Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes-Rennes, samedi à 19h00 à Trélut

samedi 24 septembre 2022 par Rédaction

Arbitrage : Pierre-Olivier Jullien, assisté de MM. Lasnavères et Chamalbide, superviseur David Rosich

L’ambiance risque d’être chaude à Trélut, car la Bigorre compte de nombreuses associations bretonnes créées par les descendants des ouvriers venus de Bretagne à la création de l’Arsenal de Tarbes. 

Rennes : Une équipe à prendre au sérieux

Cette équipe rennaise est à prendre au sérieux malgré sa lourde défaite à domicile contre Valence-Romans (3-34) dimanche dernier. D’abord les Drômois, en ce début de saison, marchent sur l’eau avec trois victoires consécutives à Cognac (20-23) et contre Blagnac (38-6). Ensuite parce que malgré ce score large et les quatre essais inscrits, dont deux d’accrocs, ils ont dû s’employer pour construire leur victoire au cours de la seconde période. Une victoire construite sur le travail de leurs avants sur les ballons portés. Les Bretons ont longtemps résisté avant de céder et le score ne reflète pas leur abnégation. Rennes aurait mérité d’inscrire un essai en seconde période au lieu de ça, c’est le VRDR qui marquera son quatrième essai sur un énième ballon perdu en touche. Le point faible des Rennais sur ce match. Lors de la première journée, le promu s’était incliné une première fois à domicile contre une solide équipe de Suresnes (19-29) qui affiche ses prétentions à la montée. Malgré une défense agressive et une bonne mêlée, les Bretons, longtemps au coude à coude, (12-12 à la mi-temps et 19-19 à l’heure de jeu), ont dû céder au large sans décrocher un bonus défensif qui aurait été amplement mérité. Un bonus défensif, que Rennes a été chercher à Albi 10-6, chez un autre gros favori à la montée, en s’appuyant sur sa mêlée et sa défense agressive. Les Bretons, qui ont ouvert le score, menaient à la mi-temps 5-6 et n’ont cédé que sur un ballon porté à dix minutes de la fin.

« Plutôt la mort que la souillure »

Un début de saison sans doute perturbé par une préparation estivale compliquée par manque d’équipements. Les Rennais, SSF (Sans Stade Fixe), se sont entraînés sur différents stades aux pelouses plus ou moins parfaites. « On a été baladé tout l’Eté, ce n’est pas l’idéal », déplorait Kevin Courties dans la presse locale. Ensuite pour démarrer la saison, le match contre Suresnes a été délocalisé à Bruz, toujours à cause de l’interdiction des pelouses de la Ville. Le 17 août, la Ville de Rennes, avait pris un arrêté « interdisant l’accès aux terrains gazonnés municipaux jusqu’au 11 septembre inclus. » La force de Rennes, c’est de s’appuyer sur un effectif à majorité de la Région qui porte les valeurs bretonnes du club. Des valeurs illustrées dans les albums des irréductibles « Astérix et Obélix ». Kevin Courties, le jeune entraîneur de 36 ans, n’a pas joué à haut niveau, mais sur le terrain, c’était un gagneur et dans la vie, c’est un passionné de rugby qui a son club chevillé au cœur et au corps. La devise, tatouée sur sa peau en Breton signifie « Plutôt la mort que la souillure. » C’est dire le caractère de cette équipe rennaise, qu’il a façonné à son image. Une équipe dure au mal, qui s’envoie sans compter en défense, qui gratte tout ce qu’elle peut dans les rucks, qui dispose d’une bonne mêlée et qui n’hésite pas à envoyer du jeu.

Un titre surprise mais mérité

L’ancien troisième ligne de Fédérale 3, ne parle pas que de combat et de solidarité, mais aussi de jeu. L’an passé le REC n’a pas dû son titre de Champion de France qu’à son abnégation. Sortis quatrièmes de Poule, les Bretons n’ont affronté que des premiers de Poule et ont éliminé des équipes, coriaces et joueuses, bien connues des Bigourdans. En 1/8ème Fleurance a encaissé six essais à zéro au match Aller 45-9, Saint-Jean-de-Luz est aussi tombé, au terme d’un match retour houleux en 1/4. En 1/2 Périgueux, le grandissime favori, est passé lui aussi à la trappe. Battus 26-17 à l’Aller les Périgourdins de Richard Hill se sont inclinés 16-20 au match Retour. En Finale l’autre favori, le rude Hyères-Carqueiranne, a cédé 15-11. Rennes est rentré dans l’Histoire du rugby breton en remportant le premier titre senior masculin, après les cinq titres des Espoirs de Vannes (2021), les Féminines U 18 du Pays de Brest au rugby à VII (2018), les Juniors Balandrade de Vannes (2016) et les Féminines du Stade Rennais Rugby en Réserve Elite (2015 et 2016).

Sans pression mais avec ambition

Les Rennais viennent en Bigorre sans pression, avec l’ambition d’offrir un beau visage du rugby breton, comme celui offert il y a quinze jours à Albi d’où ils ont ramené, a minima, un bonus défensif. Les Albigeois, trop sûrs de leur fait, avait failli déchanter devant l’abnégation et le jeu des promus. Des efforts que les Bretons ont peut-être payés huit jours plus tard à domicile contre Valence-Romans. Là, le REC peut se livrer à fond, sans arrière pensée, puisqu’il y a une coupure de quinze jours avant la réception de Bourg-en-Bresse et un second Bloc de cinq matchs.

Quatre changements dans le Groupe

Pour cette rencontre le staff rennais sera privé du pilier Pupuma (adducteurs), du talonneur Fau (côtes), des troisièmes lignes Wenger, Cazette, Thomas-Guénée (genou), Danielli (coude), de l’ouvreur Leeming (commotion) et des trois-quarts R. François, Ma’afu (ischio) et Soto (genou).

Le staff a reconduit dix-neuf joueurs du Groupe de Valence-Romans. Preuve que Kevin Courties ne fait pas l’impasse et offre à ses joueurs une occasion de se racheter en Bigorre.

Le centre Cornu, arrivé des Espoirs de Vannes, l’ailier Carrère, venu des Espoirs de Colomiers et le seconde ligne argentin Ortega, font leur première apparition dans le Groupe. Le troisième ligne Quesmel fait son retour.  

Compos : 1 Muzzio, 2 Tuugahala, 3 Ulutuipalelei, 4 Fromenteze, 5 Guéroult, 6 Quesmel, 8 Béraud, 7 Gazin, 9 Ollion, 10 Leroyer, 11 Carrère, 12 Dubois, 13 A. François, 14 Platon, 15 Brignonen

Remplaçants : 16 Beaujouan, 17 Le Jallé, 18 Algans, 19 Ortega, 20 Jeune-Joly, 21 Lopez Bontempo, 22 Cornu, 23 Quérin

Tarbes : Perdurer l’état d’esprit et le contenu

Depuis la première journée, Tarbes affiche un état d’esprit irréprochable et propose un beau rugby fait de vitesse et d’intensité. C’est ce que demande Fabien Fortassin à chaque match et il entend que ses joueurs le reproduisent contre Rennes. Les Tarbais devront faire abstraction des trois défaites de rang des Bretons et de leur lourd revers de dimanche dernier contre Valence-Romans. Ils devront évacuer l’idée de rattraper les points perdus en visant un bonus offensif que tout semblerait leur promettre. Ils devront d’abord mettre la charrue avant les bœufs et construire leur match pierre par pierre, en y mettant tous les ingrédients nécessaires. Le bonus, s’il doit venir, viendra tout seul, sinon gare à la déconvenue comme l’année dernière contre Suresnes. Les Suresnois, qui étaient venus sans pression avec leur équipe B, avaient pris les quatre points de la victoire et avaient laissé les Tarbais à zéro point… Les Tarbais, sans ruminer leur court échec à Blagnac, devront s’en servir pour remettre les pendules à l’heure, tout en conservant cet état d’esprit remarquable et cette volonté de jouer qui les animent depuis la première journée. « Le contenu fera que le résultat sera une conséquence. Il faudra mettre tous les ingrédients : Le jeu sans ballon, l’agressivité, l’état d’esprit, le volume de jeu… Si tout ça est en place, le résultat sera en conséquence », résume Fabien Fortassin.

L’infirmerie tarbaise se remplie

Le week-end dernier Tarbes a perdu Duny (Carton Rouge), Coustallat (cheville ligaments arrachés) et Berbizier qui a dû se faire opérer. Duny, risque de un à six matchs de suspension, suivant la gravité de son geste. Or son coup de tête paraît complètement accidentel et le Droitier pourrait écoper du minimum et être qualifié pour le prochain bloc. Le troisième ligne pourrait être absent deux ou trois mois et l’arrière, cinq à six mois. Réal et Estaque (en reprise), sont les autres absents sur blessure. Le seconde ligne sud-africain Nel (licence) et le troisième ligne georgien Leshkasheli (visa), ne sont pas encore qualifiés.

Cinq changements dans le Groupe, sept dans le XV de départ

Compte tenu des absences et du roulement mis en place, le staff a effectué cinq changements par rapport au Groupe de Blagnac. Trotta, Millet, Dumestre, Mansieux et Filomeno, reviennent dans le Groupe, que quitte Paulet, en plus des absents sur blessure ou suspension. Trotta et Filomeno, entrent dans le Quinze de départ, tout comme Pees, Duffau, Saint-Guilhem, Erasmus et Lamothe, qui quittent le banc. Dumestre, pour l’occasion, fera sa 109ème apparition sous le maillot tarbais.

Compos : 1 Erasmus, 2 Lamothe, 3 Filomeno, 4 Bousquet, 5 Seuvou, 6 Ricart, 8 Massyn, 7 Saint-Guilhem, 9 Lhusero, 10 Fuertes, 11 Oltmann, 12 Pees, 13 Alofa, 14 Duffau

Remplaçants : 16 Mondon, 17 Combier, 18 Sajous, 19 Mansieux, 20 Millet, 21 Dumestre, 22 Vakacegu, 23 Tchitchiasvhili

Jean-Jacques Lasserre