Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

La PAC 2023 et la grippe aviaire au menu de la session de la Chambre d’agriculture des Hautes-Pyrénées

vendredi 12 mars 2021 par Rédaction

Avant la session de la chambre d’agriculture des H-P qui se tient ce vendredi après-midi, le président Pierre Martin et son 1er vice-président Michel Dubosc ont évoqué les principaux sujets qui seront débattus, à savoir la PAC, essentielle à l’agriculture des Hautes-Pyrénées, la grippe aviaire qui est l’arrêt malgré le peu d’exploitations touchées (une dizaine) et qui impacte l’ensemble des éleveurs des filières volailles et palmipèdes. Il a été aussi question des projets structurants pour le territoire, déjà détaillés lors de la visite hier de de la ferme des Deux Cap à Gardères.

La PAC est essentielle à notre agriculture départementale

La PAC souvent décriée pour ses affres administratives reste essentielle à notre agriculture départementale et représente globalement 1/3 du chiffre d’affaires avec de grandes variations selon les systèmes et les territoires. Au cœur des négociations pour la mise en place de la réforme 2023, nous restons vigilants sur le maintien des équilibres de ce nouveau programme et sur l’accessibilité aux différents dispositifs pour nos agriculteurs. Si en moyenne nos exploitations perçoivent 30% d’aide en moins que l’exploitation moyenne française, ces aides sont vitales à leur viabilité, les revenus moyens de nos exploitations restant inférieurs de moitié à la moyenne nationale .Nous mesurons déjà les effets catastrophiques de la suppression en 2017 des aides aux zones défavorisées dans nos coteaux.

La PAC 2023 sera résolument orientée vers l’agro écologie et nous y sommes favorables car notre agriculture est résolument agro écologique. Encore faut-il que les indicateurs des mesures proposées soient applicables pour nos petites exploitations familiales morcelées et dispersées. La volonté de modéliser tout notre espace naturel sur des applications informatiques ne manque pas de nous interroger voire de nous inquiéter car la nature n’a rien de normalisé et l’essence de l’agriculture est l’adaptation. Le déploiement des contrôles avec des applications informatiques et des modélisations n’est pas propre à nous rassurer sur la prise en compte de nos spécificités et nos nécessaires adaptations.

Une réforme qui va accentuer le conditionnement des aides au verdissement des pratiques. Là encore notre petite agriculture familiale répond largement à cette vision, mais elle ne doit pas être laissée pour compte en traduisant le verdissement par des procédures administratives complexes nécessitant de grosses compétences et disponibilités administratives peu compatibles avec nos schémas d’exploitations.

Conscient de la nécessaire évolution des pratiques de traçabilité de nos pratiques, nous engageons un gros programme d’accompagnement des agriculteurs dans la gestion numérique de leurs exploitations au travers de formations à l’autonomie numérique en partenariat avec le Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole (CFPPA) des Hautes-Pyrénées.

Influenza Aviaire – Crise Sanitaire

La situation dans les Hautes-Pyrénées semble se stabiliser, mais des cas continuent à apparaitre dans le Sud-Ouest, entraînant un remaniement régulier des zones de protection. La vigilance reste donc de mise et aucune date de retour à la normale en terme de production n’est encore arrêtée.

Dans l’attente, c’est l’ensemble des éleveurs des filières volailles et palmipèdes qui sont durement touchés.

Si les indemnisations liées aux dépeuplements suivent leur cours, nous sommes toujours dans l’attente des modalités d’indemnisation des pertes de production qui sont très importantes, évidemment dans les zones de protection, niais également hors zone puisque les mouvements d’animaux (poussins, canards prêt à gaver...) sont impossibles depuis les zones réglementées qui concentrent la majorité de la production du Sud-Ouest.

Nous attendons des annonces rapides du Ministère afin que les banques puissent débloquer des avances de trésorerie sans lesquelles les éleveurs sont aujourd’hui en grande difficulté.

Sur le moyen ternie, les filières, qui ont d’ores et déjà fait de gros efforts depuis les crises de 2016 / 2017, poursuivent leurs réflexions pour éviter de nouvelles crises tout en garantissant le maintien de ces filières de qualité qui font contribuent à la fierté et à la renommée de nos territoires.

Des projets structurants pour le territoire

Une dynamique historique :

Une dynamique historique est instaurée au travers de plusieurs initiatives départementales :

- Des filières territorialisés : Haricot Tarbais, Noir de Bigorre, Madiran, Poule Noire AstaracBigorre, Oignon de Trébons, AOP Barèges-Gavarnie, Châtaigne des Pyrénées et les Fromagers Fermiers de Bigorre.

- De la vente directe : Bienvenue à la Ferme : 35 ans d’existence !

- Des outils : Coop des Gaves : un pari lancé, un pari gagné. Après 20 ans d’existence, la structure compte aujourd’hui 300 adhérents et recherche plus de place pour s’agrandir.

- HaPy Saveurs : une démarche d’économie circulaire servant un réseau d’acteurs à animer. Cette marque est aussi une identité territoriale forte à destination des acteurs économiques de la production à la commercialisation mais aussi un lien fort avec le consommateur et la société.

Une période COVID qui catalyse, accélère et révèle les projets :

Forte réponse de tous les producteurs en filière longue et courte où ça a été le boom (drives, livraisons, marchés, ...). Les Emplettes Fermières créées pendant le premier confinement sont toujours en fonctionnement. Des démarches de producteurs également...

Au vu du contexte, d’autres initiatives sont freinées. C’est le cas de la SCIC Mangeons HaPy avec la fermeture des écoles et des restaurants.

Des projets structurants à venir :

Pour demain, une finalité : tendre vers l’autosuffisance alimentaire. Dans un premier temps, une forte relocalisation alimentaire au service du territoire (économique et social) et capable de déborder sur les métropoles régionales.

Dans les Hautes-Pyrénées, le Plan de Relance est fortement mobilisé (plus de 4,5M€ par ces même acteurs). Nous constatons donc une agriculture vivante, en action qui répond en partenariat avec tous les acteurs aux attentes sociétales.

Quelques exemples :

- La reprise de l’abattoir de Tarbes, dynamique d’acteurs du territoire, maintien des emplois et perspectives de travaux et de synergies avec les autres outils départementaux. C’est une action structurante forte et déterminante pour l’élevage pyrénéen.

- Réflexion autour du Marché de Rabastens pour professionnaliser et innover pour la mise sur le marché des viandes maigres.

- Echanges en cours sur la découpe, transformation, haché (50% de la consommation de viande I) et surgélation.

- Diversification et le développement des filières : SICA Poule Noire d’Astarac Bigorre et son couvoir, SAS Lait Fleurs de Bigorre et le Beurre Blanc des Hautes-Pyrénées, AOP Barèges Gavarnie.

Les Projets Alimentaires Territoriaux (PAT) portés par les collectivités territoriales : Communauté d’Agglomération TLP et PETR des Nestes. Les élus prennent la dimension de la réappropriation de l’alimentation, depuis les producteurs aux consommateurs finaux, véritables leviers de politiques territoriales durables et fortes.

-Projet de Concept Store au Foirail pour animer un lieu en ville autour des produits ouvrant sur l’agriculture et développement des Emplettes Fermières "drive fermier piéton".

-Des projets fédérateurs et innovants : réflexion des producteurs bovins viande, diversification en maraichage de plein champ.

La Chambre d’agriculture crée les opportunités et accompagne les collectifs !

Les Hautes-Pyrénées ont des atouts, des Hommes capables de les valoriser pour répondre aux attentes sociétales. La Chambre d’agriculture fédère, met en relation les démarches et les acteurs pour faciliter la transition et proposer des alternatives aux exploitants. Le propre de ces démarches territoriales est de mobiliser tous les acteurs départementaux, publics et privés.

======

Ils ont dit…

Pierre Martin

Michel Dubosc