Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

TPR : Préparer l’avenir avec un groupe jeune et solidaire

mardi 16 mars 2010 par Rédaction

Avec seulement 11 joueurs "pro" sur les 23 inscrits sur la feuille de match, dont 9 dans le XV de départ et 12 joueurs issus du Centre de Formation, le TPR a accompli un véritable exploit face à l’ogre lyonnais qui ne s’était incliné que 2 fois loin de ses bases cette saison. D’autant que l’infirmerie est pleine de cadres blessés : Toetu et Magrakvelidze en première ligne, Caillet et W. Loftus en 3ème ligne, Th.Loftus, Siale, Kopetzky, Dabrin derrière... Sans compter les jeunes qui ont assuré des intérims et qui se sont blessés à leur tour comme Dupouey et Campistron en première ligne et Domec derrière. Entre parenthèses, Hurou, Bernad, Etcheverria, Domolaïlaï, voire Apanui ont été touchés plus ou moins sévèrement contre Lyon.

Pour revenir sur la performance tarbaise, il faut rappeler que ce groupe amoindri enchaîne les matchs les uns sur les autres sans temps de récupération pour cause de matchs en retard. Soit 9 rencontres consécutives alors que pour préserver la santé des joueurs, la LNR ne programme pas plus de 5 matchs de rang. Un groupe qu’il serait important de conserver, en le renforçant sur quelques postes, car la plupart des joueurs sont jeunes, même si certains sont montés en puissance, et sont sollicités par d’autres clubs. A l’heure des recrutements où beaucoup seraient tentés de jouer leurs cartes personnelles pour se faire remarquer, le groupe a su rester solidaire et s’éclate collectivement. Quand on voit que des joueurs comme Kopetzky, Etcheverria, Worthington, Coetzer, Domolaïlaï, Garcia, les frères Loftus..., ont mis plusieurs mois et parfois plus, pour donner le meilleur, on se dit qu’il serait risquer de repartir de zéro. Car ce groupe est sain, il prend plaisir à être ensemble et les résultats commencent à se faire sentir sur le terrain.

Philippe Bérot : L’aventure ne fait peut-être que débuter

Philippe Bérot qui envisageait, il y a quelques mois, de prendre du recul après un début de saison difficile à vivre après les remous de l’été, a envie de poursuivre l’aventure avec ses joueurs, même s’il n’a pas oublié ceux qui souhaitaient sa démission. "On essaie de faire le job le mieux possible, de faire évoluer les joueurs, de les faire grandir. C’est vrai qu’on s’attache et moi je m’attache contrairement à ce que beaucoup peuvent penser. Je m’attache aux gens, je m’attache aux joueurs surtout avec un groupe qui met beaucoup d’investissement, qui a envie de passer des paliers et de grandir. C’est le cas de ce groupe avec beaucoup de jeunes joueurs qui sont au Centre de Formation, qui ne sont pas encore totalement au haut niveau mais qu’on essaye d’accompagner du mieux possible, avec des joueurs d’expérience qui structurent le groupe. On est en phase de construction, l’aventure ne fait que débuter, peut-être qu’on a fait le plus dur. C’est à dire construire un groupe avec beaucoup de jeunes, avec en plus beaucoup de problèmes administratifs, sportifs, etc..., qu’on a connu. On se dit que peut-être on a mangé notre pain noir et on s’interroge. C’est mon cas, c’est le cas de tout le monde. Il y a des joueurs qui sont sollicités, il y a des gens de l’encadrement qui sont sollicités. Il faut faire le bon choix, mais ce n’est pas facile de quitter un groupe et un club où on se sent bien, où il y a une bonne ambiance, même si parfois, on manque de moyens. Chacun fera son choix en conséquence. Ceux qui partiront ne le feront certainement pas de bon cœur. Chacun est libre d’orienter sa vie et sa carrière sportive comme il le souhaite mais c’est vrai que la fibre affective et relationnelle est importante. On l’a dans les moments difficiles et dans des moments heureux, c’est encore plus présent. Il y a l’appel des sirènes, mais ce n’est pas ça qui me motive. C’est plutôt ce qui se passe aujourd’hui. Ce qu’on a fait à Grenoble et contre Lyon doit nous inciter à continuer sur cette voie. On a fait une bonne semaine d’entraînement et les joueurs ont mis en application le travail de la semaine avec, en plus, une grosse équipe en face qui venait chercher la qualif. Je ne crois pas aux exploits, je crois plutôt à l’investissement, au travail et c’est ce que les joueurs ont fait jusqu’au bout."

La parole est à présent aux dirigeants. Le public, qui s’est mis à vibrer comme jamais derrière son équipe et qui s’est mis à chanter en cœur en plein match, a peut-être donné un signe....

Jean-Jacques Lasserre