Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Mobilisation place de Verdun à l’occasion de la venue de Jean Castex

samedi 9 janvier 2021 par Rédaction

A l’occasion de la venue dans notre département ce samedi 9 janvier du Premier ministre, du ministre de la Santé et de la ministre de la Cohésion des territoires, un appel à la mobilisation avait été lancé par l’Union départementale CGT et un certain nombre de rencontres avec les conseillers ministériels étaient programmées, notamment avec les représentants des anciens salariés de l’entreprise Toupnot de Lourdes et des représentants des salariés de Tarbes Industry.

Ils étaient une centaine de personnes à avoir répondu à l’appel de la mobilisation ce samedi à 10 h, place Verdun. On notait la présence d’anciens salariés de Toupnot et des salariés de Tarbes Industry.

Pour rappel, en janvier 2019 l’entreprise Toupnot à Lourdes avait été en partie dévastée par un incendie. Les salariés commencent alors à se battre pour une reprise de l’activité, même partielle, mais très vite ils se rendent compte que les dirigeants ne veulent pas reconstruire l’usine. Les salariés multiplient les actions après deux ans de combat. Les salariés sont aujourd’hui licenciés. « Le PSE est entré en vigueur avec un congé de reclassement pour les salariés qui ont voulu y accéder, cela leur permet de retrouver un emploi ou d’effectuer une formation. Une dizaine de salariés sur les 70 ont déjà retrouvé un emploi. Nous travaillons pour la revitalisation du territoire. En juillet dernier, le groupe s’est engagé à laisser la totalité de la somme de l’assurance sur le territoire, aujourd’hui nous pensons que ce n’est plus le cas. Le préfet travaille dans ce sens. Ce que nous aimerions avec la visite de M. Castex c’est que le gouvernement impose à ce groupe de laisser la totalité de la somme au territoire et que ce groupe nous garantisse que le PSE soit honoré jusqu’au bout. Nous avons fait une demande de porte-fort, les obligés par la loi que la somme prévue pour le PSE ne soit pas dilapidée, mais jusqu’à présent la société ne veut pas signer ce porte-fort avec les salariés », a indiqué Philippe Combes, représentant du personnel.

Pour Tarbes Industry, Benjamin Duez représentant du personnel indique : « Aujourd’hui est pour nous un moment important. En décembre, nous avons eu des échanges avec Bercy, nous sommes en phase de repreneur et non de partenaire comme l’avait annoncé M. Supplisson, une bonne chose. Nous avons besoin d’un industriel, nous avons repris le travail, nous livrons le , ce qui est essentiel. Il y a des perspectives et une marque d’intérêt. L ‘entreprise compte à ce jour 21 salariés et 6 intérimaires ».

Ce qui est ressorti après la rencontre avec les conseillers des ministères :

A 12 h 10, Laurent Carrié, ancien secrétaire général aux affaires régionales d’Occitanie, actuel conseiller territoire du Premier Ministre ainsi que Grégory Ferra, responsable de la DIRRECTE 65 ont reçu une délégation syndicale et les délégués syndicaux des sociétés Tarbes Industry et Toupnot.

Dans les deux cas, les délégués syndicaux ont rappelé que l’Etat avait un rôle majeur à jouer dans les semaines qui viennent.

 

 Pour Toupnot, le délégué syndical CGT Philippe Combes a rappelé en cette date anniversaire du sinistre qui frappa l’entreprise le 9 janvier 2019, que le groupe COFIGEO, actionnaire principal de l’entreprise Toupnot, n’avait cessé de bafouer tous les engagements qu’il avait pris devant les pouvoirs publics pour finir par licencier les 72 salariés de l’entreprise. Des salariés qui craignent aujourd’hui que le plan social négocié ne soit pas non plus honoré par un groupe qui avait pourtant bénéficié de l’aide du ministre de l’Economie Bruno Le Maire pour devenir monopolistique sur des pans entiers de son secteur d’activité.

 

Philippe Combes a insisté sur l’intervention de l’Etat qu’il considère être un devoir au regard de l’attitude du groupe COFIGEO depuis deux ans.

 

  Il a remis un courrier à l’attention du Premier Ministre et du Ministre de l’Economie afin qu’ils exigent que le groupe COFIGEO se porte garant du respect des dispositions du plan social et que les indemnisations d’assurance versées en réparation du sinistre, et estimées à plus de 20 millions d’euros, soient affectées dans leur intégralité à la revitalisation industrielle du territoire.

 

Benjamin Duez, délégué syndical CGT de Tarbes Industry, a également remis un courrier à l’attention du Premier ministre. Il a précisé que l’entreprise est d’autant plus viable qu’elle bénéficie de trois années de commandes militaires émanant du groupe Nexter et de la Direction générale de l’Armement.

 

  Pour le représentant syndical, Il faut à présent assurer la diversification industrielle de l’entreprise, qui dispose d’un savoir faire technique et humain indéniables. Il devient désormais impérieux que les services de Bercy et du ministère des Armées mobilisent leurs moyens pour faciliter l’arrivée d’un véritable industriel, le dirigeant actuel (M. Franck Supplisson) ayant une démarche essentiellement financière et n’ayant apporté aucun fonds propre dans l’entreprise lorsqu’il l’a reprise le 10 janvier 2020.

 

 Nicole Lafourcade