Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Retour sur Dax-Tarbes

mercredi 16 mars 2022 par Rédaction

Ce match, comme on s’y attendait, a été de la veine des rencontres précédentes avec du jeu malgré l’enjeu, beaucoup d’engagement et de rudesse dans les contacts. Un superbe match de rugby, sous un soleil printanier qui a attendu le début de la rencontre pour éclairer un immense ciel bleu. De quoi offrir du spectacle, entre deux équipes joueuses qui avaient fait du jeu et du combat leur crédo. Au point d’assister à un match haletant entre deux équipes qui prenaient l’avantage à tour de rôle, avec Tarbes pour ouvrir le score (6ème) et Dax pour le conclure (80+2). Le seul regret, c’est la grosse échauffourée en fin de rencontre qui a gâché l’image d’un superbe match de rugby où les deux équipes se sont rendues point pour point, mais où l’arbitrage n’a pas été à la hauteur. Sur « ActuRugby » Fabien Fortassin déclare : « De quoi voulez-vous que je parle ? Du beau match de rugby que l’on a vu ou bien des quatre incompétents (3 arbitres et le délégué) qui l’ont fait dégénérer ?! Je suis juste écœuré... »

Du côté de Dax

Il faut souligner la grosse performance d’un pack landais qui se présentait sans son pilier Ferreira retenu en sélection, sans ses deux talonneurs (Levi et Delblancu), sans ses quatre secondes lignes (Loiret, Gaune Bidau et Helmbacher, qui a déclaré forfait au dernier moment) et sans ses deux troisièmes lignes et capitaines Aletti et August. Au point de présenter un banc composé de seulement quatre avants (Mary, Stemmet, Faitotoa, Doucouré) et de quatre arrières (Mchedlidze, Ayestaran, Cerisier, Hollet) au lieu des habituels 5/3 voire 6/2… A part quelques soucis en touche, avec une seconde ligne inédite (Ferrer, Laukau), le pack a bien résisté en mêlée, (en l’absence de ses poutres) et a été chercher la victoire sur un ballon porté.

Emmanuel Maignien : On a été la chercher de loin

L’ancien talonneur, qui ne compte plus les matchs qu’il a disputés contre Tarbes, savoure cette victoire à l’arraché avec une équipe handicapée par de nombreuses absences. « Tarbes est venu avec des ambitions de victoire et gagner, avec des jeunes qui ont répondu présent, ça fait plaisir. C’était un match de rugby tendu, avec des essais, qui devait être plaisant pour les spectateurs, avec une fin haletante. C’était un beau match de rugby, avec du combat, des bouffes (rires…), nous, on s’est pris un peu le chou aussi » avoue l’entraîneur des avants qui est satisfait du résultat et de la manière. « C’était bien, on est content parce que celle là, ils ont été la chercher de loin. A chaque fois, on répondait du tac au tac. Quand ils marquaient, ils remarquaient derrière. Et puis là, à la fin, il fallait marquer. On a vu les trois-quarts qui sont venus pousser, on a vu une énorme solidarité qui fait plaisir à voir. Et même sur la bagarre, même si on n’aime pas ça, ça fait partie du rugby. Quand il faut y aller tout le monde était là », constate l’ancien talonneur qui reconnaît. « A domicile, c’était le match le plus compliqué. D’habitude, on gagne avec un score plus large, même face aux grosses cylindrées de Nationale. Là c’était ténu. Les tarbais ont bien joué. Ils nous ont mis sous pression. Ils savaient qu’on avait quelques soucis sur certains secteurs de jeu mais on a répondu présent. On a beaucoup déplacé le ballon, on a mis beaucoup de volume de jeu et on a réussi à marquer. C’était un match très plaisant à voir et à jouer et je suis content que les petits jeunes puissent nous apporter quelque chose de temps en temps. »

Simon Garrouteigt : Chaque équipe avait très envie de gagner

Le demi-de-mêlée, qui compte lui aussi plusieurs matchs au compteur contre Tarbes, partage l’analyse de son entraîneur. « C’était un match très compliqué, car ça répondait du tac au tac. Chaque équipe avait très envie de gagner. En plus, c’était une belle journée avec de bonnes conditions. C’était aussi très accroché, on l’a vu sur quelques actions, mais ça tombe pour nous. On passe devant sur ballon porté et après ça s’accroche, ça part avec tout le monde et c’est un peu dommage », regrette Simon Garrouteigt. « On est en Nationale, on n’est pas dans des divisions inférieures et c’est des choses qui ne devraient pas se passer. Ça gâche un peu le spectacle mais ça montre aussi l’engagement entre deux équipes solidaires qui ne lâchent pas. C’est dommage, car on ressort avec des cartons et eux aussi. » Le demi-de-mêlée retient tout de même les quatre points d’une neuvième victoire de rang à domicile. « C’est positif et on est très content et soulagé d’avoir gagné à la maison encore une fois. On est toujours en vie pour la sixième place qualificative. »

Brice Ferrer : La malchance de Lhusero fait notre bonheur

L’ex troisième ligne tarbais, pour les besoins de l’équipe, faisait ses débuts en seconde ligne. Un poste jamais occupé même chez les jeunes qui débouche sur une victoire. « C’était compliqué toute la partie mais on arrive à assurer l’essentiel sur la dernière action. Après, on aurait pu aussi perdre sur la dernière pénalité. La malchance de Lhusero fait notre bonheur. On a été réaliste. On manquait de confiance mais on a su marquer les points qu’il fallait pour gagner. »

Côté tarbais

Beaucoup de frustration bien sûr d’avoir perdu dans les arrêts de jeu un match très largement à leur portée. Beaucoup d’amertume aussi d’avoir gâché des occasions au pied et de s’être laissé emporter à la fin d’un match rendu irrespirable par certaines décisions arbitrales. Mais aussi la satisfaction d’avoir tout donné, de n’avoir rien à se reprocher en termes d’engagement et d’investissement. La satisfaction aussi, d’avoir respecté les consignes de jeu et d’avoir su enchaîner des temps de jeu dans l’avancée. Le tout, avec une équipe composée de quatorze joueurs issus du club, dont la moitié sont Espoirs…

Felipe Manu : C’était un beau et vrai match de rugby

Le troisième ligne a tranquillement bavardé après le match avec ses compatriotes dacquois, montrant les vraies valeurs du rugby où on partage une bière après s’être battus comme des chiffonniers pendant 80 minutes. D’ailleurs, ce qu’il retient en priorité c’est le contenu. « C’était un beau match, hein ? C’était un beau et un vrai match de rugby… » Puis vient le temps de l’analyse et des regrets.  « Ils ont marqué des points sur nos fautes. C’est un peu une histoire qui se répète mais il faut souligner l’envie, l’implication et la détermination de tout le monde. On est resté accroché jusqu’à la fin. C’est quelque chose de très intéressant parce qu’on n’a pas dérogé sur ça de tout le match. Maintenant on va corriger quelques points. Mais on n’est pas loin. On n’est pas du tout loin », confie Felipe Manu. « Honnêtement, franchement, mon ressenti et c’est perso, c’est qu’on était meilleur qu’eux. C’est juste parce qu’on a fait des fautes et qu’il y a quelques décisions, qui n’étaient pas saines, on va dire, qui nous coûtent cher à la fin. » Des mots qui ont un poids et un sens dans la bouche du Néo-Zélandais qu’on a toujours connu respectueux des décisions arbitrales. « Mais l’envie et la détermination de tout le monde, ça c’est intouchable. Moi, franchement, je suis fier de l’équipe, de tous ceux qui sont rentrés et des jeunes surtout. Ça fait du bien de voir un match comme ça où on a retrouvé notre feeling. C’est dommage qu’on ne sorte pas avec une victoire… » Même l’accrochage général final démontre l’état d’esprit du Groupe. « C’est dommage que ça finisse comme ça mais tout le monde était chaud, tout le monde avait envie de gagner. »

Loan Réal : L’impression de ne pas être récompensé par l’arbitrage

Le jeune troisième ligne, qui a payé son écot d’un essai sur un ballon récupéré en mêlée, regrettait. « C’est dommage, car on sent qu’on n’est pas récompensé sur ce match. On propose du jeu, on tient le ballon, on fait plusieurs actions et à la fin, on le perd sur un ballon porté. Ça fait vraiment chier…On perd ce match sur des petits détails, des fautes bêtes mais on a aussi l’impression de ne pas être récompensé par l’arbitrage. A la fin, on marque un essai, après on ne sait pas trop ce qu’il y a. Il y a placage haut mais après, il y a brutalité sur Halani (Aulika) et il y a pénalité pour eux, pénaltouche et essai. Il y a encore une brutalité mais l’essai est accordé et ensuite il y a pénalité au centre pour nous. » Ce qui est la règle si une faute est commise après un essai. Ce qui semble être le cas, si les cartons distribués l’ont été à cause la bagarre après la validation de l’essai. Par contre, la pénalité aurait pu être retournée sur brutalité et la pénaltouche fatidique n’aurait pas eu lieu d’être.

Paul Sajous : La pièce est tombée de leur côté

Beaucoup de déceptions et de regrets chez l’ex-Luzien. « On le domine mais ils se nourrissent de nos erreurs. On fait des fautes à la con, à des moments importants. A chaque fois qu’on fait des fautes, on prend des points. C’est ça qui est pénible. Après, à la fin du match, on arrive à marquer un bel essai mais on maîtrise mal notre sortie de camp et on prend cet essai sur ballon porté. La pièce est tombée de leur côté. » Le sort aurait pu basculer sur la pénalité des 50 mètres sur le renvoi mais les Tarbais auraient dû se mettre à l’abri bien avant. « On ne peut pas en vouloir à Lulu (Lhusero) car on aurait dû gagner le match avant. »  

Thomas Lhusero : C’est un match référence dans le jeu

Epuisé, mais surtout très déçu de la fin d’un match qui semblait maîtrisé. « On manque trop de points au pied, 16 points je crois, en comptant celle que je ne tente pas sur le ballon tombé. » Le buteur tarbais est accablé par cette faillite face aux poteaux qu’il partage pourtant avec Mathieu Berbizier. Il s’en excuse même. « C’est très compliqué, le rôle de buteur »…Puis il positive. « Après, on a produit du jeu, c’est un match référence dans le jeu. C’est un match sur lequel on pourra s’appuyer. Il faut retenir l’engagement et l’investissement de tout le monde, plus que le résultat, même si on prend un point. Je pense qu’on a mis tous les ingrédients pour gagner. »

William Pees : Ce qui importe, c’est le contenu

Le capitaine est partagé entre déception, frustration de la défaite et satisfaction de la prestation de ses coéquipiers. « On a pris beaucoup de plaisir sur le terrain et au final, ça se joue sur un coup de dés. A la fin, le match tourne pour eux. On fait une faute, ils vont chercher une touche et ils marquent sur un maul. » Mais au-delà de cette défaite cruelle, beaucoup de choses positives sont à ressortir de cette rencontre. « On a quand même bien joué, devant, derrière.  On s’est fait plaisir, on a pris beaucoup de plaisir et ce qui importe, c’est le contenu. On va bien l’analyser et on espère que les choses tourneront. C’est dommage qu’on ne gagne pas, car si on gagne, on pouvait jouer autre chose que le maintien. Maintenant, c’est le maintien qu’on va jouer jusqu’au bout. »

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre