Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Samedi Tarbes-Bourg-en-Bresse, match avancé à 17h30

mardi 6 décembre 2022 par Rédaction

Compte tenu du quart de finale du Mondial de Football, France-Angleterre télévisé samedi à 20h00, le match contre Bourg-en-Bresse est avancé à 17h30

Les vestiaires après Dax

Du côté dacquois

Musique à fond dans les vestiaires avec des joueurs qui se congratulent, des dirigeants à grands sourires dans le couloir, la joie est immense du côté dacquois. C’est non seulement une cinquième victoire en déplacement, la dixième sur douze rencontres, qui assurent la première place mais c’est aussi une victoire à Tarbes, chez leur bête noire. Même Benoit August, ancien talonneur de haut niveau, avoue qu’il n’avait jamais gagné à Trélut en tant que joueur ou que Président.

Hervé Durquety : On a une équipe de copains qui est en confiance

L’entraîneur est heureux du dénouement qui a mis du temps à se dessiner, dans des conditions difficiles. « C’est un match d’hiver, dans des conditions pas évidentes, mais ça reste un match de rugby, avec de l’engagement, contre une belle équipe de Tarbes qui s’est nourrie de nos erreurs en début de match. On a laissé tomber quelques ballons et ils ont su en profiter. Ensuite sur la seconde partie, car on joue en confiance et on n’a jamais douté, notre équipe est revenue tout à fait dans le match. On a réussi à mettre en place des choses. On a fait quelques changements qui nous ont permis de passer devant au score. On a une action, un deux contre un, où on doit marquer, qu’on a galvaudé. On défend deux fois notre ligne sur des décisions arbitrales mais il y a eu des erreurs deux côtés et ça équilibre. Mais on a une équipe qui est très en confiance, qui prend le score et qui gagne. » Hervé Durquety, explique la réussite des Dacquois qu’on n’attendait pas à ce niveau à cause d’un effectif limité quantitativement. « Jeff Dubois a mis en place, un staff où on est des copains avant tout et ça transpire sur les joueurs. On a des joueurs qui sont tous très copains, un staff qui est très copain. Ce qui ne veut pas dire qu’on va gagner tous les matchs, ce n’est pas vrai, mais par contre, les choses se font plus facilement dans une ambiance collégiale, mais très travailleuse. On est très copain à côté et on ne se met pas la pression. On savoure les moments qui arrivent comme maintenant et on est capable de se remettre en question dès lundi matin pour repartir au travail et préparer le match qui arrive contre Narbonne. »

Benoit August : On s’est battu jusqu’à la fin pour l’emporter

Pour une fois le Président dacquois est tout sourire dans le couloir des vestiaires, contrairement aux deux dernières années « On a fait un gros match contre une belle équipe de Tarbes dont on connait toutes les valeurs et qui a un gros mental. On savait qu’ils avaient envie de se racheter de leur défaite à Romans mais on a montré une grosse solidarité dans nos temps faibles assez importants. La force du Groupe, cette année, c’est qu’il ne lâche rien et on s’est battu jusqu’à la fin pour l’emporter. » Malgré l’euphorie, Benoit August, écarte l’idée de montée. « La montée ne fait pas partie de nos objectifs cette année. Sans faire de langue de bois, notre objectif cette année c’est de disputer les Phases Finales.

Jeff Dubois : C’est une très belle performance

Les Dacquois, malgré leur première place et leur victoire à Valence-Romans, craignaient Tarbes qui est un peu leur bête noire. « On est très content d’avoir battu cette équipe tarbaise qui était invaincue à Trélut. C’est une très belle performance avec les conditions qu’il y avait aussi. Les conditions sont pour les deux équipes bien sûr mais c’était un gros challenge de venir faire un résultat ici. C’était un joli défi, contre une très, très, belle équipe, de prendre des points. On l’a réalisé et je suis très heureux pour le Groupe qui bosse bien et qui le mérite. » Jeff Dubois, qui craignait ce match comme la peste, reconnait que la pièce est tombée du côté de son équipe. « On s’attendait, du fait, qu’ils avaient perdu à Valence-Romans, qu’ils allaient avoir une réaction. On a répondu, c’est le plus important, dans l’engagement, dans le défi physique devant. Après, ça se joue à pas grand-chose. On marque un essai à la fin mais ce genre de match avec ses conditions, ça se joue à pas grand-chose à chaque fois. » Une victoire qui permet à Dax, qu’on n’attendait pas en si belle posture, de prendre la première place et d’endosser le costume de favori pour la montée. « C’est presque inespéré parce que ce n’est pas un objectif. On essaie de construire cette année, avec l’effectif qu’on a et on avance petit à petit. Pour le moment la saison est encore très longue et on n’est même pas à la fin des matchs Aller. » L’ancien ouvreur international, pensionnaire de Pro D2 et de Top 14, découvre et apprécie la Nationale. « Cette Division est très homogène, il y a des qualités dans toutes les équipes. J’apprends à connaître ce Championnat qui est très homogène. Franchement, il n’y a aucun match facile. Même avec les clubs qui sont en bas, il faut toujours se remettre en question. Ce qui n’est pas facile et que j’essaye d’inculquer à chaque fois aux joueurs. Je pense qu’il y a encore un cap avec la Pro D2, si on voit Soyaux-Angoulême et Massy, qui a dominé la Nationale. Plus on monte de niveau, plus il y a de la vitesse et c’est un peu plus propre dans les zones de rucks. L’arbitrage n’est pas facile sans la vidéo, même si depuis peu, l’arbitre est relié avec les arbitres de touche. Mais je pense qu’il va falloir en venir à la vidéo. »

Côté Tarbais

Les mines sont déconfites, les regards baissés, les voix lasses. La déception est immense, car à cinq minutes du temps règlementaire, malgré le va tout dacquois, les Tarbais menaient 9-3 et semblaient avoir le match en mains, bien aidés par la pelouse et le terrain glissant. Un match perdu en cinq minutes, d’abord sur un essai dacquois inscrit par Fourquet qui est passé par les Cadets du TPR 9-10 (75ème) et sur une pénalité de 55 mètres avancée à 45 mètres pour protestation 9-13 (80ème). Un dernier ballon porté écroulé, alors qu’il allait à Dame (82ème) et une ultime pénaltouche mal contrôlée, ajoutaient à la frustration.

Aurélien Ricart : On mérite de gagner ce match

Le troisième ligne a du mal à digérer cette défaite sur le fil qui tient à quelques détails, notamment d’arbitrage. « On savait qu’ils étaient premiers et qu’ils faisaient du jeu large-large. Je suis dégoûté parce que je pense qu’on mérite de gagner ce match. Il y a deux ou trois faits d’arbitrage, comme quand il met le carton jaune. Il doit accorder l’essai ou mettre essai de pénalité. C’est dommage, parce quand ils marquent, on se donne derrière la chance de remarquer derrière. Au final on n’y arrive pas. Ça fait chier, mais on se doit d’avancer et de préparer Bourg-en-Bresse. »

Lionel Terre : Je retiens les qualités mentales de notre équipe à la 83ème minute

Le Président, déçu par la défaite mais fier du comportement de ses joueurs, met l’accent sur la volonté d’aller chercher la victoire à la 83ème alors que le ciel leur était tombé sur la tête à la 80ème. « Bravo à Dax qui est un tueur de sang-froid mais qui n’a pas volé son match, loin de là. Ils ont été plus en maîtrise que nous. Dax peut être le Massy de l’année dernière. Devant, on a tapé sur un mur mais ce que je retiens ce sont les qualités mentales de notre équipe qui a été se chercher la balle de match à la 83ème minute, alors qu’ils auraient pu baisser les bras à la 80ème. La balle n’est pas tombée du bon côté du filet mais au moins, on a eu les vertus d’aller chercher cette balle de match. On a encore vu l’entrée de deux jeunes bigourdans Théo Belair et Mattéo Coustalat, qui prouvent que les jeunes ont encore la place chez nous. » 

Florian Lamothe : Personne ne voulait lâcher le morceau

Florian Lamothe auteur d’une grosse performance sur le terrain était complètement abattu. « C’est une grosse déception. C’est notre première défaite à la maison et c’est normal qu’on ait la tête au fond du seau. Ils nous ont agressés et on a eu du mal à avancer. On a eu du mal à jouer mais on a répondu présent. Je trouve qu’on a fait notre job. On a défendu comme ils nous ont défendu. Personne ne voulait lâcher le morceau. C’était vraiment kif-kif. » Emporté par la franchise de la jeunesse, le jeune talonneur qui s’est vu refuser un essai en fin de première mi-temps, ne cache pas sa frustration. « On est dans un sport où on respecte les décisions arbitrales mais là, franchement, c’est dur. Il y a des choix qui ne sont pas en notre faveur qui sont durs. J’avais l’impression des fois d’être à Dax. Après, c’est vrai on a eu une munition pour gagner mais on aurait pu gagner le match avant »

Anthony Fuertes : Ça se joue sur des détails

Le buteur tarbais, malgré son sans faute aux tirs, n’a pu mener son équipe une nouvelle fois à l’emporter à Trélut. D’où une grosse déception liée à beaucoup d’amertume. « A domicile, on a prouvé depuis le début de la saison qu’on est une équipe sérieuse. On a gagné tous nos matchs ici et on avait confiance avant le match. Après, cette équipe de Dax nous a proposé du combat et on a répondu présent. Après, ça se joue sur des détails, sur quelques décisions qui n’ont pas été en notre faveur. On perd le match, même si à la fin, on se donne les moyens de le gagner. Mais voilà, les matchs de haut niveau, c’est des détails et ça n’a pas tourné en notre faveur. Ce sera pour une prochaine fois. »

Romain Terrain : Fier de leur comportement

L’entraîneur préférait souligner le comportement de ses joueurs qui se sont battus jusqu’au bout plutôt que l’amertume de la défaite. « On leur a dit qu’on était fier d’eux. Fiers de leur comportement parce qu’en allant chercher cette balle de match à la 83ème minute, ils se sont donnés les moyens de gagner. Ça ne nous sourit pas mais en gardant cet état d’esprit là, on en gagnera d’autres. Après, c’est sûr que ce premier revers à domicile, ça fait mal à la tête. Mais en mettant chaque week-end autant d’intensité, autant d’implication, ça nous sourira. » C’est vrai que là, les joueurs sont abattus parce qu’on n’était pas loin de gagner mais ça s’est joué à des détails. Malheureusement, on manque parfois de maîtrise qui fait qu’on n’arrive pas encore, dans les matchs de haut niveau, à les gagner. Il faut continuer à bosser là-dessus pour pouvoir renverser la tendance et arriver à embêter encore plus ces équipes de haut de tableau. »

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre