Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Alerte à Tarbes : les inondations existent toujours

samedi 25 janvier 2014 par Rédaction

Nous ne pouvons rien contre l’eau. Il faut qu’elle s’évacue quoi qu’il arrive. Et sa force est sans précédent. Fluide, elle passe partout et remonte, si besoin, par les égouts et autres systèmes d’évacuation.

Une histoire de cours d’eau

Si les cours d’eau sont toujours là, la carte et le contexte de ceux-ci dans la ville ont bien évolué depuis le Moyen-Âge. L’Adour n’est plus ce large torrent laissant une plaine caillouteuse comme nous pouvons le voir aujourd’hui sur le Gave ou le Bastan dans le Pays Toy. Tout est maitrisé ou presque. Des digues évitent des débordements sauf cas exceptionnels et ponctuels. Mais ce n’est plus ce que c’était avant…. Et que nous n’avions jamais connu nous-mêmes.

Deux autres cours d’eau ne sont pas à négliger dans la ville : la Gespe et l’Echez. Ruisseaux paisibles à travers champs servant à l’irrigation, ils sont devenus des cours d’eau urbains, parfois enserrés entre des maisons. Les canaux d’irrigation et fossés permettant un délestage des crues ont parfois disparu ou ont été bouchés à l’occasion de travaux successifs perturbant ainsi des écoulements étudiés après de longues observations des anciens dont nous avons perdu le savoir-faire.

Néanmoins ces 3 cours d’eau existent toujours et sont toujours alimentés, moins par des eaux en surplus dans les terres que par des écoulements sur bitume et béton. Autre époque, autre forme de gestion par les services de la ville qui conservent, malgré tout, en mémoire le passé.

Des débordements…. De l’Echez

Aujourd’hui, c’est l’Echez qui pose de sérieux problèmes en débordant notamment sur l’avenue d’Azereix, le rond-point de l’Université et une partie de la zone d’activité de Bastillac transformant en lac les parkings et terrains autour du STAPS, la maison de l’escrime, l’hôtel d’entreprise du Grand Tarbes, La Poste et la maison des arts martiaux. L’intérêt positif de telles inondations est d’avoir pu repérer un lieu raisonnable pour y aménager un lieu semi-naturel de loisirs autour d’un plan d’eau. Essai grandeur nature pour le Maire Gérard Trémège venu sur place se rendre compte de l’étendue des dégâts potentiels. Selon les services de la mairie, cette crue est plus importante que celle déjà remarquable de 1978. L’année 2014 deviendra donc une référence.

En fin de matinée, l’Echez enregistrait une décrue de l’ordre de 30 cm à l’heure. Vers 15h, la circulation était rétablie en direction de l’autoroute.

L’Adour contenu

Nous aurions pu croire que l’Adour serait la moins facile à maitriser. L’affaire avait mal débuté hier soir. Entre 22h30 et 23h15, elle est montée d’un mètre. Après avoir engagé un début de décrue en fin de matinée, ce soir elle repartait vers une hausse comme en témoigne le site Vigicrues http://www.vigicrues.gouv.fr/niveau3.php?idspc=23&typegraphe=h&AffProfondeur=72&AffRef=auto&AffPrevi=non&nbrstations=5&ong=2&idstation=1066 L’essentiel est sauvegardé. Ce soir, les services municipaux surveillent et sont prêts à intervenir en cas de nécessité.

Cellule de crise et moyens d’assistance en place

La mairie, avec tous ses services, a mis en place une cellule de crise autour du maire, Gérard Trémège, en liaison avec la cellule de crise de la Préfecture. Ces cellules de crise siègent en permanence jour et nuit.

Une centaine de personnes sont mobilisées pour intervenir en quelques minutes afin d’apporter aide et assistance aux personnes en difficulté et au besoin les évacuer. Le gymnase de l’Ormeau est équipé de lits et couvertures pour recevoir des sinistrés éventuels. La cuisine centrale est en alerte et est capable, comme le 18 juin pour répondre aux besoins de Lourdes, de réaliser 600 repas en 3 heures. Des équipes sont également prévues pour le nettoyage éventuel à la demande des personnes sinistrées.

Une sacrée organisation totalement insoupçonnée qui nous fait dire : « Brave gens, dormez en paix, la commune s’occupe de tout ». Enfin… sans oublier quand même un peu : « Aide toi le ciel d’aidera » car en cas de sinistre bien réel rien ne peut se faire sans la collaboration et la solidarité de tous comme nous avons pu l’observer dans la vallée des gaves et au Pays Toy en juin dernier.

    • Le maire, Gérard Trémège fait le point ce matin, les pieds dans l’eau, au cours de sa visite de terrain à Bastillac (audio)

    IMG/mp3/2014-01-24-g.tremege-tarbes-inondations.mp3

    Même si ce soir l’Adour monte encore un peu le risque semble, à priori, limité.

    Louis Dollo