Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

FFR : La Poule Nationale

samedi 16 mai 2020 par Rédaction

Une opportunité à saisir

Les Poules de Fédérale 2 et de Fédérale 3 viennent de sortir et celles de Fédérale 1 devraient sortir d’ici quelques jours. Ce décalage laisse à penser que la Poule réunissant les clubs classés N°1 à N°12 au plan national, (qui sont aussi les clubs aux plus gros budgets et/ou au statut pro,) sera officialisée. Depuis des mois Bernard Laporte, lui-même, avait évoqué avec plusieurs présidents le retour d’une Poule d’Accession permettant à des équipes de même format de mieux s’aguerrir au passage en Pro D2. Le Coronavirus, qui a provoqué l’arrêt des compétitions et qui a gelé la montée des Finalistes en Pro D2, a brusqué les choses. Le bras de fer entre la FFR et la LNR, pour faire monter Albi et Massy, a tourné court et Bernard Laporte a remis à l’ordre du jour, le retour à une Poule réunissant les douze meilleures équipes sur des critères sportifs. Une Poule baptisée Pro D3, si la Ligue s’engage dans le projet ou Nationale, si elle reste dans le giron de la FFR.

Une chance pour le rugby bigourdan

Après avoir créé une Fédérale 1 déséquilibrée à 60 clubs avec l’arrivée de 12 promus, sans descente, la FFR réalise que la création d’une Poule Nationale permettrait de fonctionner avec 48 clubs répartis en 4 Poules géographiques plus équilibrées. Le problème, c’est que la création de cette Poule Nationale revient de fait à créer une division supplémentaire et donc de faire basculer les autres 48 clubs dans une IVème Division. L’égo de certains clubs s’en trouve égratigné. Déjà on voit des clubs se plaindre de pertes de recettes dues à la réception de grosses équipes ou de derby, à l’image de Lannemezan dans la presse locale. Or Lannemezan, se refuse à voir, que sans la participation de Tarbes à une Poule Nationale, le rugby bigourdan court à sa perte. Cette Poule Nationale, antichambre de la Pro D2, permettra à Tarbes d’avoir un Centre d’Entraînement Labellisé qui attirera les meilleurs joueurs bigourdans et régionaux. La présence de Tarbes dans cette Poule attirera les meilleurs Espoirs de Top 14 ou de Pro D2, qui viendront prendre du temps de jeu et de l’expérience dans un championnat relevé. Des joueurs qui, s’ils trouvent racines en Bigorre, pourront aussi irriguer les autres clubs bigourdans, s’ils ne sont pas conservés à Tarbes.

Tarbes mérite sa place dans une future Poule Nationale

Aujourd’hui Tarbes mérite sportivement sa place parmi les douze meilleures équipes de Fédérale 1 et ce depuis sa rétrogradation financière de Pro D2 où le TPR était présent depuis sa création. Une place dans les douze premiers de Fédérale 1, au travers des deux Poules Elite et de ses classements (parmi les meilleurs 3èmes, ces deux dernières saisons), lui confèrent ce mérite sportif. Tarbes mérite aussi sa place au plan financier en étant, depuis toujours, le plus gros budget et le seul club au statut pro du Département. Une position au sommet du rugby départemental qui lui permet d’irriguer, depuis une vingtaine d’années, le rugby bigourdan en joueurs de qualité, qui font le bonheur de Lannemezan et de Bagnères. Au plan financier, Tarbes a passé avec succès les dernières échéances de la DNACG, preuve d’une saine gestion. Les divergences sur le budget prévisionnel de la saison prochaine, qui ont entraîné la démission de Lionel Terré*, étaient dues en partie à la crise économique liée au Coronavirus et au format à 60 clubs de la future Fédérale 1. Certains partenaires voyaient, en cette année de transition, un moyen de moins s’engager en attendant de sortir leurs entreprises de l’incertitude économique.

* Pour rappel Lionel Terré est démissionnaire mais il reste en fonction, jusqu’au terme de son mandat au 30 juin. Jusqu’à cette date, il reste le seul interlocuteur officiel de la FFR et de plus, rien ne l’empêche de se représenter pour un troisième mandat.

Dernière opportunité de retrouver son rang

La création d’une Poule regroupant les 12 meilleurs clubs de Fédérale 1 doit rebattre les cartes. La place de Tarbes, (dernier fief historique et vitrine du rugby en Bigorre), est dans cette Poule Nationale ou Pro D3. C’est la dernière opportunité qui s’offre au rugby bigourdan de retrouver sa place parmi les grands de Fédérale 1, qui tous, à l’exception de Suresnes, ont évolué en Pro D2. Le retour au premier plan de Tarbes, (parmi les 42 meilleures équipes françaises), devrait permettre de réunir un budget pour bâtir une équipe compétitive à ce niveau, avec les joueurs qui resteraient pour jouer en Nationale, renforcés par les meilleurs joueurs locaux, des Espoirs de Top 14 et de Pro D2, plus quelques joueurs expérimentés. Les clubs de Top 14 et de Pro D2 dégraissent à fond et des centaines de joueurs se retrouvent sur le marché. Une semaine après l’appel de Bernard Laporte à Lionel Terré, (qui a donné son accord de principe), il est temps pour les décideurs tarbais de donner leur réponse au plus vite. C’est urgent, car il faut couper l’herbe sous le pied aux rumeurs sur la situation tarbaise que font courir des prétendants, qui n’ont pas été invités sportivement, pour prendre la place qui revient de droit au Stado-Tarbes. C’est urgent, car beaucoup de joueurs attendent la décision tarbaise pour se positionner et s’engager. Tarbes, par son passé et par sa gestion financière, n’a rien à envier à Albi, Bourgoin, Dax, Narbonne et son statut historique est au dessus de ceux d’Aubenas, Blagnac, Chambéry, Cognac, Dijon, Massy, Nice, Suresnes… Une image qui compte au moment de choisir un club et qui ne demande qu’à être redorée.

Jean-Jacques Lasserre