Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Opérations de contrôles routiers coordonnés sur différents points du département orama

lundi 3 juin 2019 par Rédaction

Diaporama- Opération de contrôles routiers Villa Corina à Bordères sur l’échez

Aujourd’hui, lundi 3 juin 2019, la préfecture des Hautes-Pyrénées a organisé, en liaison avec les forces de sécurité, une opération de contrôles routiers coordonnés sur différents points du département.

C’est tout d’abord Brice Blondel, préfet des Hautes-Pyrénées, qui a participé à 10h00 à l’opération de contrôle de vitesse qui a eu lieu au rond-point Corina à Bordères sur l’Echez. Au même moment, Sophie Pauzat, directrice des services du cabinet, assistait à un contrôle de vitesse à Horgues (RD935). Constance DYEVRE, sous-préfète de Bagnères-de-Bigorre participait quant à elle à 10h00 à un contrôle de flux, au carrefour rue du Général de Gaulle (RD938) / rue Pierre Latecoère (RD8) à Bagnères-de-Bigorre.

Cet après-midi, Sonia Penela, sous-préfète d’Argelès-Gazost, était présente à 14h30 au rond point de l’Europe à Lourdes (avenue Alexandre Marqui) pour un contrôle alcoolémie.

En fin d’après-midi, Samuel BOUJU, secrétaire général de la préfecture était présent à 18h30 au rond point route de Tarbes (RD935)/rue d’Oursbelille (RD93) à Bazet pour un contrôle alcoolémie et dépistage de stupéfiants.

Le préfet a rappelé devant la presse le sens de ces contrôles :

Le préfet Brice Blondel a rappelé que 2018 avait été une bonne année en terme de sécurité routière avec des chiffres en baisse (- 40% d’accidents, - 45% de décès). « En 2019, les accidents et les victimes repartent à la hausse. Avant le week-end de l’ascension, on était déjà à 41 accidents et une cinquantaine de blessés, 5 morts. Face à cela, qu’est-ce qu’on peut faire ? Deux choses : la première c’est multiplier les contrôles pour le volet répressif, faire en sorte qu’il n’y ait pas d’impunité. Aujourd’hui, il y a déjà un poids lourd en excès de vitesse avec un permis probablement invalide qui a été arrêté, à l’instant un véhicule contrôlé avec un défaut de papiers et un dépistage positif à l’alcoolémie. On voit bien que les comportements ont besoin d’être réprimés si l’on veut des résultats en matière de sécurité routière. C’est le sens de ces contrôles. On a demandé à l’ensemble du corps préfectoral de s’impliquer personnellement aux côtés de forces de l’ordre pour mener ces contrôles de sécurité routière. Le côté répressif ne suffit pas. La clé, c’est nous qui la détenons. Nous, c’est la prévention, c’est la modification des comportements. Les causes ce sont toujours les mêmes : alcoolémie et vitesse. Pour la seule journée de vendredi, il y a eu 12 retraits de permis pour des faits d’alcool et de grande vitesse avec des excès de vitesse qui vont jusqu’à 180 km/h sur des tronçons limités à 110 km/h. Alcool-vitesse-stupéfiants-inattention-téléphone et irrespect du code de la route. C’est cela qu’il faut réussir à modifier. C’est le sens du plan départemental d’actions pour la sécurité routière qu’on a signé ensemble le 11 mars dernier avec les forces de l’ordre et les élus, le département et qui a pour objectifs de mener des actions tous azimuts pour faire de la prévention. Une première de ces actions aura lieu le dimanche 16 juin à partir de 16h30, à Laloubère. L’escadron départemental de sécurité routière va organiser des exercices de conduite, des ateliers de sensibilisation aux risques particuliers qu’encourent les 2 roues qui sont des victimes fréquentes et fragiles, des conducteurs vulnérables victimes d’un grand nombre d’accidents routiers. La prévention se fait à tous niveaux : à l’école, sur le terrain, au quotidien. C’est à cela qu’il faut arriver à consacrer des moyens suffisants pour faire en sorte que les comportements changent durablement et que la hausse de la délinquance routière et de l’accidentologie constatée en ce début d’année qu’on arrive à l’enrayer ».

S’agissant des 80 km/h, un amendement concernant la loi mobilité a été proposé et adopté par les sénateurs qui vise la modulation de cette vitesse en lien avec le président du département. « Cette loi n’est pas encore définitive, a précisé le préfet. Elle est examinée à partir d’aujourd’hui à l’assemblée nationale. On verra ce qu’il advient de cette disposition. Pour l’instant, la vitesse est abaissée à 80/km/h. Cette mesure a prouvé ses effets ».

Bilan départemental de l’accidentalité sur l’année 2018 et Plan action départemental de sécurité routière (PDASR)


titre documents joints

3 juin 2019
info document : PDF
2.8 Mo