Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Gilles CRASPAY : "L’acte II de la loi Montagne doit traduire une ambition renouvelée et une solidarité nationale réaffirmée"

mardi 11 octobre 2016 par Rédaction

Depuis hier, l’Assemblée nationale examine en procédure accélérée le projet de loi de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne présenté par le ministre de l’aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales Jean-Michel Baylet. Ce texte très attendu a pour but d’adapter la loi Montagne de 1985 aux nouveaux enjeux économiques, touristiques, sociaux et environnementaux.

S’il contient d’incontestables avancées visant à parfaire la gouvernance, développer la couverture numérique, encourager la rénovation de l’immobilier touristique, conforter le rôle des parcs naturels régionaux, il n’est pas, en l’état actuel, à la hauteur des espoirs qu’il a suscités et des besoins exprimés par les habitants et les élus de montagne.

Dans son avis rendu le 7 septembre, le conseil économique, social et environnemental (CESE) a, certes, salué les mesures allant dans le bon sens (maintien des offices de tourisme communaux dans les stations, par exemple). Mais il a aussi mis en évidence certaines faiblesses du texte ("des mesures partielles et insuffisamment stratégiques pour répondre aux ambitions inscrites dans l’exposé des motifs") et regretté l’absence de dispositifs spécifiques en faveur de la gestion de l’eau, de l’avenir des écoles, des transports et des services publics.

Bien plus qu’un simple toilettage de la loi de 1985, l’acte II de la loi Montagne doit définir le cadre juridique d’une ambition renouvelée pour les territoires montagnards et d’une solidarité nationale réaffirmée au bénéfice des populations qui y vivent. C’est pourquoi je formule le voeu que le débat parlementaire et les amendements qui seront adoptés conduisent à une amélioration significative du projet de loi.

Gilles CRASPAY
Président de l’UDI 65