Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

La « Caravane des saisonniers » fera étape à Lourdes le 18 juillet 2016

mercredi 13 juillet 2016 par Rédaction

« Le travail n’a pas de saison », selon la CGT, qui organise chaque année, depuis 2010, une « Caravane des saisonniers » à travers la France pendant l’été. Elle s’arrêtera à Lourdes le 18 juillet 2016, de 9h à 16h, avec un point d’information situé place du Paradis. Plusieurs équipes iront aussi à la rencontre des saisonniers de la Cité mariale sur leur lieu de travail.

Un autre Tour de France se déroule du 4 au 29 juillet, mais il ne concerne pas les passionnés de cyclisme. « La Caravane des saisonniers », organisée par la CGT depuis 2010, traverse 83 départements. Elle fera étape à Lourdes lundi 18 juillet, de 9h à 16h, place du Paradis. Et les saisonniers qui travaillent dans la Cité mariale auront peut-être la surprise de recevoir, sur leur lieu de travail, la visite de militants du syndicat accompagnés par un « échassier ». Patrice Teysseyre, jeune intermittent du spectacle d’origine basque, créera ainsi une animation originale, en déambulant dans la rue de la Grotte et l’avenue de la Grotte juché sur ses grandes échasses.

« Le travail n’a pas de saison », affirme le guide édité par la CGT à l’intention des saisonniers. Ce document explique quels sont les droits des personnes qui travaillent à la saison, l’été ou l’hiver, dans les zones touristiques françaises. « Aujourd’hui, selon une enquête récente, 65% des saisonniers affirment ignorer quels sont leurs droits », précisent Francis Capdevielle et Félix Ayllon, de l’UD CGT des Hautes-Pyrénées. « Dans notre département, selon l’INSEE, environ 10% des personnes qui travaillent ont le statut de saisonnier. Et la ville de Lourdes accueille plus de 40% des travailleurs de zones montagneuses des Hautes-Pyrénées ». Les deux responsables syndicaux ajoutent que la typologie des saisonniers est en train d’évoluer. « Auparavant, on y trouvait une majorité de jeunes. Désormais, les retraités et les femmes en emploi partiel sont de plus en plus nombreux à avoir ce statut, rejoints par les demandeurs d’emploi et les travailleurs étrangers ». Ils soulignent aussi que les saisonniers ont les niveaux de rémunération les plus faibles du marché de l’emploi.

Francis Capdevielle et Félix Ayllon assurent que la Caravane des saisonniers concerne trois publics : les saisonniers eux-mêmes, les touristes et les employeurs. « Beaucoup de patrons ont une connaissance partielle du Code du travail. Nous en profitons pour les informer concernant leurs devoirs vis-à-vis des saisonniers qu’ils emploient. Nous sensibilisons les touristes et les pèlerins aux conditions de travail des personnes qui les accueillent pendant leur séjour à Lourdes. Enfin, nous informons les saisonniers sur leurs droits. Et nous essayons aussi d’appuyer leurs revendications sur des domaines comme le logement, la santé, et les conditions de travail ». Beaucoup de saisonniers sont obligés de se loger en camping, et certains dorment dans leurs voitures. Ils ont rarement des mutuelles. Et certains sont confrontés à des abus de la part de leurs employeurs. « Nous allons aussi les informer de l’existence de notre permanence juridique, à l’Union locale de la CGT de Tarbes », ajoutent les deux responsables syndicaux. En juin dernier, deux anciens saisonniers de la Cité Saint Pierre, épaulés par une conseillère juridique de la CGT, ont ainsi gagné leur procès, devant le tribunal des Prud’hommes de Tarbes, contre le Secours catholique. L’association devra leur verser des heures supplémentaires non payées au cours de l’année 2014. Elle a la possibilité de faire appel de ce jugement. Mais cette décision constitue un signal fort pour les saisonniers, et une incitation pour leurs employeurs à être plus attentifs au respect du Code du travail. Un enjeu de société réel, alors que le nombre de saisonniers en France est passé de 800 000 à 2 millions en l’espace de cinq ans. Et que, selon Francis Capdevielle et Félix Ayllon, 14% de ces saisonniers n’ont pas de contrat de travail …

Jean-François Courtille