Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Nationale : Une première à l’arrachée

samedi 6 mars 2021 par Rédaction

Cognac-Tarbes  : 30-32 (MT : 9-22)
Evolution du score : 0-5, 0-12, 3-12, 3-19, 6-19, 6-22, 9-22 // 16-22, 23-22, 23-25, 30-25, 30-32

Arbitrage  : Benjamin Hernandez, assisté de MM. Le Gall et Couvreur

Pour Cognac  : Trois essais Deccuber (55ème), Ramoka (59ème), André (75ème), trois transformations, trois pénalités de Lalarme (11ème, 20ème, 40+5)

Carton jaune  : Lotawa (2ème) placage en l’air

Pour Tarbes : Quatre essais Mamao (3ème), Oltmann (8ème), Saint-Guilhem (13ème), Bessonart (80ème), trois transformations (10ème, 13ème, 80ème), deux pénalités (40+2, 66ème) de Berbizier

Les compos 

Cognac  : 1 Vatubua, 2 Gau, 3 Shararidze, 4 Praud, 5 Hay, 6 Deccuber, 8 Dawatawalu, 7 Pages, 9 Berger (cap.), 11 Lefort, 12 Ramoka, 13 Lotawa, 14 André, 15 Dospital

Remplaçants : 16 Mamou (MT), 17 Prudhon (72ème), 18 Lavatenakoroï (56ème), 19 Bidegain (MT), 20 Billou (16ème), 21 Debladis (77ème), 22 Duhourquet, 23 Hyggonet (66ème)

Tarbes : 1 Perez, 2 Reynaud, 3 Zabala, 4 Hourclé, 5 Taputaï, 6 Noël, 8 Manu, 7 Saint-Guilhem, 9 Lhusero, 10 Pees, 11 Oltmann, 12 Stanaway, 13 Mamao, 14 Dumestre, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Lamothe (60ème), 17 Bessonart (60ème), 18 Vigne (60ème), 19 Mansieux (80ème), 20 Millet (29ème), 21 Rubio (70ème), 22 Juniver (49ème), 23 Vial (60ème)

Les Tarbais, comme contre Dax, ont su faire preuve de caractère pour reprendre le score à cinq minutes du terme et le conserver face aux assauts de Cognac. Les Tarbais ramènent une première victoire à l’arrachée, mais aussi à la Pyrrhus, puisqu’ils ont perdu Pees (cheville, 29ème) et Millet (commotion et fracture de la mâchoire, 49ème). Deux blessures qui ont désorganisé le jeu des tarbais et qui ont permis à Cognac de jouer dans l’avancée. Comme on pouvait s’y attendre Cognac, la tête encore à son exploit albigeois, a eu du mal à entrer dans le match. Face à des adversaires, réduits d’entrée à 14 avec le carton jaune de Lotawa (pour un placage en l’air sur Berbizier), Tarbes allait en profiter pour inscrire deux essais. Le premier, par Mamao, sur une attaque en première main derrière la pénaltouche 0-5 (3ème). Le second par Oltmann (sur un ballon récupéré sur une relance), inscrit après plusieurs enchaînements et renversements de jeu 0-12 (8ème). Lalarme réduisait aussitôt le score pour un écran sur le renvoi 3-12 (11ème). Les Charentais encaissaient un troisième essai de Saint-Guilhem, sur un dégagement contré 3-19 (13ème). Berger sortait sur blessure (clavicule, 18ème) et Lalarme réussissait une pénalité pour hors-jeu 6-19 (20ème). Un essai était refusé à Dumestre pour un en-avant (33ème) et Berbizier manquait une pénalité 20 mètres face aux poteaux. (36ème). Les Tarbais continuaient leur domination et Berbizier ne ratait pas une seconde occasion face aux poteaux (40+2). Une pénalité, avancée de dix mètres, permettait à Lalarme de réduire l’écart 9-22 (40+5). Les Charentais revenaient sur le terrain avec un peu plus de hargne et les Tarbais, sous pression derrière une mêlée à cinq mètres, encaissaient un essai de Deccuber 16-22 (55ème). Après plusieurs enchaînements près de la ligne, Ramoka trouvait une faille entre les poteaux et Cognac prenait pour la première fois le score 23-22 (59ème). Mais aussitôt, sur une pénalité au sol, Berbizier reprenait l’avantage des 40 mètres en biais 23-25 (66ème). Les Tarbais, qui enchaînaient les temps de jeu dans les 22 mètres adverses, se faisaient crucifier sur une interception d’André 30-25 (75ème). Mais, au lieu de baisser les bras, les Tarbais repartaient de plus belle et inscrivaient l’essai de la gagne par Bessonart, qui s’arrachait d’un regroupement près des poteaux 30-32 (70ème). Malgré huit minutes d’arrêt de jeu, Cognac échouait, à dix mètres de la ligne, sur une grosse défense tarbaise qui provoquait un en-avant salvateur.

Jean-Jacques Lasserre