Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Affaire TPR contre Lescloupé

mercredi 9 décembre 2020 par Rédaction

Antoine Nunes remonté contre la défense

A la sortie de l’audience Antoine Nunes, qui avait été rudoyé par la défense, était passablement irrité du comportement des avocats de Pascal Lescloupé qui l’avaient empêché de venir témoigner à la barre en tant que partie civile. Un violent esclandre avait même éclaté entre l’avocat du TPR et celui du prévenu. Ses deux avocats ont attaqué la gestion du club, pour dédouaner en partie leur client qui aurait agi pour aider le club qui connaissait des difficultés financières après la perte d’un gros sponsor. « On m’a empêché de témoigner mais ce n’est pas très grave. On ne va pas revenir sur les faits, parce que les faits sont clairs. Il a tout avoué. Après, ses avocats ont fait une plaidoirie pour essayer de noyer le poisson. Ils ont donné une leçon à notre Expert-Comptable, à notre Commissaire aux Comptes, à la DNACG, au club et à moi. Tout le monde est nul, sauf M. Lescloupé qui a été embrigadé dans un truc sans savoir où il allait, sans savoir pourquoi il le faisait. C’est la vierge effarouchée qui a été remis au centre des débats. Tout le monde a compris aujourd’hui ce qui s’était passé. » Mais le gâchis est immense. « On est venu ici en janvier 2017 et nous sommes fin 2020, quatre ans après. Il aura fallu attendre quatre ans pour que Lescloupé revienne à Tarbes. C’est catastrophique, le club est en Fédérale. »

Lescloupé a tout reconnu, il est responsable à 100%

Même la reconnaissance des faits qui blanchissent le club ne calme pas l’irritation de l’ancien Président qui a été accusé de tous les maux, alors qu’il a mis des millions d’euros dans ce club. Il récuse fortement les attaques de la défense sur sa supposée négligence. « Comment voulez-vous qu’ils plaident ? Lescloupé a tout reconnu. L’assesseur a posé des questions et il a dit oui à tout. L’Affaire était conclue, bouclée. Il est responsable à 100% de ce qu’il a fait. Ses conseils ne peuvent pas discuter des faits, alors ils critiquent le club. Oui, c’est compliqué, quand on est en Pro D2 de monter un budget. Mais ça, on le savait. Et c’est compliqué en Fédérale, c’est compliqué en Honneur. C’est compliqué dans tous les clubs. Mais le club a toujours survécu. Tous les ans, il a réalisé ses budgets et tous les ans, il a payé tout le monde, même depuis que je suis parti. Le reste, ce n’est que du flan. » Antoine Nunes avait une totale confiance en Pascal Lescloupé. « Quand il nous porte les contrats de Général Electric en janvier 2015, on les met, un mois après, en Daily. Ça veut dire qu’on remet la facture à notre banquier pour qu’il l’endosse et qu’il récupère les fonds auprès de GE. Si vous faites ça, c’est que vous êtes sûr de votre coup. C’est vrai qu’on l’a vu beau. On voulait même lui filer le club. On a cru à Lescloupé, comme on a cru en la MATMUT. » Il récuse les déclarations des avocats de Pascal Lescloupé. « C’est une plaisanterie quand on me dit, à moi, qu’on ne voit jamais un mec mettre 300 000 € dans un club. Quand je vois les millions d’euros que j’ai mis pour soutenir ce club, pour qu’on puisse profiter sur notre Ville et notre Département d’un club phare. » On sent l’homme très amer d’avoir vu les avocats de la défense s’en prendre à lui pour défendre l’indéfendable. Ils ont reproché à Antoine Nunes de ne pas avoir demandé à rencontrer les dirigeants de GE, alors que l’enquête a démontré le contraire. « Ce n’est pas grave, on tourne la page et on passe à autre chose… Aujourd’hui, il faut que le club reparte de l’avant et oublie l’Affaire Lescloupé… »

Lionel Terré : Le Club est une victime collatérale

Le successeur d’Antoine Nunes était satisfait que Pascal Lescloupé ait enfin reconnu les faits et avoué qu’il était le seul responsable de l’émission des faux contrats qui ont conduit à la relégation du TPR. Ses dénégations et ses allégations mensongères, relayées par la presse, présumaient d’une éventuelle complicité du club. « C’est important pour les Tarbais de savoir que les gens qui étaient aux responsabilités étaient honnêtes et que le club est une victime collatérale. Maintenant cette Affaire est terminée. » 

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre