Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Les vœux à la Chambre d’Agriculture

jeudi 22 janvier 2009

- Les vœux à la Chambre d’Agriculture -

Jean-Louis Cazaubon, Président de la Chambre d’Agriculture des Hautes-Pyrénées, a présenté ses vœux aux ressortissants de la chambre consulaire, au personnel et aux divers services de l’Etat partenaires. Jean-François Delage, Préfet, était également présent.

Après avoir résumé la problématique de la FCO venant du sud (Séro 1) et du nord (Séro 8), les difficultés à trouver les vaccins et l’urgence de la situation pour éviter la perte de bétail, il a noté le travail réalisé par les services de l’Etat et l’efficacité du Préfet. Ce qui lui fait dire : « nous avons un bon Préfet. »

Puis, il a abordé les grands chantiers de l’année à venir : mise en œuvre du plan d’économie montagnarde sur 5 ans. Pour le Président de la chambre départementale et régionale, « il faut garder une montagne vivante et habitée. Il n’y a de tourisme que s’il y a des habitants et un paysage attractif. » Position totalement opposée au « tout sauvage » préconisé par les milieux écologistes qui n’ont manifestement aucune vision du développement durable. Il précise après avoir abordé la problématique de la PHAE (Prime Herbagère Agri-Environnementale) qu’il y a « la mise en place de mesures de fauche pédestre… qui ont un véritable impact sur le paysage… avec une enveloppe de plus d’un million d’Euros par an. »

Pour les territoires, la mise en place d’un « programme « leader pays des gaves » sera de nature à favoriser l’agriculture de montagne. Et puis, il est indispensable de « faire prendre en compte l’intérêt agricole au niveau du foncier. Pour lui il faut « faire évoluer la législation. » Le rapport « terrain / grange » doit être révisé. « Les granges ne sont plus adaptées aux techniques modernes actuelles. » Il évoque la transformation de ces granges en « abri précaire » pour servir de résidence secondaire estivale qui doit permettre de « laisser le foncier à disposition de l’agriculteur au lieu de devenir une friche. » Il précise, non sans humour que « pour bronzer les jambons, on n’a pas besoin de 3 ha. ». La politique foncière dans ce domaine a un « impact sur les paysages. » Mais la montagne n’est pas seule à être confrontée à cette problématique. « Les zones d’activités, c’est le même problème… L’aménagement du département, oui, mais rétrocédons des surfaces similaires agricoles ». Nous voyons déjà poindre, sans les nommer, les problèmes autour de l’aéroport, sur l’axe Tarbes-Lourdes et plus généralement sur le Grand Tarbes avec la multiplication des zones d’activités qui « mangent » les terres agricoles.

Il brosse un ensemble de problèmes liés à l’économie : déclaration PAC, problèmes d’eau et environnementaux, la diversification des activités avec le photovoltaïque, la filière bois-énergie qui a pris du retard, les AOC, la Coop des gaves qui emploie pas moins de 10 salariés à Lourdes où 140 à 150 producteurs viennent transformer et valoriser leurs produits. Sur le département, 600 agriculteurs pratiquent la diversification.

Puis, Jean-Louis Cazaubon dénonce le « jeu de yoyo des prix qui ne peut plus durer et qui est dû à la déréglementation des marchés. » Il précise qu’ « on ne peut pas laisser gérer notre alimentation au gré du marché international. » Et il dénonce le « libéralisme anglo-saxon… aux termes technocrates. » Il rappelle qu’il va y avoir « 9 millions d’individus à nourrir » sur la planète « avec une surface utile agricole qui ne change pas ». Et il ne se limite qu’aux besoins alimentaires. D’autres besoins font appel à l’agriculture comme les carburants, les plastiques, la pharmacie, etc…

En guise de vœux, il « espère qu’on arrivera à leur faire entendre raison. » La production agricole « n’est pas un bien comme les autres » en ce qui concerne les produits alimentaires.

Les vœux du Président de la Chambre d’agriculture ont été un véritable discours politique de l’orientation agricole départementale où la dimension environnementale tout comme l’affirmation de la nécessité et la responsabilité de nourrir la population.

Louis Dollo


[bleu]Mis en ligne jeudi 22 janvier 2008[/bleu]