Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes-Blagnac, samedi à 19h00 à Trélut (Mi-Temps : Tarbes 3 Blagnac 11)

samedi 11 décembre 2021 par Rédaction

Suivre l’évolution du score

Blagnac en pôle sous la pluie

Compte tenu des conditions climatiques ce match est une aubaine pour une équipe blagnacaise, bien organisée, dure au combat au près et au sol, qui s’appuie sur une bonne conquête et sur un bon jeu au pied d’occupation et de pression. De plus les banlieusards toulousains se déplacent sans aucune pression de classement ou de montée. Cette année est une année de transition pour Blagnac qui a renouvellé et rajeuni son effectif avec des joueurs rompus aux rudes joutes de Fédérale 1 où il faut ferrailler à l’extérieur. Ce qui peut expliquer, que malgré de nombreux changements, l’équipe a gardé son ADN d’équipe rude, difficile à jouer et à manier. C’est une équipe très bien organisée défensivement, bonne en conquête, forte dans les rucks, où elle récolte de nombreuses pénalités, qui se traduisent par des points au pied ou par des essais sur des ballons portés. Les Vachon, Collet et Medves, sont des guerriers qui ne lâchent rien dans le combat. C’est une équipe qui possède un bon jeu au pied pour maintenir dans leur camp leurs adversaires et pour marquer des pénalités, suite aux fautes provoquées (24 points de pénalité lors de la victoire à Massy 23-24). Blagnac pratique un jeu simple, altruiste, pragmatique et opportuniste, qui en font un adversaire pénible à jouer et qui ne lâche jamais rien gratuitement.

Tarbes encore plus compliqué

Jouer Blagnac est compliqué. Le jouer, sous pression, après de deux défaites de quarante points, est plus compliqué. Le jouer dans ces circonstances et ces contitions climatiques difficiles, rendent ce match très compliqué pour une équipe tarbaise qui est dos au mur et qui doute. Les Tarbais devront prendre d’entrée Blagnac à la gorge pour le faire douter et se remettre en confiance. Contrairement à Suresnes, Blagnac fait peur et cette fois, Tarbes n’a plus de joker. En trois rencontres récentes, les Tarbais se sont inclinés 19-3 et 7-27, impuissants face au pragmatisme des Blagnacais. L’an passé, (après le match Aller annulé par la suspension du Championnat), Tarbes s’était imposé à Trélut sur le fil 20-19, après avoir beaucoup souffert. Si la météo est la même que ce vendredi, il faut s’attendre à du froid, du vent, de la pluie, un terrain gorgé d’eau et un ballon très glissant. Plus que tout autre match, celui-ci se jouera à l’envie de bousculer son adversaire et de le prendre à la gorge pendant 80 minutes. L’équipe qui se fera le plus mal aura de grandes chances de l’emporter, sauf faits de jeu, comme un contre ou un essai casquette sous une chandelle. Des chandelles qui risquent de pleuvoir sur Trélut tout au long de la soirée, avec de longs coups de pieds d’occupation et de pression. C’est l’équipe qui maîtrisera le mieux le jeu au pied qui aura le plus de chances de l’emporter. Les Tarbais devront être très disciplinés pour ne pas subir les foudres de Renaud, d’Augustin ou de Seunes. Ils devront aussi éviter de commettre des fautes stupides comme contre Suresnes.

Retours de Maximin, Erasmus et Cantan

Peu à peu, l’infirmerie se vide et le staff retrouve peu à peu ses joueurs, à l’exception de Combier, Parrou, Mamao, blessés de longue durée. Cantan et Lhusero devraient revenir prochainement. Prétorius est rétabli, même s’il n’est pas dans le Groupe par précaution. Un Groupe où reviennent de blessures Erasmus, Maximin et Cantan. A part le quinze de départ, Fabien Fortassin choisira, au dernier moment, entre cinq ou six avants et trois ou deux arrières, sur le banc. Le choix devrait se faire entre Ricart et Dumestre, selon les conditions météos et l’état du terrain samedi. Devant, le staff a grandi son alignement en mettant d’entrée Saint-Guilhem en seconde ligne et en descendant Sajous en troisième ligne, à la place de Méron, le capitaine de jeu et de touche. Derrière, la blessure de Mamao entraîne le recul de Pèes au centre et les retours de Berbizier à l’ouverture et d’Oltmann à l’arrière. Des choix logiques qui apportent un peu plus de certitudes sur le jeu au pied qui sera primordial. La grosse surprise, c’est la titularisation de Cantan qui pousse l’ex-Black Stanaway sur le banc. 

Compo  : 1 Bessonard, 2 Mondon, 3 Aulika, 4 Saint-Guilhem, 5 Maninoa, 6 Sajous, 8 Manu, 7 Réal, 9 Millet, 10 Berbizier, 11 Paulet, 12 Pèes, 13 Cantan, 14 Rubio, 15 Oltmann

Remplaçants : 16 Lamothe, 17 Erasmus, 18 Maximin, 19 Méron, 20 Ricard, 21 Stanaway, 22 Dulucq, 23 Duny, 24 Dumestre, 25 Croquet

Jean-Jacques Lasserre