Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Tarbes-Albi, Samedi 17 février à 19h00 à Trélut

vendredi 16 février 2018 par Rédaction

Premier choc des matchs Retour

C’est le premier gros choc à Trélut de la phase Retour, face à un ancien meilleur ennemi de Pro D2 et pour certains, c’est même un derby midi-pyrénéen. Les rencontres entre les deux équipes ont toujours été plutôt musclées et les scores souvent serrés (voir ci-contre). Même si les deux équipes sont assurées de jouer les qualifications et ont les mêmes ambitions de remontée, elles n’évoluent pas au même niveau. Albi, qui compte deux matchs de moins qu’Aix, (dont un à rejouer à Aubenas), vise au minimum la seconde place et cela passe par une victoire en Bigorre. Pour Tarbes, l’objectif est de gagner pour se replacer au classement en revenant à hauteur de Rouen, qui est exempté ce week-end. Si Aix, malgré son revers à Chambéry, semble bien parti pour rejoindre directement la Pro D2, Bourg-en-Bresse et Albi, luttent pour jouer les phases finales Retour à domicile, en terminant à la deuxième ou à la troisième place. Ce qui fait des Tarnais des adversaires potentiels en demi-finales au même titre que les Bressans. Si les Tarbais ont échoué de peu à Bourg-en-Bresse, ils ont suscité le respect de leurs adversaires qui les craindront lors de leurs prochaines retrouvailles. Une victoire tarbaise aurait le même impact contre des Albigeois sûrs de leurs forces. Par rapport au match Aller, Tarbes a récupéré Taulava, Bréthous, Vinusa, outre Havea et Bernad qui ont été blessés contre Bourg-en-Bresse et qui seront absents.

Tarbais frustrés et revanchards

Les Tarbais étaient revenus d’Albi frustrés malgré une courte défaite due à un essai litigieux d’Albi après une obstruction volontaire dont les Tarnais sont coutumiers. Une grossière erreur d’arbitrage, confirmée à la vidéo et par le superviseur de la rencontre M. Hadj Bachir. L’essai albigeois était entaché d’une grosse obstruction au départ de l’action, non signalée par le trio arbitral. La faute située aux 40 m albigeois aurait permis à Claverie d’égaliser 6-6 alors que le score est passé à 13-3 sur cette faute d’arbitrage ! Soit un différentiel de dix points alors que le TPR ne perd que de six points. De plus, les Tarbais se souviendront des sifflets à leur encontre tout au long de la rencontre de la part d’un public plus que chauvin. Battre Albi de plus de six points pour prendre le goal-average particulier serait une bonne réponse à l’accueil des Tarnais.

Le groupe tarbais

Finalement les Tarbais ne devraient être privés que d’Havea et peut-être de Bernad, qui prendra sa décision à la fin de l’entraînement de ce vendredi. Percival, Taulava et Domec, incertains en début de semaine sont rétablis et devraient être sur la feuille de match. Devant une place sur le banc devrait se jouer entre Domolaïlaï et Paris, suivant le temps qu’il fera samedi et des options tactiques retenues pour affronter un pack albigeois dense. Domec, qui a fait un très bon match à Bourg, pourrait glisser à l’arrière pour privilégier le retour à l’aile d’Esteves et apporter un surcroit de puissance à la ligne de trois quarts.

Les vingt-sept

Dadunasvhili, Kazalikashvili, Koberidze, Basile, Manso-Moyano, Loncan, Percival, Lacroix, Domolaïlaï, Armary, Bonnecarrère, Bernad, Gal, Paris, Taulava, Vergallo, Bats, Claverie, Esteves, Rubio, Domec, Bréthous, Vinusa, Latisnères-Palacin, Ducau, Pees, Paulet.

Albi joue le haut de tableau

Albi, malgré deux matchs de moins, occupe la quatrième place au classement avec 34 points (7 victoires, 1 nul, 4 défaites, 4 bonus, dont 3 offensifs). Ils sont précédés par Aix 49 points, Bourg-en-Bresse 39 points, Chambéry 35 points et devancent Rouen 31 points, Romans 30 points, Strasbourg 29 points, Tarbes 25 points, Bourgoin 23 points, Aubenas 21 points et Limoges 19 points. Les Albigeois, ont connu un début de saison compliqué, par rapport à leurs statuts, avec une défaite d’entrée à Chambéry (18-6) puis à domicile contre Bourg-en-Bresse (32-35) malgré une victoire bonifié contre Limoges (34-6) entre les deux. Albi s’est rassuré contre Tarbes (16-12) puis à Aubenas (9-20) mais cette rencontre est à rejouer le 1er avril, après une réclamation des Ardéchois. Le SCA s’inclinait une seconde fois à domicile contre Aix (28-36) avant de décrocher un match nul (19-19) à Romans et d’aligner cinq victoires consécutives, contre Strasbourg (18-8), dont deux bonifiées contre Bourgoin (47-7) et Chambéry (34-17) et deux à Rouen (23-26) et à Limoges (13-16). Invaincus depuis le 29 octobre, les Albigeois ont cédé le 28 janvier à Bourg-en-Bresse (20-12) et étaient exemptés lors du dernier week-end.

Tarbes sans Havea, Bernad incertain

C’est donc une équipe fraîche et bien préparée qui viendra à Trélut pour reprendre sa course en avant face à des Tarbais marqués par un rude combat et qui auront joué le dimanche ! Qui l’emportera, la fraîcheur ou le rythme ? Des Tarbais qui ont su faire preuve de solidarité à Bourg-en-Bresse en résistant, sans prendre de points, à 14 en début de match puis à 13 en fin de rencontre, suite à un carton et à une sortie sur blessure, alors que tous les changements avaient été effectués. Des Tarbais malheureusement handicapés par la blessure d’Havéa, qui venait tout juste de reprendre après un an d’absence ! Un coup dur, face à un des plus gros pack de la poule où la puissance du Tongien va manquer. Par chance, ce n’est pas au genou mais à l’épaule (acromio), ce qui va éloigner Paula Havéa des terrains pendant trois semaines, un mois, pour un retour certainement contre Aix. Autre coup dur pour le Stado, la sortie de Bernad touché aux côtes mais sans fracture. L’accalmie n’aura durée que quinze jours et l’infirmerie se remplie de nouveau.

Le groupe tarbais

Les Tarbais devraient être privés d’Havea et peut-être de Bernad, qui prendra sa décision à la fin de l’entraînement de ce vendredi. Percival, Taulava et Domec, incertains en début de semaine, sont rétablis et devraient être sur la feuille de match. Devant, une place sur le banc devrait se jouer entre Domolaïlaï et Paris, suivant le temps qu’il fera samedi et des options tactiques retenues pour affronter un pack albigeois dense. Domec, qui a fait un très bon match à Bourg, pourrait glisser à l’arrière, pour privilégier le retour à l’aile d’Esteves et apporter un surcroit de puissance à la ligne de trois quarts.

Les vingt-sept

Dadunasvhili, Kazalikashvili, Koberidze, Basile, Manso-Moyano, Loncan, Percival, Lacroix, Domolaïlaï, Armary, Bonnecarrère, Bernad, Gal, Paris, Taulava, Vergallo, Bats, Claverie, Esteves, Rubio, Domec, Bréthous, Vinusa, Latisnères-Palacin, Pees, Ducau, Paulet.

 

Un parfum d’antan

Albi-Tarbes, sans être un véritable derby, comme Pau ou Auch, a toujours été particulièrement tendu sur le terrain et plus ou moins serré au score, notamment ces dernières années en Pro D2*. Les Tarbais ont fait partie du début de l’aventure professionnelle en 2000 pour en être exclus en 2015 pour des raisons financières. Les Albigeois, qui évoluaient en Fédérale à l’époque, ne sont montés qu’en 2003. Mais alors que le TPR se contentait d’une finale perdue la même année contre Montpellier, Albi est monté en Top 14 en 2007. Rétrogradé financièrement en Pro D2, Albi, entraîné par Eric Béchu depuis la Fédérale, a mis un point d’honneur à remonter en suivant. Malheureusement, Albi termine à la dernière place et retrouve la Pro D2 en 2010. Albi, sous la houlette d’Henry Broncan, échoue en 2011 à la porte du Top 14, battu en Finale par l’UBB. Après des demi-finales en 2014, avec Hugo Mola, le SCA est relégué sportivement en Fédérale 1 en 2017, après une crise qui a mené au limogeage, en cours de saison, des entraîneurs ’’gerso-bigourdans’’ Serge Milhas et Philippe Bérot et à la démission du Président Jean-Jacques Castanet en fin de saison. Albi a tourné la page, avec un nouveau Président Alain Roumegoux, un nouveau manager Arnaud Mela et deux nouveaux entraîneurs Jérémy Wanin et Kévin Boulogne. Arnaud Mela a amené dans ses valises une demi-douzaine de joueurs brivistes (Toetu, Cormenier, L.Tafili, Jean-Jacques, Whetton).

*Confrontations en Pro D2

Tarbes-Albi : 12-16 (décembre 2015)

Tarbes-Albi : 28-23 (Avril 2015)

Tarbes-Albi : 42-9 (Septembre 2013)

Tarbes-Albi : 31-22 (Mars 2013)

Tarbes-Albi : 22-19 (Janvier 2012)

Tarbes-Albi : 24-30 (Septembre 2010)

Tarbes-Albi : 20-11 (Avril 2009)

Tarbes-Albi : 27-22 (Avril 2006)

Tarbes-Albi : 16-13 (Février 2005)

Tarbes-Albi : 22-9 (Avril 2004)

 

Albi-Tarbes : 37-36 (Février 2016)

Albi-Tarbes : 19-16 (Décembre 2014)

Albi-Tarbes : 14-26 (Février 2014)

Albi-Tarbes : 28-22 (Octobre 2012)

Albi-Tarbes : 35-29 (Mai 2012)

Albi-Tarbes : 45-18 (Janvier 2011)

Albi-Tarbes : 18-12 (Novembre 2008)

Albi-Tarbes : 24-12 (Décembre 2005)

Albi-Tarbes : 34-3 (Septembre 2004)

Albi-Tarbes : 30-15 (Novembre 2003)

Les anciens Tarbais

Plusieurs anciens Tarbais, Casals, Sevestre, Toetu, Boukerou, font partie de l’effectif tarnais et les retrouvailles à Trélut promettent d’être chaudes au vu du caractère bouillant de certains. Peu de joueurs ont connu les joutes d’antan, puisque seuls Dedieu, André et Barthélémy, du côté d’Albi et Vergallo, Vunisa, Rubio et Latisnères-Palacin, côté bigourdan, faisaient partie du groupe qui a participé aux deux dernières rencontres de Pro D2, il y a trois ans. A l’époque Albi s’était imposé à Trélut (12-16) avec un essai sur un contre de Lagarde sur un dégagement de Tranier à cinq minutes de la fin et transformé du bord de touche. L’ouvreur avait réussi le grand chelem avec un essai, une transformation, deux pénalités et un drop. Au match Retour Tarbes s’était incliné de justesse (37-36).

Remontée immédiate

Malgré des difficultés financières récurrentes depuis plusieurs saisons, le SCA compte remonter immédiatement en Pro D2 avec un projet ambitieux soutenu par les collectivités et les partenaires locaux. Les Albigeois, qui comptent deux matchs de retard et quinze points de retard contre Aix, visent toujours la première place synonyme de montée directe. Une ambition qui passe obligatoirement par une victoire en Bigorre. Malgré les deux dernières sorties de Tarbes, rassurantes sur l’envie et l’abnégation, Albi viendra en pleine confiance avec un seul échec en sept rencontres, fort d’un match nul et de deux victoires en déplacement. Fort aussi de son rugby et de ses 34 essais marqués. Albi, c’est donc une grosse attaque, avec un finisseur redoutable Nabaro (6 essais) et deux bons buteurs Péluchon et Caminati, plus une bonne défense avec seulement 18 essais encaissés.

 Albi dépouillé avec 41 départs !

A l’instar de Tarbes, il y deux saisons, Albi s’est fait littéralement piller avec 41 départs, dont 18 Espoirs. Les Albigeois ont perdu des joueurs de la trempe de Sheklashvili (Colomiers), Seuteni (retraite), Martinez (Lomas), Curie, (Nevers) Ponnau (Montauban), Djebablah, Desroches (Béziers), Damiani (Mont-de-Marsan), Faleafa (Colomiers), Quercy (Nevers), Raynaud (retraite), Farre (Agen), Kirkpatrick (Wellington), Perraux (Angoulême), Bonnet (Hyères), Naqiri (Nevers), Marais (Cognac), Rokoduru (LOU), Le Gal (Nevers)... L’ex-Tarbais Queheille, prêté par l’UBB, a signé à Lavaur ! Pour pallier à ces nombreuses défections, Albi n’a recruté qu’une vingtaine de joueurs, choisissant de s’appuyer sur les jeunes restés fidèles au club. Le retour d’Arnaud Mela est le symbole d’un nouveau départ autour d’un savant mélange de joueurs expérimentés, de joueurs revanchards à la recherche de temps de jeu et de jeunes aux dents longues, délaissés par les clubs professionnels. Des joueurs expérimentés comme l’ex-Tarbais Toetu (passé par l’UBB et Brive), le Tarbais Casals, le Néo-Zélandais Whetton (Brive, Castres), Caminati (Carcassonne), le Tongien Nabaro (Mont-de-Marsan) et de jeunes joueurs confirmés comme le Georgien Navrozashvili (LOU), Hollet (Auch), Calas (Aubenas), Magnaval (Biarritz), Vasuinubu (Aubenas, Colomiers, Stade Français, UBB), Bertrand (Lavaur, ex-Espoir USAP). Mais aussi sur des Espoirs comme Sevestre (Tarbes), L. Tafili (Brive), C. Tafili (Tulle), Jean-Jacques (Brive), Usarraga (Biarritz), Blanc (Stade Français), Clerc (Mérignac) et Lacelle (Vannes, ex-Espoirs Brive)

30 joueurs salariés et 16 joueurs conventionnés

Albi a dû reconstruire toute sa première ligne, talonneurs compris, autour de Dedieu et des jeunes du Centre de Formation et sa troisième ligne autour de Tavalea. Un effectif composé de trente joueurs professionnels et de seize joueurs conventionnés. Assuré de son sort depuis longtemps et du soutien de ses partenaires, Albi a pu bâtir un effectif solide..

L’Effectif :

Pilier

Bastien Dedieu, 28 ans, 1,75 m, 106 kg

Patrick Toetu , 33 ans, 1,80 m, 140 k, Nouvelle-Zélande, (Brive)

Swan Cormenier, 21 ans, 1,78 m, 117 kg (Brive)

Lomualito Tafili, 21 ans, 1,78 m, 140 kg (Brive)

Zaza Navrozashvili, 25 ans, 1,86 m, 122 kg, Georgie, (LOU)

Benoit Sevestre, 22 ans, 1,92 m, 124 kg (Tarbes)

Vladimir Bida, 19 ans, 1,80 m, 106 kg (CF)

Ralf Po’o Njike, 22 ans, 1,81 m, 119 kg, Cameroun (CF)

Niccolo Ceccato, 20 ans, 1,95 m, 127 kg (CF)

Talonneur

Romain Casals, 30 ans, 1,81 m, 108 kg (Tarbes)

Romain Hollet, 24 ans, 1,79 m, 113 kg (Auch)

Gymaël Jean-Jacques, 19 ans, 1,83 m, 107 kg (Brive)

Arthur Castant, 19 ans, 1,83 m, 101 kg (CF)

Arnaud Feltrin, 21 ans, 1,80 m, 112 kg (CF)

Deuxième ligne

Nomani Tonga, 34 ans, 1,90 m, 126 kg Tonga

Mathieu André, 31 ans, 2,00 m, 117 kg

Russlan Boukerou, 28 ans, 2,00 m 124 kg

Giani Gaillard, 22 ans, 2,03 m, 129 kg (CF)

Troisième ligne

William, Whetton, 28 ans, 1,97 m, 114 kg, Nouvelle-Zélande (Brive)

Vlad Nistor, 23 ans, 1,92 m, 108 kg, Roumanie

Vincent Calas, 26 ans, 1,98 m, 105 kg, (Aubenas)

Sione Tavalea, 33 ans, 1,86 m, 115 kg, Tonga

Asier Usarraga, 23 ans, 1,90 m, 108 kg, international espagnol (Biarritz)

Simon Veyrac, 19 ans, 1,95 m, 98 kg (CF)

Paul Armengaud, 19 ans, 1,89 m, 105 kg (CF)

Paul Farret, 20 ans, 1,89 m, 97 kg, (CF)

Chris Tafili, 24 ans, 1,90 m, 116 kg (Tulle)

Mêlée

Thibault Bisman, 26 ans, 1,74 m, 84 kg

Laurent Magnaval, 26 ans, 1,68 m, 75 kg (Biarritz)

Martin Doan, 19 ans, 1,76 m, 70 kg (CF)

Ouverture

Romain Barthélémy, 27 ans, 1,85 m, 95 kg, ex-international U20

Benjamin Caminati, 28 ans, 1,78 m, 82 kg (Carcassonne)

Maxime Alric, 20 ans, 1,78 m, 85 kg (CF)

Trois-quarts

Gaëtan Bertrand, 25 ans, 1,80 m, 108 kg

Antonin Ollier, 22 ans, 1,84 m, 96 kg (CF)

François Vergnaud, 20 ans, 1,90 m, 98 kg (CF)

Dorian Hermet, 19 ans, 1,80 m, 87 kg (CF)

Simon Pardakhty, 26 ans, 1,83 m, 110 kg, Chili, (Amateur)

Saïmomi Nabaro, 27 ans, 1,87 m, 95 kg, Fidji (Mont-de-Marsan)

Avenisi Vasuinubu, 25 ans, 1,90 m, 110 kg (Aubenas)

Louis Decrop, 21 ans, 1,86 m, 90 kg (CF

Maxence Blanc, 22 ans, 1,78 m, 84 kg (CF)

Arrière

Mathieu Péluchon, 30 ans, 1,84 m, 86 kg

Thomas Lacelle, 22 ans, 1,81 m, 80 kg (Vannes)

Benoît Sicard, 27 ans, 1,81 m, 80 kg

Anthony Clerc, 21 ans, 1,88 m, 86 kg, CF (Mérignac)

Jean-Jacques Lasserre