Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Tarbes-Blagnac, dimanche à 17h00 (huis clos, retransmission vidéo)

vendredi 2 avril 2021 par Rédaction

Le match retransmis en vidéo à partir de 16h45, sera, pour la première fois, commenté en direct par Hervé Cazcarra et William Pees. Lien : https://youtu.be/kq-7Nzj7vSo

Attention, Blagnac performant à l’extérieur

A priori, il faudra se méfier d’une équipe de Blagnac qui est surtout performante en déplacement avec quatre succès à Cognac (14-22), à Dax (12-17), à Suresnes (14-18) et à Aubenas (16-22). Même décimée, Blagnac vient de s’offrir Albi malgré 17 blessés. Un véritable exploit, compte tenu du contexte, car les Tarnais jouent leur avenir sur une qualification pour les demi-finales d’Accession. Tout point perdu, à six journées de la fin, les éloigne d’une demi-finale sèche à domicile.

Des blessés mais une équipe compétitive avec les vainqueurs d’Albi

Blagnac, meurtri physiquement après son exploit albigeois et malgré de nombreux blessés, viendra en Bigorre sans pression. Le staff présentera une équipe solide avec des joueurs expérimentés, (Weber, Biscioni, Lebréquier, Piffero, Banière, Mutel, Medves, Manas, Augustin, Tolofua, Gaignard, Villemur, Vernetti) et des jeunes, (De Sousa, Lecomte, Seunes, Graulle…) qui ont pris du temps de jeu et de l’assurance. La liste des blessés est longue, avec les absences devant, de Martin, Marie, Kouider, Zipf, Villerouge, Toolis, Mignonat, Verdy, Vachon, Ponsole et derrière de Ferrary, Brun, Tardieu, Ochoa, Daurau-Bedin, Piron… Mais vingt des vainqueurs d’Albi seront sur la pelouse de Trélut dimanche !

Entretien d’avant match avec Eric Escribano

On joue sans pression

Cette année est une saison de transition pour Blagnac qui vient, après deux ou trois ans de stabilité, de chambouler et de rajeunir son effectif. « Oui, c’est récent. On a voulu aller chercher d’autres joueurs, des jeunes. On veut faire confiance aux jeunes et les blessés nous font sortir des jeunes qu’on n’attendait pas. C’est intéressant et c’est bien pour nous, de faire sortir des jeunes de ce niveau. » Des blessures qui ont conduit le staff à utiliser quarante joueurs, dont quinze d’Espoirs, en quinze matchs. « C’est un choix qui est dicté par les blessures. On n’a pas la pression de la descente et on fait jouer des jeunes. » Parmi ces jeunes, on retrouve des « fils de » comme Baptiste Rougé-Thomas ou Lucas Lecomte, impressionnant contre Albi. Eric Escribano savoure la performance de son équipe contre les Albigeois. « Oui, c’est un exploit. On a mis les ingrédients qu’il fallait avec les joueurs du moment et on a pu le faire. » Un résultat qui prouve que Blagnac a un rôle important à jouer dans cette Nationale, même si l’entraîneur joue la modestie. « Cette année, on veut juste se maintenir sportivement. »

Des joueurs et un staff pluriactifs

Il est vrai qu’avec son modèle économique, basé sur des joueurs pluriactifs, Blagnac a moins de temps à consacrer à la récupération et aux soins que les clubs qui ont des joueurs à temps plein. Ce qui peut aussi expliquer le nombre important de blessés et la durée plus longue des blessures. « Oui, c’est notre problème et il faut qu’on trouve des solutions pour la saison prochaine car nos joueurs ont du mal à récupérer après les matchs. C’est notre fonctionnement et on ne va pas pleurer sur notre sort. Mais il faut trouver des solutions pour la saison prochaine, pour avoir au moins une demi journée de travail, pour être plus performant. » Quand on lui objète qu’il dispose de neuf joueurs sous contrat fédéral au lieu d’un seul la saison dernière, l’entraîneur tempère. « Attention, on n’a vraiment qu’un joueur à temps complet, c’est le seconde ligne Alex Toolis qui est blessé depuis le début de la saison. Après, tous les huit autres, ont des contrats pluriactifs. Ils ont un contrat pour le rugby mais ils travaillent à 100%. Mathieu Vachon ou Fred Medves, qui ont des contrats, travaillent à côté 35 heures. » Toute l’équipe, y compris le staff, travaillent à l’extérieur à temps plein. 

Sur courant alternatif

Depuis le début de la saison, Blagnac alterne les défaites à domicile et les victoires à l’extérieur. Les « Caouacs » ont perdu contre Dax (13-19), contre Suresnes (11-27), contre Bourg-en-Bresse (15-25), contre Narbonne (11-31), contre Aubenas (21-23) et se sont imposés à Cognac (14-22), à Dax (12-17), à Suresnes (14-18) et à Aubenas (16-22). « On n’avait pas pris conscience de la difficulté de la Poule et on n’était pas prêt physiquement. Notre pluriactivité nous a fait reprendre qu’au mois d’août, par rapport à des équipes qui avaient repris en juillet » explique Eric Escribano. « Après, les joueurs ont voulu prendre leur revanche et cette année, sans public, les équipes arrivent à jouer différemment. » Le plus paradoxal est la double confrontation, en huit jours, avec Aubenas. « Les joueurs avaient été vexés d’avoir perdu à la maison et d’avoir manqué un peu de caractère. On sait que quand les joueurs sont vexés et qu’ils ont peur, ils réagissent. Aubenas nous avait battus et pensait certainement que le match serait plus simple. Même si les entraîneurs font bien leur boulot, on n’est pas dans la tête des joueurs (rires…). » Il est vrai que les exemples ne manquent pas et même les « Gros » arrivent à passer à travers de matchs jugés faciles.

Un championnat, très intéressant

Aujourd’hui Blagnac occupe la 7ème place, derrière les candidats déclarés à la montée que sont Nice, Bourg-en-Bresse, Narbonne, Albi, Massy et Dax, qui se découvre de nouvelles ambitions comme le démontre le recrutement de deux joueurs supplémentaires pour terminer la saison. Un luxe que les clubs qui n’ont rien à jouer ne peuvent pas se permettre en cette période de crise économique liée à la pandémie. « Oui, c’est vrai, on est derrière les « Gros » mais c’est compliqué. Pour l’instant, c’est très serré et on a un match de plus que Tarbes. Le classement est très serré et tout va très vite dans ce championnat mais c’est très, très, intéressant et très passionnant. » Blagnac, malgré un nombre impressionnant de blessés a assuré sportivement. Une fierté et un regret, à la fois, pour l’entraîneur. « On est l’équipe la plus touchée et si on avait joué avec notre effectif au complet, depuis le début de la saison, je pense qu’on aurait pu proposer autre chose. »

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre