Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Le Débrief Valence-Romans avec Fabien Fortassin

mercredi 20 avril 2022 par Rédaction

Le scénario est super mais le contenu est très moyen

L’entraîneur bigourdan est un éternel perfectionniste. Malgré une victoire de prestige et un maintien assuré, Fabien Fortassin n’est pas satisfait du contenu. « Le scénario fait que c’est super mais le contenu a été très moyen. » S’il n’a rien à redire au niveau de l’engagement, le technicien relève les imperfections, notamment sur la qualité des ballons et les pertes de balles. « Dans l’engagement, il n’y a rien à reprocher mais on n’a pas assez pris soin du ballon. Trop de ballons perdus au contest, trop de ballons tombés, une touche parfois un peu aléatoire où on garde nos ballons mais où on ne peut pas trop lancer le jeu. Pas assez de ballons propres, pas assez de bonnes utilisations du ballon. » Des fautes techniques qui le font râler parce qu’il sent qu’il y avait de la place pour faire beaucoup mieux. « Parce que le peu de fois où on a mis de la vitesse, on marque le premier essai. On fait une super action, en deuxième mi-temps, où on récupère une pénalité parce qu’on a mis de la vitesse. Dans l’utilisation du ballon, je pense que ça a été moyen. C’est ce qui fait qu’on s’est fait peur. »

Trop de points donnés et trop de points manqués

Ce qui agace par-dessus tout l’ancien ouvreur, ce sont les points offerts et les points manqués en première mi-temps. Valence-Romans a marqué neuf points en un quart d’heure sans faire le moindre enchaînement de jeu. Six points en quatre minutes sur deux pénalités bêtes sur un hors-jeu sur un dégagement et un ballon gardé au sol sur une relance, plus un drop sur un renvoi d’en-but. « Entre la mauvaise utilisation du ballon, les points laissés au pied, plus les points qu’on leur donne, trop facilement, gratuitement. A 0-9, ils n’ont rien fait. Ils sont à 0-9 sans rien faire, ce n’est pas eux qui nous ont mis en difficulté. C’est pour ça, qu’on se fait peur. On aurait pu avoir plus d’avance et se rendre le match nettement plus facile. Etre menés 11-12 à la mi-temps, c’est très cher payé. On leur laisse huit points, plus les neuf qu’on leur donne, le différentiel est énorme… »

La mêlée a été très bonne mais pas les rucks

Une fois sa frustration évacuée le technicien, relève les points positifs. « En conquête, la mêlée a été très bonne, la touche défensive a été plutôt correcte. On a gêné leurs ballons, on les a empêchés, sauf une ou deux fois de construire des mauls. C’est la touche offensive où on n’a pas pu lancer le jeu proprement, je dirai, pas assez souvent. » Cependant le perfectionnisme revient au galop, car l’entraîneur n’est pas satisfait du jeu au sol. « Dans les rucks, je crois qu’on a été un peu dominé. Dans les rucks, en phase offensive, on s’est fait gratter des ballons. On en a récupéré mais on tombe sur un arbitre qui ne nous récompensait pas au niveau des contests et on n’a pas su s’adapter. » C’est d’autant plus frustrant que ce sont les meilleurs ballons à jouer. « On n’a pas été assez performant offensivement parce qu’on n’a pas été propres. C’est d’autant rageant, même si on a gagné, parce qu’on n’aurait pu s’en prendre qu’à nous-mêmes si la dernière pénalité n’était pas passée. Si on avait été vraiment propre dans les rucks, je pense qu’on les aurait mis en difficulté plus souvent. On les aurait mis à la faute, on les aurait plus souvent franchis. Je trouve qu’on a été moyen dans ce domaine là. » Même si face à la deuxième attaque de Nationale la défense tarbaise n’a cédé qu’une fois, Fabien Fortassin relève. « On se fait breaker bêtement en début de deuxième mi-temps, sur un côté fermé et après on est en poursuite constamment. C’était une bonne équipe en face mais je pense qu’on aurait pu s’éviter ces frayeurs. » Heureusement tout est bien qui finit bien, sinon la défaite aurait été dure à digérer…

Jean-Jacques Lasserre