Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Retour sur Tarbes-Aubenas

mardi 12 avril 2022 par Rédaction

Ce match de bas de tableau, n’apporte aucune certitude, quant au maintien, ni aux Albenassiens, ni aux Tarbais. Au classement classique Tarbes 49 points a pris 4 points et se donne un peu d’air par rapport au trio Cognac, Dijon Aubenas, qui comptent chacun 39 points. Mais rien n’est encore joué, même si Aubenas devancerait Tarbes 5-4 points terrains, en cas d’égalité à la treizième place. La prochaine journée pourrait être décisive avec le déplacement d’Aubenas à Cognac et la réception de Valence-Romans par Tarbes. D’autant que lors de cette journée Dijon reçoit Suresnes et Bourgoin accueille Blagnac. Cognac-Aubenas vaudra son pesant d’or, avec pour enjeu le maintien, sachant qu’Aubenas mène 5-0 aux points terrains. 

Du côté d’Aubenas

Ousmane Touré : On ne lâchera rien

Le Manager était partagé entre la satisfaction du comportement de ses joueurs et du second bonus ramené en déplacement. « Je tire mon chapeau aux joueurs, qui ne lâchent rien et qui sont toujours là, avec nos armes. » Et la frustration d’une courte défaite, sous fond de critiques arbitrales. « Tarbes a récupéré des pénalités et nous, dans les mêmes situations, on n’a pas eu de pénalités. C’est mon sentiment à chaud sur le terrain. » Un arbitrage qu’il juge à charge ces derniers temps. « Je regrette beaucoup le comportement du corps arbitral sur ces derniers matchs. Le championnat est assez difficile comme ça, sans que nous ayons besoin qu’ils décident du sort des rencontres. »  C’est d’autant plus frustant qu’Aubenas a su prendre ses responsabilités. « On avait demandé aux joueurs d’avoir des situations offensives, de marquer des essais, d’être dangereux et on l’a été. On continue de progresser. » Une défaite qui n’a pas douché l’espoir du maintien dans l’esprit de l’entraîneur des avants. « On a récupéré un point, il reste trois matchs et nous, on ne lâchera rien. Comptablement, on a remis Cognac derrière nous. Dijon en a pris 50 et c’est dur pour tout le monde. » Déjà Ousmane Touré avait la tête au prochain match. « On a un match ultra important à Cognac . Si on gagne, on reste dans le coup, si on perd là-bas, on est mort. »

Cyrille Andreu : On n’est pas récompensé

Le capitaine, est très déçu d’être passé si près de la victoire. « Il nous manquait quelques petits détails. Deux ou trois sorties de camp mal assurées, des deux contre uns mal joués, peut-être… On analysera ça lundi à la vidéo. » Un match capital que l’arrière tente de dédramatiser. « On prend les matchs les uns après les autres et on essaie de ramener des points à chaque fois qu’on en a la possibilité. La course au maintien est compliquée et tous les matchs sont importants. » Après un court échec de trois points à Suresnes, Aubenas, qui échoue de deux points à Tarbes, n’arrive pas à s’imposer en déplacement. « Depuis le début de la saison on a des difficultés à se déplacer. On a fait un bon match, je pense, dans l’engagement, dans l’intensité, malheureusement, on n’est pas récompensé. On va prendre notre point, continuer à bosser et garder l’esprit positif pour ramener des points dimanche prochain. »

Du côté de Tarbes

Alexandre Duny : Ils ont eu plus d’envie

Le colosse tarbais, avoue avoir souffert de ses huit jours d’inactivités dus à sa positivité au Covid, alors qu’il venait de fournir sa meilleure prestations de la saison contre Chambéry. Une préparation tronquée aussi par ses points de sutures à l’arcade qui l’ont empêché de travailler les mêlées avant son test positif. Même s’il s’attendait à un match difficile le Droitier n’a été surpris de la prestation d’Aubenas. « C’est une équipe qui a beaucoup de cœur, qui a beaucoup d’envie. Ils ont eu plus d’envie et ils nous ont cassé les couilles sur toutes les phases de jeu. Dans les rucks, ils mettent les mains partout, ils essayent de ralentir tous les ballons. On le savait mais on n’a pas su faire le geste de plus pour avoir des ballons rapides, pour pouvoir mettre notre jeu en place. » Jamais les Tarbais n’ont pu se mettre à l’abri suffisamment longtemps pour se libérer. A peine le trou fait à 13-0, qu’Aubenas revenait aussitôt au score 13-7, replongeant Tarbes dans le doute. « Cet essai nous fait mal à la tête mais on est encore devant, on est à la maison et il faut garder de l’enthousiasme. » Lorsque Aubenas a pris le score 16-17, ce fut pire encore. « On a l’impression que c’est la fin du monde. Les mecs baissent la tête. » Pourtant les Tarbais étaient avertis confirme Alexandre Duny. « On savait qu’ils venaient pour gagner ici, on savait que c’était une équipe orgueilleuse, comme n’importe qu’elle équipe. » Le gros point noir, c’est les renvois où Tarbes s’est systématiquement mis en difficulté, et a permis à Aubenas de rester dans le match et d’y croire jusqu’au bout. « Ils ont un ailier (Clément) qui s’est montré meilleur que nous dans les airs » reconnait le pilier. Heureusement la mêlée tarbaise n’a jamais été aussi dominatrice de la saison, quelle que soit la configuration des premières lignes. « On a été fort mais je trouve qu’on n’a pas été bien récompensé. »

Ximun Bessonart : Manque de maîtrise et de justesse technique

Le Gaucher, lui aussi était un peu juste après ses six semaines d’absences, mais ça ne s’est pas ressenti au vu de la domination tarbaise en mêlée. « Oui, c’est la mêlée qui sauve le match mais je trouve qu’on n’a pas assez usé de ce secteur où on était vraiment dominant. Il y a deux ou trois pénalités à cinq mètres de leur ligne où on peut vraiment prendre la mêlée et les mettre vraiment au fond du trou. On les a usés et on les a marqués dans ce secteur. » Il est vrai aussi, comme le fait remarquer le Basque, que Balas-Burel, blessé est sorti à la mi-temps. « Heureusement, parce qu’il n’y a pas eu grand-chose de positif… » Pour Ximun Bessonart la pression n’explique pas tout. « C’est surtout une question de maîtrise. On bataille pour essayer de mettre des points. En première mi-temps on marque un essai alors qu’on doit marquer trois ou quatre fois. Et à chaque fois qu’on marque des points, on en prend derrière. On manque de maîtrise et on rate des gestes techniques. » Des Tarbais qui sont peut-être retombés dans leurs travers et qui ont manqué de patience près des zones de marque. « On a trop joué à la baballe devant leur défense, alors que quand on avait un jeu simple à une passe, on était, physiquement, plus forts qu’eux. On devait tuer ce match bien plus tôt. »

Loan Réal : On s’est rendu le match difficile

« On s’attendait à un match piège et c’est un peu ce qu’il y a eu. C’est une équipe accrocheuse qui n’a rien lâché. » Le troisième ligne regrette les occasions gâchées qui auraient pu rendre le match plus facile. « En première mi-temps on doit prendre le score sur plusieurs occasions et on ne marque pas. C’est ça qui a rendu le match plus difficile. Eux restent dans le match, ils marquent en fin de première mi-temps et ils se relancent. Ils sont restés collés tout le long du match et on n’a pas réussi à prendre les devants. »

Thibaud Dulucq : La pièce est tombée du bon côté

Les Tarbais se sont peut-être montrés trop confiants. « On ne s’est pas fait assez respecté en première mi-temps où on jouait dans tous les sens, sans trop avancer. On a repris en seconde mi-temps, en disant qu’on allait faire du jeu direct, qu’on allait leur rentrer dedans. » Le demi-de-mêlée regrette. « On breake, mais on n’arrive pas à concrétiser, on jette les ballons, on n’arrive pas à conserver, à garder de la vitesse. Eux, ils ont joué tous leurs ballons et ils nous ont mis à mal et ça s’est joué à la pièce. C’est tombé du bon côté pour nous, tant mieux pour nous. »

Enzo Mondon

Le capitaine qui a inscrit le seul essai tarbais regrettait. « En première mi-temps, on a joué un peu trop à la baballe. Je pense qu’on les a peut-être un peu pris de haut. Après, en deuxième mi-temps, on a fait un peu plus de jeu direct et c’était beaucoup mieux. Mais on n’a pas su finir nos coups

 

Jean-Jacques Lasserre