Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Retour sur Bourgoin-Tarbes

mercredi 15 septembre 2021 par Rédaction

Rajon moins hermétique

Si on ne peut pas parler d’exploit quand on gagne chez une équipe qui a perdu trois matchs chez elle la saison d’avant, on peut parler d’une performance. Nice (14-20), Aubenas (28-33), Dax (27-30), se sont imposés l’an passé à Rajon qui n’est plus la citadelle qui était restée inviolée pendant quarante-six matchs entre 2002 et 2006.

Tarbes performe, Bourgoin déjoue

Tarbes a réussi une performance, parce que Bourgoin dispose toujours d’un gros budget et d’un gros effectif de plus d’une trentaine de joueurs confirmés. Même si une dizaine de ces joueurs étaient absents, le CSBJ est drivé par deux internationaux, Pascal Papé et Sébastien Tillous-Bordes, qui connaissent les exigences du haut niveau. De plus les Berjalliens, devant leurs nombreux et fidèles supporters, avaient à cœur de rester invaincus à Rajon cette saison. Les Tarbais, vainqueurs d’un ex-club de Pro D2, étaient donc attendus de pied ferme. Malgré les discours de prévention du staff, cette équipe tarbaise a peut-être été mésestimée après sa courte victoire à l’arrachée contre Soyaux-Angoulême (22-21). D’autant que la large victoire (52-5) avec sept essais à la clé, de l’an dernier, trottait encore dans un coin des têtes. Le non match de Bourgoin, durant la première mi-temps 9-23, semble accréditer cette hypothèse. Les Berjalliens ont été inexistants, dominés physiquement et en conquête, avec une touche et une mêlée déficientes. En seconde période, les Isérois qui se sont montrés plus combatifs et plus conquérants ont inscrit deux essais devant. Mais ils se sont heurtés à une équipe tarbaise solidaire et ils se sont inclinés sur le fil, sur une ultime maladresse. Preuve d’une équipe en plein doute après une saison galère. Les joueurs, défaits deux fois en matchs de préparation et lors de la première journée à Aubenas (16-9), n’ont pas pu se rassurer.

Les Tarbais peuvent voyager

L’an passé, les Tarbais avaient dû attendre la 13ème journée et le 6ème déplacement, pour s’imposer, un peu dans les mêmes conditions, à Cognac (30-32). Pour l’occasion, le staff avait aussi envoyé en Charente le Groupe vainqueur de Dax (25-22), après une coupure de huit jours. Derrière, les Bigourdans avaient enchaîné par une victoire contre Suresnes (25-19). Il est vrai, à la décharge du staff, qu’à ce moment là, le calendrier permettait aux joueurs de pouvoir enchaîner plusieurs matchs. Le recrutement ciblé a aussi permis d’homogénéiser le cinq de devant, avec tous les postes triplés. Aulika, transparent la saison dernière, est devenu un des fers de lance de l’équipe, tant en mêlée que dans le jeu. Les recrues, Combier, Duny, Erasmus, Mondon, Maninoa, Maximin, Sajous, apportent un peu plus incontestable par rapport à la saison dernière. Même s’il faut tenir compte que Soyaux-Angoulême et Bourgoin étaient handicapés par de nombreuses absences, Tarbes a été performant à la touche, dans les mauls et à la mêlée. Des secteurs qui étaient parfois aléatoires et qui ne permettaient pas de mettre le jeu prôné en place. Comme les Tarbais n’ont rien perdu de leur qualité offensive, de leurs valeurs au combat et de leur solidarité défensive, les résultats sont au rendez-vous, même par un point d’écart. Car c’est cet état d’esprit qui a permis de renverser le résultat contre Soyaux-Angoulême et de le conserver à Bourgoin.

Un effectif renforcé et plus homogène

L’effectif est composé de 22 joueurs pros complété par les Espoirs, Lamothe, Réal, Saint-Guilhem, Duffau et Millet, qui ont pris leur part dans les succès contre Soyaux-Angoulême et à Bourgoin. Fabien Fortassin, quand il parle de Groupe ne parle pas des vingt-trois joueurs qui sont sur la feuille de match mais d’un Groupe « de vingt-six », avec trois joueurs qu’il intègre à la mise en place et qui fait les déplacements. Le staff peut aussi compter les huit autres Espoirs qui ont cumulé des feuilles de matchs la saison dernière (Palisse, Hourclé, Mansieux, Noël, Parrou, Dulucq, Cantan, Croquet). Des Espoirs qui, hors blessures des vingt-six ou choix du staff, devraient être laissés à l’équipe Reichel/Espoirs Accession qui joue au niveau supérieur contre des équipes de Top 14, de Pro D2 et de Nationale (Pau, Biarritz, Montauban, Blagnac, Dax).

Jean-Jacques Lasserre