Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Les jardins de l’Échez : les jardins de la discorde.

mardi 5 octobre 2021 par Rédaction

Depuis quelques semaines, les jardins familiaux de l’Echez sont devenus les jardins de la discorde suite à la nomination d’Eugène Pourchier par le maire comme président de l’association des trois jardins familiaux de la ville de Tarbes.

Vendredi en fin d’après midi, Pierre Lagonelle qui était accompagné de Sélim Dadgag, tous deux élus de l’opposition municipale, avait organisé une conférence de presse aux jardins de l’Echez avec un groupe de jardiniers. Eugène Pourchier se trouvait également sur place avec lui aussi un groupe de jardiniers des jardins de l’Echez. Alors que Pierre Lagonelle commençait à discuter avec la presse un échange houleux et très bref a eu lieu entre M.Pourchier et lui.

Chantal la Saout qui se fait la porte parole des 8 jardiniers mécontents des jardins de l’Echez et accuse Eugène Pourchier de faire le tri parmi les jardiniers en usant de sa nomination de nouveau président, explique : « Mi juillet, la mairie a retiré la gestion des jardins familiaux de l’Echez à l’association qui l’a gérée depuis 20 ans pour la confier à l’association qui regroupe Mirasol et Persigna . Or sur aucun de ces jardins il n’y a eu d’assemblée générale ni de vote et certains adhérents sont là depuis leurs créations.

Le nouveau conseil d’administration profite de cette occasion pour faire un tri arbitraire et son président Eugène Pourchier use de pression contre ceux qui s’étonnent qu’il se présente comme le nouveau président. Actuellement il refuse cotisations, et nous taxe de récalcitrants. Lors du dernier conseil municipal, le maire a déclaré qu’aucune expulsion n’aurait lieu alors que M. Pourchier a lancé l’envoi de plusieurs lettres recommandées .Qui croire dans ce double discours ? Nous demandons de pouvoir cultiver dans le calme, le respect  et que la convivialité flotte sur ces jardins ».

Pierre Lagonelle poursuit : « Que les trois jardins aient la même structure de gestion pourquoi pas, ça me semble très bien ! Mais ce qui semble curieux c’est que la mairie a passé une convention avec la nouvelle association ayant comme président Eugène Pourchier, ancien adjoint. Et là ça commence à déraper, on dit à certains jardiniers vous allez partir, on ne veut plus de vous ici, on veut des jardiniers qui se comportent bien, qui remplissent les critères. Comme sur le panneau d’affichage, c’est du n’importe quoi la convention dans laquelle le maire désigne Eugène Pourchier pour administrer les jardins date de juin, et en même temps, est affichée la date de création de l’association qui a eu lieu le 15 juillet  ».

Pour y voir plus clair, à la création des jardins de l’Echez il y avait une association présidée par Philippe Lassalle, mais depuis 2016 il n’y avait eu aucune AG. Des jardiniers s’étaient plaints à la mairie du mauvais fonctionnement de l’association d’où le maire a décidé de réunir les 3 jardins sur une seule association.

« Le groupe des 8 jardiniers veulent être membres de cette nouvelle association, il ne faut pas faire de discrimination », souligne Pierre Lagonelle.

 Chantal le Saout indique : « Nous n’avons pas forcément accepté la présence de ce M. Pourchier qui s’est présenté comme président alors qu’il n’y avait pas d’association déclarée. Il nous a fait des pressions, on a reçu des insultes, on nous a traités de moins que rien, d’ennemis du maire et de la mairie. Il a très mal pris que l’un de nous évoque son ancienne appartenance au Front national, c’est public, il doit assumer son passé, ce qui n’est pas une raison pour exclure des gens ».

 

Georges Priam renchérit : « Ce monsieur Pourchier est arrivé en disant si vous n’êtes pas contents partez ! Il n’y a qu’à voir Miriasol est une friche, c’est ce qu’il veut faire ici aux jardins de l’Echez. De toutes façons moi je ne resterais pas devant une tête comme ça, Je n’ai pas envie me faire diriger par un ancien membre du FN, je vais m’en aller. Le maire est au courant il n’en n’a que faire, c’est lui qui l’a désigné comme président. Nous sommes des victimes collatérales ».

Eugène Pourchier donne sa version des faits : ‘’De tels propos me font honte’’.

Il explique qu’il a été agressé physiquement au sein des jardins de l’Echez et que des mains courantes ont été déposées par lui et M. Cazenave pour menaces : ‘’On veut nous cramer ‘’. Madame Hanne qui est là depuis de nombreuses années m’a agressé, elle m’a arraché le dossier des jardins et en a déchiré les papiers qui étaient à l’intérieur. J’ai voulu savoir à qui j’avais affaire alors je me suis rendu à son domicile, j’ai découvert que cette dame habitait une grande maison avec un grand parc et un potager et elle est signataire d’une lettre dans laquelle elle dit que je lui sors le pain de la bouche et demande que l’on lui rende son jardin ici ! Mais quelle honte ! »

Eugene Pourchier a rappelé que les jardins familiaux ont été créés pour les familles modestes à faibles revenus et ne payant pas d’impôts sur le revenu. Et que les gens qui doivent être mis à la porte sont des gens qui ne sont pas dans le besoin, ils sont gavés et archigavés et paient des impôts.

« Quand à Madame le Saout, elle s’est installée au jardin sans droit ni titre, elle a repris le jardin d’une personne morte donc un jardin déjà attitré. Quand j’ai été la voir pour lui expliquer qu’elle devrait quitter le jardin à la fin de l’année, elle m’a ricané au visage et m’a dit que je n’étais qu’une merde. Elle ne veut pas de l’autorité de l’association que je préside et aujourd’hui même si elle le voulait je là mettrais quand même dehors, elle a fait trop de mal. Ils sont allés faire le tour des jardins allant voir des personnes étrangères en leur disant que Pourchier est dangereux il ne faut pas l’écouter il fait partie du Front national, il y a très longtemps une vingtaine d’années ». déclare le président

« Ils sont allés taper à toutes les portes des jardiniers pour les mettre de coté, en vain. Il a fallu que madame Le Saout arrive cet été pour mettre la pagaille. En 2014, elle était déjà passée par les jardins de l’Echez, du reste Monsieur Lassalle, le président de l’époque lui avait retiré le jardin », a commenté M. Cazenave.

Pour conclure Eugene Pourchier indique que la première assemblée générale d’une association doit se dérouler dans les 6 mois qui suivent sa création. Et qu’il ne balance pas de mots en l’air il détient les preuves de ce qu’il avance.

Nicole Lafourcade