Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Nouvelles du TPR

vendredi 3 avril 2020 par Rédaction

Un cas de coronavirus au TPR

Depuis une quinzaine de jours Yannick Vignette a été diagnostiqué positif au coronavirus dont il présentait tous les symptômes, toux, fièvre, perte du goût et de l’odorat. L’entraîneur qui est confiné en famille dans sa maison prend son mal en patience mais à présent l’ancien demi-de-mêlée va mieux. A priori aucun joueur n’a contracté le virus mais ils restent confinés chez eux comme la majorité des gens et subissent les événements. Certains, comme Marvin Woki (Paris), Leandro Perez (Chambéry), ont rejoint leurs familles qui habitent dans des maisons. D’autres, comme William Pees, Albain Méron, Fabien Vial, Alexandre Duny ou Ulrich Prétorius, sont restés à Tarbes. Romain Dumestre lui, vit au milieu des bois et tronçonne des arbres pour s’entretenir. Tous continuent à se maintenir en forme, que ce soit, dans leurs jardins, ou à l’extérieur, en faisant des footings et des exercices de musculation.

Joueurs libérés juridiquement, mais potentiellement conservés

A l’exception d’Ulrich Prétorius et de Leandro Perez, qui avaient signé pour deux ans, tous les autres joueurs, qui étaient sous « contrat un+un », ont reçu par Lettre-Recommandée une notification qui mettait fin à leur contrat au 30 juin. Un contrat, d’un an plus une saison renouvelable, qui pouvait être dénoncé unilatéralement avant le 31 mars, par le joueur ou par le club. Le TPR, dans cette période d’incertitude a donc libéré l’ensemble des joueurs en contrat 1+1, pour qu’ils puissent éventuellement chercher un autre club. Lionel Terré nous a assuré vouloir conserver la majorité des joueurs de cette année pour la saison prochaine, si la situation économique le permettait. L’ensemble des joueurs que nous avons contactés souhaitent rester à Tarbes, même Alexandre Duny, s’il n’a pas de proposition d’un club de Pro D2. A quelques exceptions près, Tarbes devrait conserver une base solide la saison prochaine.

Incertitude économique sur le rugby professionnel

Lionel Terré et les employés de ses entreprises sont en confinement et beaucoup d’autres entreprises partenaires du TPR, sont dans cette situation. D’où l’incertitude qui règne sur l’avenir du sport professionnel à Tarbes et ailleurs. « Si ça dure un mois de plus, il risque d’y avoir de la casse », analyse le Président du Stado-TPR. « Si la situation des entreprises est catastrophique, personne n’investira dans le rugby. » Pour cette saison, la FFR a annoncé qu’elle serait indulgente pour les clubs qui n’auront pas pu honorer en totalité leurs budgets prévisionnels en raison de la crise liée au Coronavirus. Mais pour la saison prochaine, tous les clubs vont devoir revoir à la baisse leurs budgets et toutes les Collectivités vont diminuer leurs subventions. La problématique vaut pour Tarbes et son environnement économique qui n’était déjà pas trop brillant et qui investissait peu dans le rugby. D’où la question posée par Lionel Terré sur l’avenir du rugby à Tarbes qui doit passer par un professionnalisme maîtrisé et limité. La réunion, qui devait se tenir avec l’ensemble des partenaires du TPR le 13 mars, avait été repoussée au 28 mars après le second tour des Municipales puisque la Ville de Tarbes est le plus gros partenaire du club. Le Coronavirus et le confinement ont tout chamboulé mais Lionel Terré n’a pas changé d’avis et une autre réunion sera initiée lorsque les circonstances le permettront et que les élections auront eu lieu. Si les partenaires privés et institutionnels s’engagent sur les mêmes bases que cette année le rugby professionnel pourra continuer à Tarbes même avec un budget en légère diminution. « Tout dépendra de ce que peuvent faire les partenaires. » Dans le cas contraire, Lionel Terré démissionnerait car son projet était de ramener le club en Pro D2 et pas de présider un club au statut amateur qui végèterait en Fédérale au risque de péricliter comme Lourdes. Le Président est même prêt à démissionner si sa présence empêchait des investisseurs de s’engager davantage ou de rejoindre le club. « Je cèderai ma place avec plaisir si quelqu’un se présente avec un meilleur projet. »

Jean-Jacques Lasserre