Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Municipales : rien de nouveau dans la Macronie haut-pyrénéenne

jeudi 12 septembre 2019 par Rédaction

Ce jeudi matin, durant une cinquantaine de minutes, Michel Hourie, référent de la République en Marche pour les Hautes-Pyrénées, a tenu un point-presse pour évoquer principalement les municipales 2020 dans les deux villes de plus de 9000 habitants, à savoir Tarbes et Lourdes. Pour la circonstance, il était accompagné de Serge Duclos, maire d’Orincles, référent des élus LREM du département, Marie Riols, Eric Vezin et Henri Ott. On attendait quelques infos intéressantes. Déception à l’arrivée, tout ce qui a été annoncé était connu. A savoir que deux candidates LREM s’étaient fait connaître auprès de Michel Hourie : Stéphanie Lacoste, actuelle maire de Beaucens, qui désire briguer aujourd’hui la mairie de Lourdes, cité où elle réside désormais depuis quelques mois et une autre Stéphanie, Abbadie celle-là, qui n’est autre que la suppléante de Jean-Bernard Sempastous, député LREM de la première circonscription des Hautes-Pyrénées. Aucune autre lettre de candidature n’est parvenue au référent. Ni de Bruno Vinualès, ancien adjoint au maire de Lourdes, qui aurait, dixit Michel Hourie, sa carte d’adhérent de la République En Marche et qui a le soutien du député J-B Sempastous et des 4 conseillers départementaux du groupe LREM. Pas plus que de Pierre Lagonelle, lui aussi adhérent à LREM (ou au Modem ?), à Tarbes. Michel Hourie n’exclut pas que ces candidats se soient déclarés directement auprès du siège parisien, et c’est la commission nationale d’investiture qui sera la seule à accorder l’investiture macronienne. « A noter qu’à titre individuel, des marcheurs pourront rejoindre Gérard Trémège » a consenti Michel Hourie.

« On a une exigence de renouvellement », a déclaré le référent. Pour les investitures, on sera sans doute fixé vers la fin du mois.

Questions…Réponses (audios)

01 - La légitimité du référent 65 est contestée par des marcheurs qui aimeraient que les statuts de la LREM pour la désignation du référent par la voie de l’élection soit privilégiée. Qu’avez-vous à leur répondre ?

02 - Si Stéphanie Lacoste est investie par LREM, est-ce que Bruno Vinualès sera exclu ? Y a-t-il des discussions avec Pierre Lagonelle ?

03 - Pour les élections municipales, les étiquettes politiques ne sont pas prioritaires. Ce qui est recherché ce sont les compétences et l’expérience. Est-ce votre avis ?

04 - Sur Tarbes, si l’on s’oriente vers des listes de rassemblement, vers qui vont vos préférences ?

===

• La République En Marche ne fonctionne pas avec des cotisations. Il suffit d’adhérer, sans mettre la main à la poche.

• Au Campus de Bordeaux, il a été annoncé que LREM revendiquait 416 000 adhérents dont 196 000 inscrits dans des comités. 3 184 comités locaux sont répartis dans le monde. « Dans les Hautes-Pyrénées, la République En Marche a 973 adhérents », précise Serge Duclos, maire d’Orincles et référent En Marche pour les élus haut-pyrénéens. Il fait partie de la République Ensemble, présidée par Stéphane Travers, ancien député socialiste et ancien ministre de l’Agriculture sous la présidence Macron. « L’objectif est d’aider les élus ruraux, de dialoguer et travailler avec eux », rajoute l’élu bigourdan.

• “La République En Marche ne fera pas la guerre à des maires qui ont fait leur boulot” dixit Michel Hourie

G.M.