Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Retour sur Tarbes-Fleurance

lundi 7 octobre 2019 par Rédaction

Un arbitrage pas vraiment maison

Fleurance, comme il l’avait promis, n’a pas fait l’impasse pour préparer son prochain match à domicile contre Bagnères. Le staff a présenté ses meilleurs joueurs du moment avec vingt des vainqueurs de Lannemezan, renforcés par le retour de blessure de leur centre titulaire (18 fois la saison dernière). Seuls étaient absents le troisième ligne Krieger et l’ailier Parat (3 feuilles de matchs, 2 titularisation, chacun) et l’ailier Bini (1 titularisation, 1 remplacement). C’est dire la qualité de cette équipe fleurantine qui était venue à Tarbes dans l’espoir de faire un coup. D’où peut-être la grosse colère de Mickaël Carré sur un arbitrage qui a été loin de lui être défavorable avec trois cartons contre un et quatre essais refusés, dont un de valable et un de pénalité, aux Tarbais. Un arbitrage maison aurait accordé les quatre essais ! Sur les mêlées, il y a à boire et à manger et les premières lignes s’accusent mutuellement de vice et de tricheries…

Les réactions du côté de Fleurance

Damien Camacho : On n’a pas grand-chose à se reprocher

L’expérimenté capitaine (34 ans), regrettait un début de la rencontre compliqué. « On fait une mauvaise entame, on n’était pas descendu du bus, et on prend deux essais coup sur coup. Après, on a réussi à mettre la main sur le ballon et on recolle avant la mi-temps. Après, on n’a pas forcément été aidé par les arbitres mais on a tenu tête. » Le troisième ligne estime : « Peut-être que Tarbes ne nous a pas assez respecté. A un moment donné, ils ont préféré aller en touche au lieu de prendre les points et ils ont laissé 12 points sur le carreau. » Damien Camacho trouve le score lourd  : « On a tenu jusqu’à la 65ème avec l’espoir de revenir. Le score est assez conséquent mais dans la manière et dans l’état d’esprit, on n’a grand chose à se reprocher et je suis fier de mes hommes. » Pour avoir joué contre les deux équipes, il estime : « Blagnac a quasiment la même équipe que l’an dernier. C’est rodé, c’est huilé et Blagnac est certainement au dessus. » Mais il rend hommage aux Tarbais  : « On a affronté une très belle équipe de Tarbes. On voulait savoir si on pouvait rivaliser et on a rivalisé dans certains secteurs. A ce niveau là, ça se joue à rien. Un placage manqué et on prend un essai… »

Mickaël Carré : On a été arbitré comme une équipe de Fédérale 2

L’entraîneur râle après l’arbitre dans le couloir des vestiaires. « Je suis agacé, je suis très agacé… On a été arbitré comme une équipe de Fédérale 2, contre une équipe professionnelle. » Mickaël Carré refuse d’en donner les raisons. « Je n’ai pas envie d’en parler… » Puis il ajoute : « On n’est pas descendu du bus pendant dix minutes et après, on a vu Fleurance… » Il refuse d’en dire plus et lance en rentrant dans les vestiaires : « On a été arbitré comme une équipe de Fédérale 2 contre une équipe de Pro D2. Je n’ai que ça à dire. »

 

Nicolas Delfour : On n’est pas descendu du bus

Le Manageur est beaucoup plus diplomate que son entraîneur sur l’arbitrage. « Je n’aime pas parler des arbitres parce qu’il en faut. Il a peut-être commis des erreurs, peut-être contre nous et peut-être contre eux… Peut-être que la semaine prochaine, ce sera autre chose. Après, on n’est pas descendu du bus pendant dix minutes et il y a eu 14-0. Par contre, je suis content de mes troupes parce qu’ils ont su relever la tête. A la 65ème, je pense qu’on a fait trembler Tarbes qui va finir dans les trois premiers et qui est une grosse écurie de la Poule. Pour le moral c’est bien, après on a été arbitré comme des petits. » Nicolas Dupoy a trouvé son équipe en progrès malgré la lourdeur du score. « Je pense qu’on a progressé défensivement depuis le match de Blagnac. Par contre, Tarbes est vraiment en place défensivement. Ils n’avaient pris qu’un essai et on leur en a marqué un. On progresse et il faut que la semaine prochaine, on fasse un gros match, avec une belle victoire à la maison. »

Les réactions du côté de Tarbes

Lionel Terré : C’était une bonne préparation pour Lannemezan

Le Président, comme toujours, est dans les vestiaires et il est satisfait du bilan comptable. « Je veux féliciter le staff et les joueurs pour ce premier bloc de quatre matchs où il y a trois victoires avec le bonus offensif et une défaite encourageante à Blagnac, face à une équipe rodée. » Par contre l’ex demi-de-mêlée n’est pas satisfait du comportement de l’équipe et du contenu du match. « Peut-être que les joueurs pensaient davantage au derby contre Lannemezan le week-end prochain. Ils ne connaissaient pas les Gersois et Fleurance, c’est aussi un derby du Comité Armagnac-Bigorre, contre des joueurs valeureux, qui savent jouer au rugby et qui ne lâchent jamais le morceau. C’était une bonne préparation pour Lannemezan. »

Yannick Vignette : Vingt minutes de qualité, avec beaucoup d’intentions

Le Manager regrette le relâchement de son équipe après un début prometteur. « On a très bien démarré le match. On a fait vingt minutes de qualité, avec vraiment du rythme et beaucoup d’intentions. Après, on est malheureusement tombé dans un faux rythme. On s’est mis à jouer par intermittences et ça ne nous a pas permis de nous imposer plus largement. L’essentiel, c’est qu’on ait réussi à prendre le bonus offensif. » L’autre satisfaction de la soirée vient de la conquête en général et de la défense. « On a été bon en conquête, on a marqué sur des ballons portés. La défense est toujours costaud, on ne prend qu’un essai et on en marque cinq. C’est quand même significatif. Il y a des choses qui sont bonnes mais je regrette qu’on n’ait pas mis davantage de rythme et de volume de jeu. »

Nolan Noyé : On prend le large puis on tombe dans un faux rythme

Le jeune ouvreur jouait pour la première fois comme titulaire à Trélut et cette fois sans la possibilité d’être remplacé par Pees en cours de rencontre comme à Blagnac. Une responsabilité qui a dû peser sur ses jeunes épaules et qui l’a fait jouer un peu moins libéré peut-être. Mais Nolan a réussi une bonne prestation, avec un 4/5 au tir, malgré la pression face à une équipe difficile à jouer. « On fait une très bonne entame. On prend le large au score et ensuite, on tombe dans un faux rythme. Après, c’est compliqué. On fait une grosse entame de deuxième mi-temps et après pareil, on retombe dans un faux rythme. » Malgré les absences combinées de ses deux chiens de garde, Camy et Pees qui mettent une forte pression défensive sur les adversaires, les Gersois, qui avaient marqué neuf essais dont quatre à Blagnac, n’ont marqué qu’une seule fois. « Une fois de plus, on s’est montré très fort en défense. On ne prend qu’un essai contre une équipe très joueuse. Il faut qu’on continue dans ce sens. »

Albain Méron : Il faut qu’on arrive à rester concentré

Le capitaine tarbais est satisfait du résultat mais pas du contenu. « L’objectif est atteint contre une équipe joueuse qui n’a pas baissé les bras. Après, dans le contenu, il y a beaucoup de choses à revoir. Il faut qu’on bosse sur nous-mêmes, sur nos attitudes et sur l’intensité qu’on y met, selon les périodes du match. Il faut qu’on arrive à rester concentré de la première à la dernière minute, ce qui n’a pas été le cas. » Des Tarbais qui se sont relâchés après trois essais marqués en vingt minutes et 21-0 au tableau d’affichage. « On s’est peut être vu trop beau et Fleurance a su nous faire douter. » D’autant que les Tarbais ont joué de la 24ème à la 45ème minute à quatorze pendant vingt minutes consécutives suite aux cartons de Prétorius et de Paulet. 

Christian Etchebarne : On fait une bonne entame puis on se relâche

L’entraîneur des trois-quarts partage l’analyse de son capitaine. « On a fait une bonne entame de match où on marque deux essais rapidement (2ème, 7ème) puis on se relâche. Fleurance en a profité pour se remettre dans le match et il faut qu’on soit plus sérieux à ce niveau là. Il faut qu’on montre plus de caractère pour ne plus reproduire ce relâchement lors des prochains matchs. » Un relâchement qui se traduit par un manque d’attention et des erreurs. « Sur l’entame de match, les ballons ne tombaient pas. Et quand on se relâche, automatiquement, on est moyen défensivement. Et offensivement, on lâche des ballons, c’est lié à la concentration. »

Ulrich Prétorius : On n’est pas resté dans les systèmes


Blessé durant les matchs de préparation le talonneur jouait son premier match comme titulaire. Joueur de caractère et de combat, Ulrich Prétorius apprécie le renouveau de la mêlée, un peu bousculée lors du dernier match. « Il y avait des petites choses à régler et cette semaine on a travaillé sur ça. On n’est pas encore à 100% mais je pense que dans quelques matchs, on va trouver notre rythme et on va avoir une grosse mêlée. La mêlée, c’est dans la tête avant tout. » Pour le Sud-Africain tout commence lors de la préparation des matchs. « Aux entraînements il faut se donner à 100%, parce qu’après, c’est plus facile pendant le match. Ça vient naturellement. » Pour lui aussi le relâchement en cours de match est une faute à gommer au plus vite. « La concentration, c’est l’efficacité. On ne tombe pas les ballons. » Trop sûrs d’eux, les Tarbais ont oublié le collectif. « Ce sont plein de petites choses. On n’est pas resté dans les systèmes. On n’a pas respecté les systèmes mais malgré ça, on a gagné et on a pris les cinq points. C’était l’objectif mais on n’est pas content de notre match. On doit jouer 80 minutes comme on a joué pendant 20 minutes. On a une équipe qui a beaucoup de potentiel, on l’a montré pendant les 20 premières minutes. » Ulrich Prétorius estime que Fleurance a profité du relâchement pour se montrer dangereux. « C’est nous, leur donnons des occasions. Ils ont joué sur nos fautes, on leur a donné, les opportunités pour jouer. On n’a pas été efficace sur la défense. On n’a pas été agressif, collectivement, dans nos attitudes en défense. Mais on a une équipe qui a du caractère, qui est forte dans la tête et on doit arriver à rester concentré