Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Pour le maire de Tarbes ce qui a été fait hier ne sera plus possible demain.

jeudi 16 septembre 2021 par Rédaction

Ce mercredi 15 septembre, Gérard Trémège, maire de Tarbes entouré de son directeur de cabinet Michel Garnier, Pascal Claverie son 1er adjoint, Jean Luc Cossou directeur général des services et Renaud Marsan, directeur de la communication, a tenu sa traditionnelle conférence de presse de rentrée où de nombreux sujets ont été abordés : les grands chantiers, action Cœur de ville, les animations de l’été, la sécurité, les inquiétudes, etc.…

Le maire de Tarbes a mis en avant l’engagement de la ville dans la crise sanitaire, un engagement citoyen qui durant ces 18 mois a mis tous les moyens à disposition pour vacciner des milliers d’habitants du département au parc des expositions où il y a eu un engagement exceptionnel des services de la ville mais aussi des élus comme Véronique Dutrey. La ville a pris une part importante dans cette vaste opération qui a fait des Hautes-Pyrénées un des 1er départements français en matière de vaccination. Il a également rappelé que le centre de vaccination est transféré depuis le 1er septembre à Juillan au téléport 4, en face du siège de l’agglo.

« Malgré la crise sanitaire, la ville a démontré une volonté d’agir sur tous les terrains- Covid ou pas- nous n’avons rien lâché. Nous avons réalisé des investissements importants, le bâtiment du comité départemental de tennis à la Plaine Valmy, inauguré il y a quelques jours pour un montant de 800 000 euros. Le quartier de l’Alette entièrement refait pour 1,3 million d’euros. La rue du Corps Franc Pommiès, une entrée de ville magnifique pour un coût de 2 millions 240 000 euros. La rue Vergés prés de 460 000 euros. Le parking nord derrière la mairie 310 000 euros. Le square Mariatégui à coté de l’inspection académique entièrement refait 200 000 euros, Le quai Estévenet.

La place au Bois, les travaux ont débuté il y a quelques jours :1,5 million d’euros.

Place du Foirail avec la démolition de l’édicule et la reconstruction d’une petite halle, 660 000 euros. L ‘école Jean Macé 4,5 millions d’euros. Le programme sur les écoles 160 000 euros. Poursuite des travaux à l’arcouade à Payolle. Le haras avec la rénovation de la toiture et la façade de la maison du cheval etc.…. », détaille le maire.

Il rappelle ensuite que les investissements de la ville c’est du travail pour les entreprises et le travail pour les entreprises c’est de l’emploi. Que les collectivités : département, mairie, agglo contribuent au maintien de l’emploi dans le département en créant la dynamique du travail et de l’investissement grâce à tous ces projets réalisés.

Les animations de l’été : malgré la difficulté, la saison estivale a été riche en animations, il y en avait tous les jours, Equestria, Tarbes en tango, Tarbes en canta ont eu lieu sous la forme de ‘’sous un air de ‘’, aussi plus de 300 000 personnes étaient à Tarbes cet été et toutes ces manifestations proposées ont été appréciées.

Le maire a remercié toutes les équipes et les bénévoles qui ont accompagné tout ce qui a été mis en œuvre pour animer la ville.

Pascal Claverie enchaine : « Toutes ces animations ont contribué à l’attractivité de la ville.

Cette année, 14 boutiques ont ouvert en ville et une dizaine de dossiers sont à l’étude. La ville propose des aides pour les nouveaux commerçants qui veulent s’installer ».

 Gérard Trémège est revenu sur Action cœur de ville qui connaît un gros succès, les demandes sont croissantes, « Aujourd’hui, 92 immeubles en centre ville sont concernés, ce qui représente 315 appartements. L’intérêt est d’ avoir une offre de logements de qualité en centre ville.

Le centre de santé : la création de ce centre a été une belle réussite en matière d’aide à la population, le besoin se faisait sentir, près de 3000 tarbais n’avaient pas de médecin traitant. Le centre réalise 1200 actes par mois avec un nombre de médecins limité, il faut accroitre le nombre de médecins. Un appel est lancé aux jeunes médecins.

La réalisation de la maison sport-santé est une belle réalisation également

Il a poursuivi par les espaces verts et la propreté : les effectifs ont été augmentés pour faire en sorte que la ville soit propre, agréable et fleurie. La ville s’est engagée sur la plantation de 1000 arbres par an, en 2020 plus de 1200 arbres ont été plantés, pour cette année les 1000 arbres sont programmés et les plantations débuteront à partir du mois prochain. La fête des fleurs au parc bel Air aura lieu le 3 octobre prochain.

 En ce qui concerne la propreté, il y a le problème des incivilités, les gens déposent des encombrants n’ importe où. Des sanctions sévères vont être mises en place.

La sécurité un problème majeur, une brigade de nuit a été créée, elle est opérationnelle depuis le 1er juillet, elle est composée de 2 équipes de 4 agents qui sont sur le terrain de 19 h à 5 h du matin. En deux mois, il a été réalisé 245 interventions : tapage, rixe sur la voie publique, différends familiaux ou de voisinage.

La ville détient le label 5 arobases villes internet ‘’le maximum’’.

Elle déploie le wifi gratuit en centre ville et 90% des logements sont raccordables à la fibre.

Les labels obtenus par la ville :

-le label ville à vélo donné par le tour de France.

- 2024, terre de jeux.

-ville active et sportive avec 2 lauriers.

-ville et village fleuris 4 fleurs.

-jardins remarquables.

- apicité.

Le maire a annoncé le retour des réunions de quartiers, un document va être diffusé dans chaque quartier, il répond aux demandes des riverains des quartiers concernés.

Pour conclure, il a fait part des inquiétudes qui pèsent sur la gestion des collectivités : « Ce que nous avons fait hier, nous ne pourrons pas le faire demain car les taux d’emprunt augmentent, les charges de fonctionnement augmentent, les subventions diminuent et les recettes diminuent aussi et je ne souhaite pas augmenter les impôts. Du reste, ils ne sont plus augmentés depuis plusieurs années, nous avons baissé la taxe foncière depuis 2 ans. Nous sommes lucides, nous gardons confiance, nous sommes des passionnés, passionnés par ce que l’on peut faire pour notre ville et ses habitants et notre souci est de faire du bien ».

Nicole Lafourcade