Il se peut que nous soyons amenés à décaler certains projets, comme l’ont déjà fait certaines collectivités dans les domaines festifs ou non prioritaires …Nous, pour l’instant, nous restons volontaristes et nous continuons ; Nous avons assaini le financement de la ville et il n’y a pas de raison qu’on ne nous accorde pas ce que nous demandons aux banques !  »

Des engagements symboliques

Dans le domaine du développement durable : nous avons mis en place un programme pédagogique unique en France : L’an dernier 750 enfants, et autant cette année, sont hébergés à l’Arcouade à Payolle avec le soutien de partenaires publics et privés pour découvrir ce qu’il y a d’important à connaitre dans ce domaine du développement durable .

En ce qui concerne les incivilités : nous avons essayé de délivrer des messages pour qu’elles diminuent … : certes elles sont en baisse mais nous réfléchissons à passer l’amende pour les déjections canines de 38 a 135 euros comme à la mairie de Paris. Nous avons consolidé nos équipes d’entretien des rues en centre ville, la ville est plus propre mais nous en appelons au comportement civique de tous !

en matière de sécurité : la vidéo protection est en augmentation : nous avons aujourd’hui 30 caméras (pour une somme de 450 000 euros dont 50% financé par l’Etat. Nous allons augmenter son efficacité avec 5 cameras de plus pour un investissement de 95 000 euros avec une participation de 20% de l’Etat : elles seront installées avenue des Forges, au Parc des bois blancs et à la mairie annexe de Laubadère, au restaurant municipal …

mise à l’honneur de la ville  : « Grâce à nos efforts je suis satisfait de voir que nos actions diverses sont remarquées par des organismes qui nous observent : Nous avons été élu 3ème ville la plus sportive de France, classée par un site internet 2ème ville de France où il fait bon vivre sur des critères précis et enfin obtenu 4@pour notre site internet. II faut aussi citer une nouveauté qui permettra au touriste de mieux découvrir notre ville : un audio-guide va permettre au visiteur à partir d’un téléphone portable d’être guidé sur le cheminement qu’il souhaite. Ce sera le cas les samedis après-midi pour aller à la découverte des 20 lieux de Tarbes abritant le blason de notre ville ; d’autres circuits seront préparés pour mettre en avant nos beautés architecturales » (Ndlr : le 10 mars prochain un parcours pédestre à la découverte du blason de Tarbes en liaison avec l’exposition il était une fois le blason de Tarbes présentée aux Archives municipales : départ à 14h 30 devant les Archives municipales, bâtiment 103, avenue des Forges

Dans le domaine social : « Une ligne budgétaire a été demandée par l’opposition pour soutenir des efforts dans le domaine social : depuis 2001 le budget social a augmenté de 20% ; 5 millions d’euros ont été dédiés au CCAS ou à des opérations directement liées : je pense que ce n’est pas neutre, tout ce qui a été fait : crèches, portage de repas, épicerie sociale, aides facultatives…c’est colossal : nous avons-nous aussi la fibre sociale !
A ce sujet, une nouveauté qui n’en est pas une puisque je l’ai déjà fait : j’ai décidé de reprendre en 2012 mes rencontres informelles chez les gens, à domicile, au café, autour d’un apéritif ou autre pour aller au plus près de leurs préoccupations quotidiennes
 »

- Quelques sujets périphériques :

Les abattoirs de Tarbes :

« Pour la première fois depuis 2001 il y a eu 2 jours de grève en fin d’année ! Quand j’ai été élu, j’ai hérité des abattoirs et… déficitaires. J’ai proposé au Conseil général de les reprendre ; devant le refus, j’ai été alors à deux doigts de fermer mais il y avait 28 emplois …J’ai donc préféré investir 3 millions d’euros et mettre fin à l’engrenage du déficit. Là-dessus, de nouvelles contraintes sanitaires ont été imposées par l’Europe ; il fallait investir à nouveau et être à nouveau déficitaire… J’ai refusé et j’ai été sollicité par le groupe Arcadie qui souhaitait revoir ses implantations ; Nous avons étudié la question et vu que la production serait triplée , les emplois doublés et que nous assurions la pérennité des abattoirs sur 15 ans Les salariés étaient au courant depuis un an : on avait proposé aux 28 salariés sous contrats de droit public de réintégrer un service de la mairie et aux autres d’être repris toujours en CDI par Arcadie avec un salaire net maintenu ; seulement l’ensemble des 28 salariés bénéficiaient des avantages du COS et des 7 jours de congés du maire ! La CGT est intervenue et les a poussés à réclamer le maintien de ces deux avantages : Devant le refus d’Arcadie, j’ai choisi de faire un geste et de leur maintenir gratuitement les avantages du COS jusqu’à ce qu’il y ait un CE dans leur nouvelle entreprise… Par contre je leur ai signifié que conserver les jours de congés du maire était impossible et que s’ils n’acceptaient pas ces conditions les tractations avec Arcadie seraient coupées et que les abattoirs seraient sans doute fermés ! Reçus par le futur directeur d ’Arcadie, ils ont été rassurés et ont repris le travail  »

Projet de LGV  :

« Le projet de LGV Tours-Bordeaux et Bordeaux-Toulouse est engagé pour 13 milliards d’euros ; en 2006 on nous a demandé de participer pour 11 millions d’euros alors que n’aurions même pas de gare à Tarbes. Une position commune de refus a été prise avec le conseil général et avons toutefois proposé par solidarité territoriale de donner 50% de la somme demandée, nous n’avons jamais eu de réponse. Nous, ce que nous voulons, c’est à partir de la ligne Bordeaux-Toulouse un barreau de desserte sur Pau et Tarbes : pour l’instant il n’y a aucun engagement. Cette semaine nous allons avoir entre élus et responsables des collectivités locales et départementales de Tarbes et de Pau une réunion pour affiner notre position commune …Mais il faut dire que nous sommes bloqués par Monsieur Emmanuelli qui voudrait voir passer cette desserte loin de ses terres ! Pourtant elle mettrait Tarbes à 1h10 de Bordeaux et Pau à 55 mm… Ce que nous n’avons réussi à faire pour l’aéroport commun, on doit essayer de le faire ensemble pour la LGV !  »

- Grand Tarbes : « Nous avons voté le budget à la quasi-unanimité. Certains élus ont précisé que c’est parce qu’il était dans la continuité de l’époque Glavany : certes il y avait des projets dans les cartons mais c’est moi qui les ai sortis et les ai réalisés ! »

Parmi ces nouveaux projets :

aménagement du lac Bours-Bazet : les pêcheurs sont contre ! C’est dommage qu’ils s’y opposent car c’est un projet d’intérêt général qui assurerait la continuité du Caminadour et créerait un lieu ludique .

l’aire de grand passage : il y a 20 ans qu’on en parle autour de Tarbes …il y a eu beaucoup de réunions, même avec le préfet mais tous les maires ont de bonnes raisons de la refuser chez eux ...

Zac Sémeac-Soues : Ce rejet par le CNAC du projet Auchan sur la zone Séméac-Soues est surprenant … mais Auchan va certainement présenter un nouveau dossier avec des différences comme la superficie et l’offre commerciale. Il y a eu malheureusement un lien de créé entre l’usine Alstom et le centre commercial …Auchan a rempli son devoir vis-à-vis de l’usine qui a été reconstruite et ne peut pas s’arrêter là

Josiane Perez