Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes-Bourgoin : les vestiaires

lundi 31 octobre 2022 par Rédaction

Du côté berjallien : Incompréhension et désillusion

Silence de mort et visages fermés dans les vestiaires tant les Berjalliens sont tombés de haut. Venus en Bigorre pour se rassurer et prendre des points, Bourgoin repart la tête au fond du seau à huit jours du Derby primordial contre Bourg-en-Bresse.

Henri-Guillaume Gueydan : On a été clairement mauvais

Le Président ne cache pas sa déception. « Je suis vraiment déçu, très, très, déçu de cette prestation. J’aurai aimé qu’on fasse un tout autre match. On a été clairement mauvais. On a manqué d’agressivité, on a manqué d’à peu près de tout, en fait. Sauf peut-être un petit quart d’heure, en deuxième mi-temps où c’était un petit peu mieux. » Après un départ canon, avec quatre victoires consécutives dans le premier Bloc, Bourgoin marque le pas, avec une défaite et un match nul à domicile et deux défaites en déplacement. « On s’est déplacé à Albi et à Tarbes, qui sont des endroits où il n’est jamais simple de venir gagner », relativise Henri-Guillaume Gueydan. « La semaine dernière, contre Valence-Romans, ça se joue à peu de choses. On fait un très gros match mais on s’est mis la tête à l’envers contre Suresnes. » Avec trois points pris en quatre matchs, Bourgoin, qui fait un parcours de relégable, est passé de la deuxième place à la septième place. « C’est un vrai gros problème de quitter les six premières places. Ça me fait chier, pardon », lâche le chef d’entreprise qui a beaucoup investi pour sauver le club après la double relégation sportive et financière et lui offrir un budget conséquent pour monter en Pro D2. « Je n’ai pas vu l’équipe que j’attendais et que j’espérais voir. » Une équipe qui avait peut-être déjà la tête à la réception de Bourg-en-Bresse et qui a pris les Tarbais à la légère après leur nette défaite à Nice. « Peut-être, je n’en sais rien, » répond agacé le Président. « On doit prendre les matchs les uns après les autres. » Un Président qui confirme les ambitions berjalliennes. « On veut être dans les six. Après, c’est un autre championnat. Après, c’est plutôt la Coupe. C’est notre objectif mais il ne faut pas faire des matchs comme ça. » Même s’il très déçu par la prestation de son équipe Henri-Guillaume Gueydan reconnait. « Tarbes a fait un très bon match, c’est propre. Ils ont fait ce qu’il fallait et nous, on a été à côté de la plaque. »

Sébastien Tillous-Bordes : On n’a pas mis ce qu’il fallait

Mine fermé le Manager ne cache pas sa déception. « On est passé complètement à côté dans l’agressivité et dans ce qu’on voulait mettre en place en première mi-temps. Après, en seconde, on fait quelques bonnes minutes après les changements. Mais on a été imprécis au possible dans leur zone des vingt-deux. A partir de là, c’est compliqué de mettre le jeu en place, c’est compliqué de marquer des essais. On a été trop imprécis, on n’a pas mis ce qu’il fallait, clairement. Quand on joue à Tarbes, il faut mettre des choses en place pour rivaliser et on ne l’a pas fait. On est passé complètement à côté. » L’entraîneur avertit les joueurs qui auraient eu la tête au Derby contre Bourg-en-Bresse. « Le mec, s’il veut jouer contre Bourg-en-Bresse, doit être bon à Tarbes. Et s’il n’a pas été bon à Tarbes, il ne jouera pas Bourg-en-Bresse. Il y en a qui ne joueront pas ! » L’ancien demi-de-mêlée ne s’explique pas le changement de visage de son équipe entre le premier et le second Bloc, même si la défaite contre Suresnes a cassé la dynamique. « On ne fait pas un mauvais match mais on a surjoué, contre Suresnes et on a pris trois essais en contre. On leur a donné 24 points et beaucoup d’espoir aussi. Après, à Albi, on fait notre match. Contre Valence, on fait un bon match et on doit gagner. Contre, Tarbes on n’a pas mis ce qu’il fallait. »

Du côté tarbais : Satisfaction et fierté

A la fin du match, pas de grosses effusions, de bras levés au ciel, comme contre Narbonne. Comme si battre Bourgoin, avec la manière en prime, était normal. Pourtant, les Tarbais venaient de battre le quatrième, l’ancien Dauphin de Valence-Romans qui venait de tenir en échec le leader.

Aleksis Tchitchiashvili : On était plus concentré qu’à Nice

Le jeune pilier géorgien de 21 ans, arrivé en complément pour tripler le poste à Droite, s’est fait un trou dans l’équipe tarbaise dès sa première prestation à Blagnac, suite au carton rouge de Duny. Depuis, il est de toutes les Feuilles de matchs et pèse dans les prestations de la mêlée tarbaise. « Je me sens très bien à Tarbes qui est très une bonne équipe qui progresse vite  », lâche d’entrée Aleksi Tchitchiashvili à la question comment ça va ? « On a gagné et c’est très important. Tous les matchs sont durs dans ce championnat. Bourgoin, c’est un peu le même profil que Nice mais là, on était plus concentré, on était plus en confiance. »

Antoine Palisse : On n’a rien lâché

A 22 ans, le Gaucher bigourdan forme une paire de piliers d’avenir avec son pendant Géorgien à Droite. « C’est une équipe qu’on attendait car c’est un match qu’on attendait énormément comme celui contre Narbonne. On les attendait sur les ballons portés parce qu’on savait que c’était leur point fort. » Malgré plusieurs tentatives, les Berjalliens ne sont jamais parvenus à franchir la ligne tarbaise. « On a fait ce qu’il fallait pour les contrer. » Antoine Palisse insiste sur l’état d’esprit qui a fait la différence. « On n’a rien lâché même quand on perdait nos ballons. On arrivait à se reconcentrer et à tout faire pour récupérer la balle derrière. » Pressés, privés de ballons, les Berjalliens n’ont jamais pu s’organiser. « L’objectif était d’avoir la main sur le ballon, quoiqu’il arrive. On a gagné parce qu’on les a empêché de jouer, tout simplement. »

William Pees : On a su respecter ce qu’on avait bossé

Utilisé à l’arrière, au centre et même à l’ouverture l’an passé, le Béarnais est le couteau suisse de l’attaque tarbaise. « On sortait d’un non match à Nice et on avait un peu plus de pression. On a su répondre présent et on a su mettre notre jeu en place. » Contrairement à Nice, les Tarbais ont respecté les consignes de jeu, avec un jeu au pied d’occupation et beaucoup de pression défensive. Mais aussi, un jeu d’attaque plus varié, qui fixait la défense à l’intérieur avant d’écarter vers les extérieurs. « On a su respecter tout ce qu’on avait bossé à l’entraînement, contrairement à la semaine dernière. Du coup, quand on arrive à déplacer le ballon, à faire ce qu’on sait faire, on est plus difficile à jouer et plus dur à défendre. » Un match joué et gagné à vingt-trois contre le quatrième du Championnat, qui est un candidat déclaré à la montée. « Tout le monde s’y est mis. Tout le monde avait la tête à l’endroit. C’était un joli match, je pense que c’était clair. On était plus fort. On ne s’est pas senti en danger. » 

Propos recueillis par JJ Lasserre